F. de Closets, "Zéro faute": manifeste du droit à l'erreur écrite

François de Closets, partisan de la réforme de l'orthographe, dresse le roman d'une "passion française" (dixit) : historique, réflexion et solutions.

Dès sa sortie en 2009, Zéro faute a généré un scandale dans les milieux littéraires : à l'heure où la croisade pour l'orthographe paraît s'enliser, voire reculer en faveur d'une anarchie scripturale, oser parler de simplifier l'orthographe, c'était comme blasphémer. L'orthographe étant un monument de la langue française, j'étais moi-même sceptique à l'ouverture de cet essai "brûlant". Toutefois, François de Closets offre des pistes de réflexion et une perspective linguistique loin d'être inintéressantes.

Le français historique : d'où vient l'orthographe ?

C'est une question qui n'est jamais posée, y compris dans un cursus de Lettres, où l'on aborde certes l'évolution du français, mais uniquement d'un point de vue phonétique, sémantique et syntaxique. Les nombreuses variantes morphologiques des mots et l'incidence qu'elles ont eu sur l'orthographe actuelle sont à peine évoquées. De même, on lit en Lettres les œuvres des Rabelais, Montaigne et autres auteurs classiques, dans le texte (i.e. en moyen français ou en français classique), mais en forçant l'œil à s'habituer à ne plus voir ce qu'il considère comme des "fautes"... admises par l'ancienneté.

C'est précisément cette évolution de la graphie et des aberrations qui s'y sont accolées que retrace l'auteur dans une large partie de son essai. Si le français est communément connu en tant que "langue latine", les fortes influences germaniques qu'il a pu subir lors des invasions barbares sont, quant à elle, volontiers éclipsées. Or ces influences sont pour une bonne part dans la complexité à transcrire notre langue avec un alphabet latin. De là sont nés un bon nombre de graphèmes, que les scribes (seuls scripteurs de l'époque) reconnaissaient entre eux, mais parfaitement impropres à l'apprentissage massif requis par notre enseignement actuel.

Dresser à nouveau un historique détaillé de ces évolutions n'est pas notre propos : le lecteur se reportera aux pages simples mais détaillées qui y sont consacrées dans le livre. Ce qu'il faut retenir, c'est que la perspective historique et diachronique de notre langue permet de mieux envisager sa vivacité : l'évolution est ce qui caractérise une langue vivante. De nos jours, locuteurs et scripteurs se retrouvent face à une langue à deux vitesses : la langue orale qui continue d'évoluer, et la langue écrite qui, à cause d'un immobilisme général et d'un culte de l'orthographe (voir le phénomène des "Dicos d'or"), est en passe d'être momifiée.

Pétrification de l'orthographe : une double conséquence

Jusqu'à la fin du 18ème siècle, il existait deux orthographes, deux manières d'écrire : l'une, publique, obéissait aux règles d'usage fournie par l'Académie (qui a publié son premier dictionnaire en 1694). L'autre, privée, n'obéissait qu'au bon vouloir de l'écrivant. La "faute" d'orthographe n'a été instituée qu'avec la Troisième République, lorsque l'éducation populaire devient une priorité de l'État, et cette institution se manifeste sous la forme de la trop fameuse dictée.

C'est alors que l'orthographe, qui devient la première discipline au programme, se rigidifie et que toute tentative de simplification ultérieure se révèle impossible. Mais c'est oublier que cette orthographe imposée aux élèves est celle des clercs, d'une élite intellectuelle, qui ont tous des notions d'étymologie et une pratique régulière des mots. En revanche, pour le Français issu du peuple, elle est tout sauf logique, impossible à reconstituer à coup sûr et loin de la simple phonétique. La première conséquence de ce figement de la graphie a donc été de stigmatiser ses victimes dysorthographiques, ou au contraire de fournir un sésame à ses élus, entraînant une forme de discrimination "au mérite" fondée sur l'illogisme de la morphosyntaxe !

La deuxième conséquence, qui n'apparaît qu'à l'heure actuelle, est une chute d'apparence irrémédiable du niveau des élèves concernant l'apprentissage de l'écriture. Avec l'alourdissement progressif des programmes et la nécessité pour l'école de produire des "têtes bien faites", l'orthographe n'est plus une priorité, et il serait humainement impossible aux professeurs de parvenir à rehausser le niveau sans augmenter considérablement le volume horaire des élèves. Être professeur de français de nos jours relève presque du sacerdoce.

Encore si cette baisse de niveau ne concernait que l'orthographe, mais c'est bien l'ensemble de l'écrit qui est touché : le langage qui prime est celui de la communication, mais le langage de la pensée, lui, semble reculer. Or l'un des objectifs de l'écrit est bien de fixer une pensée et de la transmettre, pas seulement de raconter sa vie à son voisin de classe que l'on vient de quitter.

Simplifier l'orthographe, mais à quel prix ?

Il paraît évident que la langue française est trop compliquée à écrire (il n'y a qu'à voir les étrangers s'arracher les cheveux avec nos innombrables exceptions). Toutefois, comment simplifier l'orthographe sans créer un nouvel épisode de la Tour de Babel ? Sans tomber dans la pure anarchie scripturale ? Car le but est tout de même bien que les gens se comprennent en se (re)lisant. Si chacun s'invente un code propre, comment feront les "interscripteurs" pour le déchiffrer?

C'est là que l'ouvrage de François de Closets offre quelques solutions intéressantes, notamment par le biais des correcteurs orthographiques (à condition qu'ils soient utilisés intelligemment). La réforme de l'orthographe de 1990 ne prévoit que quelques changements bénins et une tolérance graphique qui facilitent l'écriture sans la rendre indéchiffrable (la preuve en est l'application de cette réforme sur les trois derniers chapitres du livre). Il paraît néanmoins difficile de changer beaucoup plus de graphies sans provoquer un tollé et sans dénaturer la lecture.

Toutefois, les réévaluations des barèmes de l'Éducation Nationale qui imposent aux professeurs de ne plus tenir compte de l'orthographe alors même qu'il leur faut de bonnes lunettes et un tube d'aspirine pour décrypter certaines copies, et que tous les élèves, plus tard, seront jugés en entreprise sur un niveau minimum d'orthographe, ne me paraît pas non plus une bonne solution. C'est au contraire entériner le problème.

En revanche, l'idée de coupler l'apprentissage de la grammaire et du vocabulaire avec l'utilisation des ressources informatiques est loin d'être une idée folle : les logiciels garantissent une bonne partie de l'orthographe lexicale, et en apprenant à bien s'en servir, ils pourraient faire passer beaucoup d'élèves d'un niveau d'écriture catastrophique à un niveau moyen, sans plus les stigmatiser par la "faute". Malheureusement, l'Éducation Nationale ne semble pas avoir choisi la pente des nouvelles technologies.

Le débat reste donc ouvert et ce livre me paraît un bon commencement pour amorcer une réflexion de fond sur notre langue écrite.

Référence

De Closets François, Zéro faute , Paris, J'ai lu, 2009.

Sur le même sujet