Axis Power Hetalia, un manga entre provocation et réconciliation.

Le manga satirique Hetalia montre les pays du monde sous les traits de personnages caricaturaux. Provocation raciste ou hymne à la paix? Les avis divergent.
06 Fév
6

Avec l'annonce en juillet 2008 d'une adaptation en anime du manga Axis Power Hetalia , la Corée du Sud s'est mise en colère. Le manga de Himaruya Hidekaz met en scène les pays du monde sous les traits humoristiques de personnages stéréotypés, et le personnage de Corée a été vu par une partie de l'opinion Sud-Coréenne comme une insulte venue de l'extrême droite japonaise. Pourtant, des internautes de tous pays voient en Hetalia un hymne à la paix, arguant que tous les pays sont décrits de façon caricaturale y compris Japon lui-même.

Axis Power Hetalia, un manga abordant des sujets sensibles.

Himaruya Hidekaz a démarré la publication de Axis Power Hetalia (Hetalia, les pouvoirs de l'axe) en ligne, sous forme de strips de quelques cases accessibles sur son site officiel . En mars 2008 un premier tome est publié au Japon sous forme papier, suivi d'un deuxième en décembre de la même année. Le manga met en scène des pays de tous les continents, représentés par des personnages qui accumulent les clichés courants sur leurs habitants.

Mais ce qui fait polémique en premier lieux, c'est qu'une grande partie de l'histoire tourne autour de trois pays: l'Allemagne, l'Italie et le Japon, lors de la seconde guerre mondiale. D'où le titre, Hetalia étant la contraction de Hetare ('bon à rien') et Italia (Italie).

La guerre est vue à travers des faits historiques comme le manque d'entraînement et de matériel des Italiens, la terreur inspirée par la Russie ou encore les tentatives de contrôle de la Chine par l'occident ainsi que son attaque par le Japon. Mais ces faits historiques sont mêlés à des anecdotes et des clichés humoristiques. Italie est un éternel déserteur fabriquant des drapeaux blancs en série, la cuisine anglaise est vue comme la pire des menaces britannique ou encore Amérique ne trouve pas Allemagne sur sa carte du monde, où ne se trouvent en fait que les USA.

Un manga satirique ne ménageant aucun pays.

Dans le manga de Himaruya Hidekaz, tous les pays en prennent pour leur grade. Amérique est bruyant et gamin, proposant de sauver le monde à l'aide de robots géants tout en se gavant de hamburgers. Japon est un Otaku mal à l'aise socialement mais passionné de nouvelles technologies. La cuisine d'Angleterre est toxique, France est un pervers assumé, Italie du Nord un peureux souriant et aimant par-dessus tout les pâtes, et son frère Italie du Sud a l'insulte facile et ne jure que par les tomates. Chaque pays voit les clichés ou blagues qui courent sur ses habitants appliqués à sa personnification, et cela ne plaît pas forcément à tout le monde.

Un manga qui provoque la colère de la Corée du Sud.

Malgré le parti pris humoristique de l'auteur, certains ont vu dans le personnage de Corée une attaque des nationalistes japonais, et l'affaire est remontée jusqu'au parlement coréen . Il est vrai que ces dernières années, certains manga anti-coréens ont été publiés au Japon, tel Kenkanryu . Ces manga qui reprennent les arguments de l'extrême-droite japonaise développent entre autre l'idée que la Corée n'aurait jamais évolué sans l'intervention du Japon. Il est donc compréhensible que les Coréens soient méfiants face aux représentations satiriques de leur pays dans la culture japonaise.

Dans le manga, Corée est représenté par Im Yong Soo. Le personnage est excentrique, exhibant tour à tour un sourire éclatant ou une moue boudeuse et proclamant régulièrement que tout et n'importe quoi «a été inventé en Corée». Dans plusieurs gags, il 'pelote' d'autres personnages, masculins ou féminins, en proclamant que leur poitrine appartient à la Corée. Cela a été vu par certains internautes sud-coréens comme une description raciste d'une Corée perverse et nationaliste. Mais ce serait oublier que Japon, Kiku Honda dans le manga, est décrit comme possédant de nombreux livres érotiques, ou que France, Francis Bonnefoy, se promène souvent nu et fait des avances peu discrètes à ses interlocuteurs.

Un appel à l'entente internationale ?

Les conséquences de la polémique coréenne ont été la déprogrammation de la version anime de la chaîne Kids Station et sa diffusion en ligne sur Animate.tv, mais cela n'a pas fait baisser la popularité du manga. De nombreux internautes à travers le monde voient en cette série un appel à l'entente entre les peuples en plus d'un moyen de découvrir l'histoire et la culture de nombreux pays. Les nations sont montrées comme portant de profondes cicatrices représentant chaque guerre passée. Quant au personnage principal, Italie, il dit dans l'un des premiers épisodes qu'il n'a pas envie de se battre ou de conquérir car c'est ce qui a détruit son 'grand-père' Rome.

Axis Power Hetalia , manga raciste ou bien moquant les nationalistes à la fierté mal placée? À chacun de se faire son opinion. Mais même si l'idée qu'un manga tourne en dérision des sujets aussi sérieux que la seconde-guerre mondiale paraît provocante, il ne faut pas oublier que la culture populaire japonaise a longtemps tenté d'ignorer cette période. Il est salutaire que des manga s'y attaquent, et plutôt bon signe qu'ils recueillent du succès.

Sources :

mata-web

Sur le même sujet