Le disours d'un roi ou faire d'un défaut un avantage historique

Dans ce film Tom Hooper, raconte la lutte poignante que George VI a menée pour s'exprimer publiquement ; histoire et enjeu.

Primé de nombreuses fois aux oscars et acclamé par la profession,"le discours d'un roi" raconte le combat peu connu du père de l'actuelle reine Elisabeth contre son propre bégaiement avec en fonds son accès au trône suite à l'abdication de son frère Edouard.D'apparence fragile, ce roi en devenir surmontera sa difficulté à s'exprimer en public grâce à un thérapeute aux méthodes anticonformistes.Son discours final fera de lui un des premiers remparts contre l'Allemagne nazie et le montrera apte à la fonction royale.Histoire et analyse.

Un roi à la hauteur que lui impose l'étiquette?

C'est toute la question que pose le film et la responsabilité qu'avait George VI puisqu'il n'était pas destiné à monter sur le trône.A la mort de son père, George V en 1936, c'est son frère aîné Edouard VI qui monta sur le trône.Toutefois , il exprima le désir de se marier avec une américaine Wallis Simpson, deux fois divorcée.Dans ce contexte EdouardVII dût abdiquer en raison des pressions politiques et religieuses qui entouraient la royauté. C'est ainsi que son frère cadet George VI, rattrapé par l'histoire monta sur le trône et devint monarque issu de la maison des Windsor et père de la princesse Marqareth et de l'actuelle reine Elisabeth.Mais le pari était loin d'être gagné en raison d'un entourage suspect au demeurant quant à ses difficultés d'élocution et qu'une éducation loin du cocon familial avait fort fragilisées.George était naturellement gaucher et il fut contraint d'écrire de la main droite.Il fût aidé dans sa thérapie par Lionel Loague, thérapeute australien surtout peu conventionnel mais qui l'amena à prononcer ce fameux discours qui fit de lui le roi, un des premiers combattants contre le nazisme.D'ailleurs une anecdote raconte que Winston Churchill le reconnu auprès de son épouse en ces termes : "tu avais raison, il est mieux que l'autre (EdouardVII)".

Des acteurs anglais dans une réflexion passionnante sur la communication

Royaux dans leur interprétation, Georgey Frush (Lionel Loague) et Colin Firth (GeorgeVI) nous amènent sur les terrains peu connus de la psychologie mélangées à des séances d'orthophonie et de théâtre qui font de ce métier un art.A l'heure ou la thérapie du langage est menacée par un plan de rigueur économique.La thérapie du langage est menacée par des coupes budgétaires et cette constatation est justement faite pat Mark Logue, le petit fils de Lionel Logue.En fait le film représente un enjeu de taille et sort au bon moment.Depuis la sortie du film les thérapeutes ont noté une augmentation de 30% de la fréquentation dans certaines régions anglaises.D'autre part, la rencontre entre ces deux hommes qui les contraint à se mettre à niveau.Lionel Loague ose l'affront d'utiliser son petit nom "Bertie" afin de susciter une provocation chez le roi de débloquer au mieux tous ses points de frustratiosn et de douleurs.Une belle analyse du rapport humain que ce film, mêlé à de l'humour anglais en voici un extrait croustillant.Ce roi porte sur son visage, un abonnement aux échecs perpétuels mais lorsque Lionel Logue enlève au rois la cigarette de sa bouche, le roi prétend que la cigarette détend le larynx d'après les dires de ses médecins."-ce sont des idiots-prétend Lionel."Ils ont été décorés"- dit le roi."- alors ce sont des idiots décorés" rétorque Lionel et la salle finit par rire.Rien ne résiste à l'humour anglais.

Sur le même sujet