Quand l'Iran aura la bombe…

Conséquences régionales et internationales de l'Iran nucléaire.

Imaginons que d’ici 2 ans pour certains, 4 à 5 ans pour d’autres, l’Iran se soit doté de la bombe nucléaire. Comment se dessinera la carte régionale du Moyen-Orient ? Quelles tensions surgiront ? Un conflit sera t’il possible ?

Encore une fois, l’AIEA va rendre un rapport sur dans lequel elle assurerait, restons au conditionnel tant que le rapport n’est pas publié, que le programme nucléaire iranien est en fait un programme militaire. Ce n’est pas la première fois que l’actualité iranienne fait trembler. Tant est si bien, que si l’Iran devait vraiment avoir la bombe, on finira par ne plus en être surpris. Donc imaginons vivre avec une bombe nucléaire iranienne au-dessus de nos têtes. Plusieurs niveaux de lectures sont à envisager :

Les conséquences régionales tout d’abord.

Le plus probable d’après la plupart des experts serait une réaction forte d’Israël, avec éventuellement une attaque préventive sur les principaux sites militaires en Iran. Cette frappe préventive a de grandes chances de se produire surtout si Israël et donc les Etats-Unis ont la conviction profonde que Téhéran a la bombe.

De plus, il va y avoir une sanctuarisation des frontières israéliennes et une militarisation accrue de la région.

D’autres conséquences régionales, serait l’augmentation des dépenses militaires de pays du Moyen Orient. Avec une croissance de 2.5% par an, et un budget atteignant les 111 milliards de dollars, il est fort à envisager que ce budget n’explose en cas de coexistence avec une bombe nucléaire iranienne.

De plus, les Etats-Unis accroitraient leur présence militaire dans le Golfe et renforceraient le partenariat avec l’Arabie Saoudite dont la défense dépend pour beaucoup du parapluie américain. Donc loin de se désengager du Moyen Orient comme elle le souhaitait au départ, la Maison Blanche, donc Obama, devra renforcer la présence militaire et surtout maritime dans la région.

Les conséquences internationales.

Les tensions risquent de fortement influer sur le cours des matières premières, donc du pétrole. Car comme à chaque crise dans les pays du Moyen Orient, le prix du pétrole flambe. Mais dans ce cas, ce ne serait pas tant à cause de la bombe mais plus de la réaction des Etats voisins de l’Iran.

Possible disparition du régime de non prolifération nucléaire. En effet, les autres candidats à la bombe nucléaire, Brésil, Afrique du Sud, ne se priveraient pas de remettre en cause le régime de non prolifération et de revendiquer voir de tout simplement se doter de la bombe. Et dans le cas ou ces deux pays enfreindraient le régime de non prolifération, celui-ci deviendrait caduque car il ne tient que parce que certains pays puissants et qui ont les moyens d’avoir la bombe ont justement choisi de ne pas l’avoir. Leur non choix, leur renoncement est le fondement, ce qui rend solide le régime de non prolifération.

En conséquence, quand l’Iran aura la bombe, le monde sera moins sur, on s’en doutait déjà, mais surtout rien ne pourra empêcher une guerre d’éclater. Une bombe nucléaire iranienne est un casus belli en soi.

Sur le même sujet