Antioxydants de l'Amérique du Sud : baie de maquis et acérola

La baie de maquis et l'acérola, deux nouveaux super fruits, possèdent un potentiel antioxydant exceptionnel et des vertus médicinales à découvrir.
30

Les études scientifiques sur les baies et leurs produits dérivés démontrent un impact positif sur plusieurs maladies chroniques, telles que l’obésité, le cancer, les maladies cardiovasculaires et neurodégénératives (1, 2). Comme d'autres fruits, les baies contiennent des vitamines, des minéraux et des fibres, mais leurs propriétés biologiques sont en grande partie attribuable à leurs niveaux élevés de différents composés phénoliques, ainsi que les synergies interactives entre leurs composantes phytochimiques naturelles (3, 4).

Les propriétés phytochimiques des baies trouvées couramment en Amérique du Nord et en Europe ont été largement explorées, alors que celles de l'Amérique du Sud commencent à émerger au niveau international. A cette fin, plusieurs bénéfices sur la santé ont été identifiés chez les plantes fruitièresde nos confères du sud, spécifiquement dans la baie de maquis et l’acérola (5).

Baie de maquis ( Aristotelia chilensis )

Aristotelia chilensis est un arbuste fruitier qui prospère dans les forêts tempérées du centre sud du Chili et à l’ouest de l'Argentine. Il appartient à la famille des Elaeocarpaceae et est communément appelé «maquis» (6).

Composés phytochimiques connus

Plusieurs rapports scientifiques sur la composition phytochimique de cette baie indiquent la présence d'alcaloïdes indoliques, de quinoléine et des niveaux élevés de polyphénols. Parmi les polyphénols, une teneur élevée en anthocyanine a été observée (7, 8).

Activité biologique et effets sur la santé

Les fruits et les feuilles de cette plante possèdent diverses propriétés biologiques qui sont principalement attribuables à leur contenu riche en antioxydants phénoliques (7, 8). Par exemple, le jus de baies de maquis inhibe l’oxydation de la lipoprotéine de faible densité (LDL) et protège les cellules endothéliales humaines contre le stress oxydatif intracellulaire, suggérant des propriétés antiathérogène (contre la formation d’athérosclérose) et cardioprotectrices (8). Les extraits de feuilles de maquis montrent également une activité nématicidale (tue les nématodes) et antivirale (8). De plus, les baies de maquis contiennent une teneur relativement élevée en minéraux: 100 g de baies de maquis apporte 27% de l’apport journalier recommandé en calcium, 28% en potassium et 70% en fer; en revanche, la baie contient un faible taux de sodium (5).

Récemment, l'utilisation de cette plante a dépassé ses frontières traditionnelles, pour atteindre de nouveaux domaines au niveau de la commercialisation. Notamment, une formulation topique contenant des extraits de baies de maquis a été développée et brevetée pour la prévention et le traitement des lésions de la peau, résultant du vieillissement et de l’exposition au soleil (5).

Alcérola ( Malpighia emarginata )

Malpighia emarginata , plus communément appelé «acérola», est un arbuste de la famille des Malpighiaceae . Il est également nommé «cerise de la Barbade», «cerise française», «cerise de jardin», ou «cerise indienne» (9). L’acérola est originaire des îles des Caraïbes, en Amérique Centrale. Ces fruits peuvent se présenter sous une variété de couleurs, en fonction de leur maturité et de leur origine, allant du vert jusqu’au pourpre. Ces cerises sont généralement vendues pour une consommation crue ou à des fins médicinales. En ce sens, certaines propriétés lui ont été attribuées: guérison des rhumes et de la grippe ainsi que pour soigner les maladies pulmonaires, hépatiques et celles de la vésicule biliaire (5).

Composés phytochimiques connus

La cerise contient une grande variété de flavonoïdes (ex. anthocyanines), acides phénoliques et de caroténoïdes (ex. b-carotène) (10). A cet effet, une attention particulière a été accordée à la teneur en caroténoïdes (de 0,32 à 40,6 mg) dans l'acérola, qui augmente proportionnellement à son stade de maturité (11). De plus, cette dernière possède une très haute teneur en acide ascorbique (vitamine C), allant de 1000 à 4500 mg/100 g de pulpe; 50 fois plus élevé que l’orange et une des meilleures quantités derrière la prune «kakadu» (11).

Activité biologique et effets sur la santé

Malpighia emarginata a émergé depuis les dernières années grâce à ses avantages potentiels pour la santé humaine, associés à son pouvoir antioxydant exceptionnel. Un extrait brut de polyphénols d'acérola permet d’alléger la pigmentation de la peau irradiée par la lumière ultraviolet in vivo ; effet qui a été partiellement attribué à l’inhibition de la mélanogénèse dans les mélanocytes (12). Ces mêmes extraits possèdent également un effet préventif contre l'hyperglycémie (13) et une activité anti-inflammatoire (14). De plus, un concentré d’acérola permet d’inhiber l'initiation de la cancérogenèse du poumon chez les souris, montrant à la fois une activité spécifique et cytotoxique contre la tumeur et une propriété d’inversion de résistance multi-drogues, suggérant une application possible pour le traitement du cancer (15). Finalement, l'acérola possède également des propriétés antifongiques (15).

Conclusion

La baie de maquis et l’acérola et d’autres petits fruits tels que la cerise de Montmorency, émergent au niveau international, par leurs grands pouvoirs antioxydants et leurs vertus exceptionnelles sur la santé.

1. Juranic Z, Zizak Z. 2005. Biofactors 23: 207-11

2. Zafra-Stone S, Yasmin T, Bagchi M, Chatterjee A, Vinson JA, Bagchi D. 2007. Mol Nutr Food Res 51: 675-83

3. Seeram NP. 2008. J Agric Food Chem 56: 627-9

4. Szajdek A, Borowska EJ. 2008. Plant Foods Hum Nutr 63: 147-56

5. Schreckinger ME, Lotton J, Lila MA, de Mejia EG. J Med Food 13: 233-46

6. Suwalsky M, Vargas P, Avello M, Villena F, Sotomayor CP. 2008. Int J Pharm 363: 85-90

7. Escribano-Bailon MT, Alcalde-Eon C, Munoz O, Rivas-Gonzalo JC, Santos-Buelga C. 2006. Phytochem Anal 17: 8-14

8. Miranda-Rottmann S, Aspillaga AA, Perez DD, Vasquez L, Martinez AL, Leighton F. 2002. J Agric Food Chem 50: 7542-7

9. Belitz H, W G, P S. 2004. Fruits and fruit products . Berlin: Springer

10. Mezadri T, D V, MS F-P, MC Ga-P, AM T. 2008. J Food Compos Anal 21: 282–90.

11. Mezadri T, A PG, D HM. 2005. Eur Food Res Technol 220: 63–9

12. Hanamura T, Uchida E, Aoki H. 2008. Biosci Biotechnol Biochem 72: 3211-8

13. Hanamura T, Mayama C, Aoki H, Hirayama Y, Shimizu M. 2006. Biosci Biotechnol Biochem 70: 1813-20

14. Wakabayashi H, Fukushima H, Yamada T, Kawase M, Shirataki Y, et al. 2003. Anticancer Res 23: 3237-41

15. Motohashi N, Wakabayashi H, Kurihara T, Fukushima H, Yamada T, et al. 2004. Phytother Res 18: 212-23

Sur le même sujet