Les effets de la canicule prolongée dans le centre des États-Unis

La période prolongée de temps sec et chaud dans le Midwest est susceptible d'affecter défavorablement les États-Unis et de reporter sa reprise écononomique
02 Août

La canicule continue dans le centre des États-Unis, avec des températures prévues encore plus chaudes, au moins pour la première semaine d’août. Dans le nord du Texas, il y a spéculation parmi les météorologues si la série de jours avec des températures de 38ºC ou plus battrait le record de 42 jours incontesté depuis 1980. Cependant, la chaleur prolongée crée des conséquences plus importantes que les chances de battre un record.

Dans le Midwest, les températures estivales sont élevées et la plupart des résidences privées possèdent un système de climatisation intégrale ou partielle, mais ces systèmes de refroidissement onéreux sont beaucoup moins fréquents dans les zones en dehors du Midwest. Malheureusement, pour une période, les températures excessives ont étendu jusqu’au Canada et le long de la Côte Est, apportant des températures d'environ 38ºC à Boston et de presque 40ºC à Washington DC pour quelques jours.

Une augmentation de morts et de maladies liées à la chaleur

Le CDC n’a pas encore compilé des chiffres nationales pour les morts que cette canicule a déjà occasionné mais, pendant les quelques jours de l’extension de la chaleur excessive au-delà du Midwest, les salles de presse ont signalé, seulement à Philadelphie au moins six morts liées à la chaleur, et au moins un nombre similaire dans une seule journée dans 3 États du Sud-est.

Malgré la climatisation, le Midwest a enregistré une hausse significative des maladies liées à la chaleur, certains ayant entraîné la mort. Beaucoup des systèmes peuvent à peine combattre les températures trop élevées et les personnes âgées souvent limitent strictement leur utilisation du système disponible parce qu'ils ont peur de contracter des factures d’énergie excessives. Des enfants, des animaux et des handicapés abandonnés dans une voiture, même pour une période assez courte, commencent rapidement à souffrir de coups de chaleur.

Tout le monde ne peut éviter d'être en plein soleil. Les ouvriers du bâtiment et des travaux publiques souffrent de l’exposition prolongée à des températures élevées et, au moment où les températures vont monter encore à 42 º C ou plus, la saison de formation de football démarre, pas seulement pour la NFL, mais pour des centaines d’équipes scolaires et universitaires.

Autres répercussions de la canicule

La chaleur prolongée, à la suite d'un printemps anormalement sec, a créé une grave sécheresse dans la majeure partie du Midwest. Au Texas seul, 97% de l'état subit des conditions de sécheresse sévère ou même, à l'ouest, de sécheresse extrême. Presque tout de l'État est désormais sous une interdiction de brûler. Dans la première partie de l’année, des feux de forêt ont consumé des milliers d'hectares dans l'ouest du Texas et restent toujours une menace quotidienne, mais le risque de grandes conflagrations s’étend aussi maintenant aux villes et villages. La moindre étincelle (par exemple à partir d'un court-circuit électrique) peut enflammer le bois déshydraté dans les maisons et immeubles, que les flammes consomment entièrement pendant que les pompiers essayent d’empêcher la propagation des incendies dans le quartier environnant.

Des répercussions à moyen terme

Une grande partie du Texas est toujours un pays de bovins. En raison de manque de pâturages, les fermiers vendent leurs bouvillons aux enchères avant terme à des poids réduits. Les rendements laitiers sont également considérablement réduits. Cela crée non seulement un effet immédiat sur les revenus agricoles, mais aussi, en aval, élèvera encore plus le prix du boeuf et du lait pour de nombreux mois après.

Dans la zone de culture de céréales, les plantes se dessèchent dans les champs: le rendement est réduit de manière significative, ce qui créera un augmentation de prix futur.

Pour comble d'insulte, la sécheresse impacte également la production de pétrole dans l'ouest du Texas et l'Oklahoma. D’habitude, on extrait le pétrole brut par un procédé de «fracturation», cela veut dire que l’on injecte de l’eau dans les puits pour forcer le pétrole vers la surface. La plupart de l'eau dans la région provient de puits artésiens et, sans remplissage naturel par la pluie, la nappe phréatique sera désormais fort impactée par les demandes combinées de l'élevage, des cultures et de l'industrie pétrolière. La conséquence sera une augmentation des coûts du pétrole à partir de cette région. Toute hausse des coûts du pétrole se répercute sur l'économie en générale par son augmentation des coûts de production et de transportation.

Les membres de l'exécutif et du législatif, qui espèrent qu’un rebond rapide de l’économie compenserait l’augmentation du plafond d'endettement vont être déçus. Les hausses de prix du pétrole et des denrées de première nécessité, tels que le pain, le lait et la viande, vont mettre encore plus de pression sur le budget familial et déportera plus loin aucune reprise économique.

Sur le même sujet