user_images/_MG_8948small.JPG

MARIE SCHNEIDER

Publié dans : Critiques littéraires

M. Eliade, À l'ombre d'une fleur de lys, 5 nouvelles fantastiques

Mircea Eliade déroule 5 nouvelles pour 5 âges d'une vie, où ses personnages tentent d'échapper au réel et à l'Histoire du XXème siècle par le fantastique.

Roumain d'origine, expatrié aux États-Unis puis en France, Mircea Eliade mêle avec brio la grande Histoire et les légendes populaires, les contraintes sociales et les échappées oniriques, les horreurs de la Seconde Guerre Mondiale et la recherche, malgré tout, de la Beauté et d'un au-delà du réel.

De l'adolescence à la vieillesse: cinq nouvelles pour représenter une vie

Les personnages de Mircea Eliade s'enchaînent comme ceux d'un roman. Pourtant très différents les uns des autres, ses narrateurs (ou les personnages qui portent le point de vue) comme ses personnages en marge du réel sont liés par leur manière d'envisager le monde, ainsi que par une évolution qui agit au cours des textes comme dans un roman.

Tandis que les narrateurs représentent la partie consciente d'une vie, les personnages qui échappent au réel par le merveilleux et le fantastique semblent au contraire décrire une évolution spirituelle, qui aurait trait à l'inconscient.

  • Des narrateurs rattrapés par l'Histoire
L'Histoire, c'est celle de Roumains des années 1920-30 jusqu'à la Guerre Froide. Brîndus, l'adolescent, écoute passer les trains et fait exprès de perdre des combats de boxe pour mieux affirmer sa liberté. Emmanuel, le jeune idéaliste, est embarqué malgré lui dans les préparatifs de la Seconde Guerre Mondiale. Marin est un soldat démobilisé pour avoir été amputé d'un bras. Dumitru, qui croit au miracles, est un émigré roumain aux États-Unis qui a fui le régime soviétique. Quant aux quatre personnages de la dernière nouvelle, émigrés également mais en France, ils font l'objet d'une surveillance par la police car suspectés d'espionnage.

Le parcours de ces narrateurs est celui d'une désillusion. Même s'ils aspirent à se raccrocher, de manière de plus en plus désespérée, à leurs idéaux, la réalité les enchaîne et leur fait prendre conscience de la relativité de leur liberté et des limites de leur humanité. À l'inconscience et au sentiment de toute-puissance de l'adolescent succède peu à peu le pragmatisme des aînés, nostalgiques pourtant des mystères de leur jeunesse.

  • Des personnages en marge qui détournent le réel
Ces personnages semblent tout droit sortis de contes, de rêves ou encore de poèmes. Agrippine, la fille du capitaine, attend de rencontrer le prince charmant et s'étonne qu'aucun garçon ne l'aborde et n'écoute son verbiage à l'eau-de-rose. Le devin des pierres et sa fille Adina, mi-humains mi-fantomatiques, entraînent le lecteur dans un univers à la Maupassant ou à la Edgar Poe. Le lieutenant von Balthasar recherche la poésie en plein cœur de la guerre et de la débâcle allemande, tandis que la jeune Ilaria tente de faire vivre le rêve d'un trésor de l'Ancien du village. Dugay, alias le Docteur Martin, s'applique à créer une théologie sans Dieu. Enfin, Valentin Iconaru et l'ingénieur Iliescu découvrent une faille vers un au-delà, sous la forme de camions transporteurs.

Des aspirations amoureuses de jeunesse à la quête d'une spiritualité désabusée, mais ô combien poétique, ces personnages sont les pendants libérés des narrateurs. De l'être humain, ils portent en eux la folie, l'exubérance, mais également l'enthousiasme et la vraie liberté. Débarrassés de leurs attaches terrestres, ne vivant que par l'imagination et l'esprit, même la mort physique ne les affecte pas. Ils sont, éternellement. "À l'ombre d'une fleur de lys, au paradis."

Le Salut par le merveilleux

En mélangeant réalité historique et mythes empreints de magie, Mircea Eliade offre ainsi une série de tableaux à la fois violents et tendres, où contrastent pragmatisme et poésie, afin d'inciter son lecteur à envisager plusieurs routes à suivre, et plusieurs sens à trouver aux blessures de tout un peuple au cours d'une époque troublée.

Entre non-dits et sous-entendus, il développe une esthétique riche de symboles et d'interprétations, où le réel, sordide et incomplet, se révèle parcouru de fissures, remplies d'espoirs et d'idéaux, que chacun peut suivre du bout des doigts jusqu'à s'y engouffrer complètement.

Référence

Eliade Mircea, À l'ombre d'une fleur de lys..., trad. Alain Paruit, Paris, Gallimard, Folio, 1985.

À propos de l'auteur

user_images/_MG_8948small.JPG

MARIE SCHNEIDER

Écrivain pluri-active, passionnée de mots et de lectures en tout genre, entre autres...
  • 65

    Articles
  • 4

    Séries
  • 1

    Abonnés
  • 1

    Abonnements

Poursuivez la discussion!