Lecture coup de cœur, Série grise, de Claire Huynen

Ce livre délie les langues sur le net. Enfin un auteur qui ne développe pas durant des pages son histoire drôle. On en redemande, mais c'est bien fini.

L’auteur

Juriste de formation, romancière, Claire Huynen est née à Liège, en Wallonie, le 12 juin 1970.

Vivant maintenant à Paris, elle apprécie l’écrivaine Jane Austen et écrit pour la revue numérique Bon à tirer. Entre ses deux derniers romans, de 2000 à 2011, elle dit elle-même qu’elle n’a pas pris le temps d’écrire, mais celui de vivre.

Le roman

Le héros de Série Grise et Baptiste Lepisme vont devenir amis, vivre ensemble ces instants sur le chemin de la mort en faisant la java, se disant que la vieillesse ne doit pas être économie, même si le temps et les forces sont comptés. Se désolidarisant des autres pensionnaires, ils ne répondent pas à ce que l’on attend d’eux, tels de vieux anarchistes bons vivants.

Source : Émission radiophonique Le lire et le dire, 29 mars 2011.

Résumé

De ceux qui ne l’ont pas trouvé drôle du tout, trop osé ou trop court, à ceux qu’il a réjouis, de par son humour, la qualité d’écriture ou les frasques osées de ses héros, Série grise n’a pas fait l’unanimité dans les critiques sur le net. Ce n’est pas un roman gris, au contraire, il peut être tout noir ou tout blanc, très triste ou très gai selon les circonstances.

Électre, base bibliographique

La chronique cynique du quotidien d'une maison de retraite.

Quatrième de couverture

« Les vieux m’emmerdent. » Ainsi commence Série grise. Le ton est donné. Chronique cynique et acerbe, ce roman décrit, sous le regard d’un vieillard, le quotidien d’une maison de retraite.

Le narrateur, un vieux acariâtre, s’exerce à l’observation cruelle de ses contemporains, réunis en un monde uniformément clos, une « maison de repos pour adultes valides ». Petites maniaqueries, décrépitudes aigries ou consenties et minuscules naufrages au quotidien nourrissent sa jubilation.

Lucide, il étudie avec minutie sa propre glissade.

Un roman sur la vieillesse où l’humour caustique de l’auteur fait merveille.

Claire Huynen rêve d’être une vieille dame indigne : elle se contente pour l’instant d’être impertinente. Elle a déjà publié au Cherche Midi Marie et le vin (1998) et Une rencontre (2000). Série grise est son troisième roman.

Citation

« Sa pose semblait la même. Pourtant les livres, serrés entre ses doigts, différaient. Et cet objet, à géométrie infinie, déterminait mille femmes. Dès le premier soir, j’avais aimé sa manière de lire. Avec une concentration pudique, une empathie attentive, elle semblait s’abstraire en une troublante danse avec les mots auxquels elle se mêlait. Parfois, aux langueurs de son regard, l’on devinait un tango. Ses yeux s’éclairaient et cheminaient, vite, de mots en mots, de ligne en ligne, s’alanguissaient un instant et, en une manière de pas arrière, reprenaient quelques lignes plus haut, remontaient le cours de la page. En d’autres moments, c’était une valse qu’elle abordait. Elle se laissait, captive, porter au rythme régulier des mots qui l’entreprenaient en danseur exercé. Elle fléchissait avec concentration et offrait à ses pages une reddition sans combat. J’aimais lorsqu’elle s’invitait à de fougueux cha-cha-cha. Souvent, elle souriait alors. Son regard furetait de mot en mot, facétieux et complice. Elle gambadait entre les pages, légère et insouciante. Ses doigts même s’agitaient imperceptiblement sur la reliure. »

Sur le même sujet