Les Grandes Écuries de Chantilly, un hommage à l'art équestre

Célèbre pour son château et son musée dédié aux Condé, le Domaine de Chantilly doit aussi sa renommée aux Grandes Écuries et à son Musée Vivant du Cheval.
3

Au cœur d'un domaine de 7 800 hectares, le Domaine de Chantilly a été constitué depuis le Moyen Âge par ses différents propriétaires, tous plus prestigieux les uns que les autres : les Orgemont, les Montmorency, les Bourbon-Condé... Ces derniers sont déterminants dans l'histoire du domaine puisque c'est le Grand Condé lui-même qui transforma Chantilly en faisant dessiner le parc par André Le Nôtre – le futur jardinier de Versailles – et en organisant des fêtes exceptionnelles en l'honneur de monarques du monde entier.

Les Grandes Écuries, une œuvre érigée à la gloire du cheval

Édifiées entre 1719 et 1735, les Grandes Écuries ont été commandées par le duc de Bourbon, septième prince de Condé, pour une raison originale : selon la légende, il pensait se réincarner en cheval, et souhaitait donc des écuries dignes de son rang... C'est pourquoi l'édifice construit par l'architecte Jean Aubert surprit les premiers visiteurs par sa taille colossale et son décor sculpté à la gloire du cheval, des excentricités qui ont depuis fait la renommée de Chantilly.

Tout au long du siècle des Lumières, les Grandes Écuries devinrent le théâtre de fastueuses fêtes princières, les Condé recevant sous son dôme des invités de marque : Louis XV, l'Empereur Joseph II (frère de Marie-Antoinette), le Grand Duc Paul (futur tsar Paul Ier)... Sauvées de la destruction durant la Révolution, elles accueillirent au début du XIXe siècle les premières courses « à l'anglaise » sur la grande pelouse. Au XXe siècle, seuls les membres du Cercle hippique eurent la chance d'apprécier leur beauté.

Le Musée Vivant du Cheval, de sa création à nos jours

C'est en 1982 que fut créé le Musée Vivant du Cheval, qui jouit désormais d'une réputation internationale. Sa vocation : exposer des collections dédiées à l'art équestre et à l'hippologie, et bien sûr présenter ses célèbres spectacles équestres, de véritables voyages dans le temps et l'espace, à la découverte de l'Argentine des gauchos ou encore de la Mongolie des nomades...

En raison de travaux de restauration des Grandes Écuries, les salles d'exposition du musée sont fermées jusqu'en 2012. Trois espaces restaurés accueillent néanmoins les amoureux du cheval qui souhaitent découvrir la présentation temporaire autour de l'histoire du bâtiment et de sa restauration. Et surtout, le dôme des Grandes Écuries – ce chef d'œuvre architectural du XVIIIe siècle – retrouve son faste d'antan, en abritant « Un prince russe à Chantilly », le spectacle équestre de Sophie Bienaimé, directrice artistique du Musée Vivant du Cheval.

« Un prince russe à Chantilly » évoque la visite du futur tsar Paul Ier en 1782. Un prétexte historique qui permet de rendre hommage à la Russie, où la tradition équestre est très forte encore aujourd'hui. Les costumes, la musique – jouée notamment par la violoniste russe Natalia Ermilova – et les chants traditionnels évoquent aux spectateurs cette Russie des tsars, des steppes de Sibérie aux montagnes du Caucase, le tout magnifié par des numéraux équestres émouvants, rappelant l'incroyable histoire d'amour de l'homme et du cheval.

« Un prince russe à Chantilly », un spectacle à découvrir jusqu'au 31 octobre 2011.

Plus d'informations sur le site du Domaine de Chantilly .

Sur le même sujet