Vous avez dit 5 fruits et légumes par jour ?

Cinq fruits et légumes par jour : un slogan à contexte franco-français. Explication de texte et extrapolation pour une meilleure application.

Depuis plusieurs années, aussi bien en matière de sécurité routière qu'en matière de lutte contre l'obésité, le gouvernement français mise sur des campagnes publicitaires chocs, formées de messages clairs, concis et trop souvent caricaturaux et réducteurs.

Tout le monde entend plusieurs fois dans la journée qu'il faut manger "5 fruits et légumes" par jour. Les médias passent ce message en boucle, visant tout particulièrement le jeune public. À ses côtés sont diffusés d'autres slogans tout aussi tapageurs comme "Évite de grignoter dans la journée" ou "Dépense-toi bien". Des slogans qui relèvent, ou devraient relever, du bon sens. Le débat sur l'éducation alimentaire n'est toutefois pas notre propos.

Plusieurs communiqués ont déjà nuancé le contenu du message du slogan "5 fruits et légumes par jour". Il n'y a pas si longtemps, au tout début de la campagne, les spots publicitaires incitaient même à manger jusqu'à 10 fruits et légumes par jour, chiffre aberrant s'il en est. Ces communiqués ont expliqué qu'un fruit ou un légume correspondait à une portion d'environ un bol chinois, un peu plus ou un peu moins selon les sources, soit entre 200 et 300g par ration. Après un rapide calcul, on aboutit à une ration journalière pour 5 portions de 1 à 1,5 kg, ce qui est énorme, tant par le volume que par le prix, même en pleine saison !

Une solution très française contre l'obésité

En France, il est tout à fait possible d'atteindre ce ratio , quoique pour bien des ménages, cela nécessite de rogner sur d'autres parts de l'alimentation. Mais en se transportant dans d'autres coins du globe, notamment dans les pays septentrionaux, force est de constater que ce slogan n'est en aucun cas applicable dans tous les pays.

En Suède comme au Danemark, il faut compter 6 à 8 couronnes (soit environ d'1€) pour un fruit à l'unité ! En pleine saison, le kilo de pêches est vendu 19,99 SEK (couronne suédoise, soit environ 3€), mais pas loin de 50 DKK (couronne danoise, soit environ 6€) ! De même au Japon, une simple pomme peut valoir jusqu'à l'équivalent de 10€, et les prix de certains fruits et légumes (dont les pommes de terre) sont donnés au 100g pour ne pas effrayer le client, ce prix étant déjà supérieur au prix du kilo français.

Il est aisé dans un pays producteur de prôner une telle consommation. L'industrie agro-alimentaire a d'ailleurs dû pousser dans ce sens, car les fruits et légumes frais restent chers, même s'ils sont loin derrière les produits animaux.

Explication de texte

Comme cela a été évoqué plus haut, un fruit ou un légume équivaut à une portion, mais une portion de quoi ? Pour certains, seuls les fruits et légumes frais comptent, quand d'autres incluent dans ce compte les fruits secs, les jus et les conserves, avec toutes les nuances possibles entre les différentes écoles de pensée.

Voici des exemples de repas classiques tels qu'ils sont prescrits par les nutritionnistes :

Petit déjeuner :

Thé ou café ou chocolat chaud,

Pain (complet de préférence)

Beurre et confiture,

Jus de fruit (frais de préférence) ou fruit entier.

Déjeuner :

Crudités

Féculents

Viande rouge ou poisson

Fromage

Dessert, de préférence un fruit

Dîner :

Crudités

Légumes cuisinés

Viande blanche ou poisson (facultatif)

Fromage

Dessert, de préférence un fruit

Idéalement, ces repas répondent aux exigences des 5 fruits et légumes par jour. Mais ils restent des repas copieux : nombreuses sont les personnes à ne manger qu'un plat principal lors des repas du midi et du soir, ce qui supprime deux apports de légumes, et deux apports de fruits (qui peuvent quant à eux être rattrapés sur un goûter).

Par ailleurs, les desserts ne sont pas nécessairement composés de fruits, le jus de fruit du matin n'est pas forcément frais, de nombreuses personnes privilégient les plats préparés ou mangent sur le pouce au moins une fois par jour. Comment compter alors ?

Alimentation végétale contre 5 fruits et légumes par jour

Au lieu de se fatiguer à chercher quel fruit ou quel légume pourra constituer l'une des cinq portions, il faut déplacer le problème : le défaut de ce slogan réside dans le compte et dans l'imprécision de ses termes. Nul ne peut dire qu'un Japonais ou qu'un Suédois soit carencé en tel ou tel nutriment, et pourtant ils ne mangent pas ses 5 fruits et légumes frais.

En réalité, tous les végétaux, qu'ils soient frais, secs, en conserve ou cuisinés, peuvent être inclus dans ce ratio : ainsi les féculents, les légumineuses, les algues, les épices et les condiments participent tous à parts égales avec les fruits et légumes frais à l'équilibre alimentaire et à l'apport de nutriments essentiels, tout en évitant de gréver irrémédiablement le porte-monnaie.

Ce n'est pas une nouveauté : tous les livres sur l'alimentation bio le disent, il faut revenir à une alimentation végétale et limiter les aliments d'origine animale. C'est le meilleur moyen pour s'assurer un bon apport nutritionnel à un coût raisonnable, tout en luttant contre l'obésité. 80% de végétal et 20% d'animal sur un apport calorique normal suffisent à couvrir la totalité de nos besoins sans se priver.

Sans tomber dans la cuisine végétarienne, il existe à présent de nombreux ouvrages qui proposent des recettes saison par saison ainsi qu'une cuisine créative et savoureuse, bien loin du cliché du brocolis vapeur. Arrêtons donc de compter et changeons d'alimentation de manière plus globale.

Quelques références bibliographiques pour donner des idées

Guillain France, Manger bio c'est pas cher , Paris, Éditions Jouvence, 2005.

Jaffrelo Anne-Laure, Se nourrir au naturel , Paris, Alternatives, 2010.

Le site des éditions La Plage qui regorge de références alléchantes : http://laplage.fr/Accueil.

Sur le même sujet