Don Dellilo, "L'Étoile de Ratner" : la science ... à la folie...

"L'Étoile de Ratner" de Don Delillo, du mysticisme à la folie scientifique, une étrange communauté de savants sous le regard lucide du jeune surdoué Billy.
19

L'étoile de Ratner est l'élément central de ce roman : elle en est un personnage et l'inconnue, la fameuse inconnue mathématique qui motive la venue au Centre futuriste et pluri-national dénommé Expérimentation Numéro Un de Billy, un jeune surdoué, Prix Nobel de mathématiques à seulement quatorze ans.

De la région de cette étoile est parvenu un signal radio qui ressemble fortement à un code et que Billy est embauché pour déchiffrer après que de nombreux mathématiciens éminents y ont échoué. Il se retrouve donc enfermé dans ce Centre, aux prises avec des scientifiques et des savants de tout ordre qui offrent dans la première partie du livre une galerie de portraits joyeusement dérangés, chacun engoncé dans ses principes, son orgueil ou celui de sa discipline.

L'entrée dans un univers purement scientifique

Don Delillo adopte dès le départ un style extrêmement précis un ton neutre qui se veulent sans doute le reflet de la rigueur scientifique, ainsi que de la lucidité juvénile de son personnage. Les émotions qui surgissent chez le lecteur au fur et à mesure que s'amplifie la folie dans laquelle Billy est emporté, souvent contre son gré, naissent précisément de cette neutralité. Du sourire à l'angoisse, et parfois à la terreur, le lecteur est bringuebalé d'un personnage à un autre, d'un temps à un autre, et même d'un point de vue à un autre, sans aucune autre accroche sûre que les raisonnements logiques et mathématiques, qui se dissolvent également dans la folie générale à la fin du roman.

C'est à la fois une difficulté et un plaisir que d'accepter de se laisser emporter par le jargon scientifique déployé par l'auteur, ainsi que par les multiples rebondissements des théories qui s'entre-croisent et se renouvellent sans cesse. Inutile pour autant d'aller chercher le dictionnaire pour tous les mots inconnus, car certaines théories, comme dans tout bon roman de science-fiction, sont entièrement inventées et acquièrent d'autant plus d'impact affectif qu'elles ne sont pas comprises entièrement.

Le cycloïde, figure principale du roman

Le cycloïde est une figure géométrique qui, selon le dictionnaire Larousse en ligne, représente une "roulette engendrée par un point situé sur un cercle qui roule sur une droite". C'est donc un mélange de linéarité et de circularité qui se retrouve à différents niveaux du roman.

Tout d'abord, c'est la forme architecturale donné aux bâtiments du Centre Expérimentation Numéro Un, forme qui suscite une controverse entre les différentes éminences qui l'habitent, considérée tantôt comme une perfection, tantôt comme une perversion formelle.

Cette forme se retrouve également dans l'enchaînement des temporalités, des lieux et des points de vue qui suivent une alternance régulière tout en se mélangeant. De nombreux personnages n'apparaissent qu'une fois, mais des bribes de la rencontre de Billy et ces personnages se retrouvent par écho, sous forme d'un signe, d'un retour dans un lieu, ou d'une évocation dans un dialogue. Il est intéressant de noter que cette forme s'emballe et se disloque stylistiquement à la fin : l'auteur joue sur des changements sur quelques phrases, montrant les limites de la logique et de la foi en la science dans une écriture décousue, et détruisant les certitudes des personnages qui semblaient enfin arriver à des conclusions certaines quant à l'origine, au contenu et à la manière de répondre au message codé.

Le paradoxe de l'humain, être de corps et d'esprit

Il existe une véritable dichotomie entre le corps et l'esprit dans tout le roman : le corps est à la fois célébré et méprisé, car il n'est plus qu'un objet qu'il faut satisfaire : les aliments sont des ersatz , le sommeil un objet d'études, et l'acte sexuel n'est plus qu'une nécessité corporelle, soit de plaisir, soit de reproduction, mais en aucun cas un échange entre deux êtres. La solitude est le seul "sentiment" partagé par tous les personnages.

Billy, en tant qu'adolescent, est la figure même de ce corps qui se cherche sans vouloir vraiment se trouver, persuadés que sont les savants que le corps met un frein à l'esprit. Car c'est là leur véritable orgueil, et aussi leur péché (puisque la religion est considérée comme une émanation de la science), car ils voudraient leur esprit illimité alors que l'être humain est par essence, et dans toutes ses composantes, limité. Même les mathématiques, avec leurs nombres entiers naturellement infinis, et la logique humaine se heurtent à cette finitude et à cette incapacité de se représenter et d'exprimer de manière cohérente la totalité de l'univers.

Les tentatives de création d'un méta-langage pour accéder à un langage universel et complètement logique se soldent par un échec cuisant qui pousse même certains personnages, au sommet de la folie, à se terrer dans un trou et à creuser un trou dans ce trou, se nourrissant de vers et d'insectes pour finir par s'enterrer vivants.

Science-fiction et contexte contemporain ?

Don Delillo écrit ce livre dans le contexte des deux chocs pétroliers (1973 et 1976) qui ont remis en cause la confiance en l'avenir née de l'après-guerre. Cette crise émerge par endroits, notamment, dans l'idée d'un Centre entièrement alimenté en ce que nous appelons actuellement énergies renouvelables, et dans le monopole sur le guano de chauve-souris (nouvelle source d'énergie) que cherche à acquérir un cartel hondurien.

Néanmoins, c'est une réflexion plus générale sur l'homme, le progrès et le langage qu'offre cet auteur en confrontant chaque lecteur à sa propre folie scientifique, son propre désir de tout expliquer, de tout structurer et de tout exprimer, alors que l'essentiel de la connaissance lui restera à jamais inconnu ou imperceptible.

Référence

Delillo Don, L'Étoile de Ratner , trad. Marianne Véron, Arles, Actes Sud, Babel, 1996.

Dictionnaire Larousse : http://www.larousse.fr/dictionnaires/francais/cycloide/21302#21178

Sur le même sujet