Athéna ou le modèle de l'émancipation féminine dans la mythologie

Quels grands exploits ont établi la légende de la redoutable et guerrière déesse de la mythologie grecque Athéna associée à Minerve chez les Romains ?
42

Impitoyable, protectrice, revancharde, secourable, passionnée, pudique, Athéna est l'incarnation des multiples contradictions que l'on attribue aux femmes depuis la nuit des temps. Son statut de déesse aux multiples fonctions en fait une figure incontournable de l'Olympe de même qu'un modèle d'émancipation féminine pour l'Athénienne qui n'est alors reconnue que par son statut de fille ou d'épouse. Bien loin de la casanière Pénélope qui attend son cher Ulysse en faisant tapisserie, la déesse belliqueuse de par son arrivée spectaculaire et ses victoires successives sur la gent masculine ouvre la voie aux suffragettes de demain. Focus sur Athéna la guerrière, la castratrice, la formatrice.

Casque, lance, bouclier: la naissance d'Athéna qui tient tête à Zeus

La hache du dieu de la forge, Héphaïstos, fend l'air et le crâne de Zeus, au passage, pour libérer le maître de la Foudre d'un terrible mal de tête. Avec la souffrance d'une césarienne sans anesthésie, voilà qu'il donne vie à Athéna. Casquée, armée, elle pousse un cri terrible comme ceux qui montent des champs de bataille, déjà victorieuse de son propre père.

Ouranos le lui avait prédit: l'enfant qui naîtrait de son union avec Métis pourrait lui ravir son beau royaume. Point de calme olympien pour Zeus qui avale aussitôt sa compagne pour faire taire la menace. C'est dans son crâne, siège de l'intelligence et du commandement, que se livre la première bataille d'Athéna, prête à en découdre avec le roi des Dieux s'il le faut pour jaillir à la vie. Elle triomphe avec force fracas car dans le coeur de ce père aux multiples enfants et innombrables conquêtes, elle est avant même de se lancer avec ardeur dans moult combats, la favorite .

Sous l'égide d'Athéna, la victoire est assurée

Prédisposée par son nom à côtoyer les sommets (la racine indo-européenne ath - signifierait à la tête), elle occupe d'emblée une position importante au sein de l'Olympe.

Non seulement elle s'empare de l'attribut paternel, la Foudre, qu'elle peut lancer comme le tonnerre, mais elle détient comme lui l'égide. Qu'elle ait obtenu cette cuirasse en écorchant le géant Pallas ou qu'elle soit issue de son combat contre le monstre de la Gorgone auquel se rapporte la description d' Homère , elle apparaît invulnérable. Elle utilise en outre cette arme pour encourager Héraclès et soutenir les Grecs dans leur bataille contre Troie.

Hercule, symbole de la force virile, a recours à Athéna

La femme ne serait rien sans l'homme. A partir de ce postulat, les Athéniennes ne peuvent exister qu'en tant qu'épouses ou filles, sans droit de vote et confinées quand elles sont bien nées dans les gynécées . Recluses, elles ne peuvent sortir du foyer que pour procéder à des actes religieux cependant que les époux batifolent avec concubines et s'adonnent aux joies de la culture physique.

Le mythe est bien loin de la réalité lorsque l'on retrouve la déesse tutélaire d'Athènes, armant le bras du héros Hercule pour ses travaux, le munissant des redoutables castagnettes d'airain afin de terroriser les oiseaux du lac Stymphale qu'il parvient finalement à cribler de flèches. La force d'Athéna -elle jette sur le géant Encelade toute l'île de la Sicile- se double en outre d'une intelligence qui la rend indispensable.

Athéna commande aux hommes et supplante les Muses

On dispute à Euterpe l'invention de la flûte avec la légende d'Athéna qui, en voulant imiter le cri des Gorgones, en serait l'instigatrice. Elle aurait qui plus est appris aux hommes à dompter les chevaux, à utiliser les instruments de labour toujours de sa propre création. Elle protège les fileuses et les tisserands, anime les arts et la littérature, elle est l' Ergané , l'ouvrière, tout autant que la conseillère.

Pour asseoir son pouvoir, l'ingénieuse déesse n'a nul besoin des dieux. Pis, elle les gagne sur tous les tableaux. De son bras de fer avec son homologue Arès -en vérité elle le pourchasse comme un gibier en faisant cingler le fouet depuis le char de Diomède- elle triomphe haut la main. Elle transperce après une folle poursuite le dieu de la Guerre, coupable de soutenir les Troyens, d'un coup de lance.

Conseillère d'Ulysse et Télémaque, victorieuse de Poséidon

C'est à Athéna que Télémaque doit d'être guidé lorsqu'il part à la recherche de son père, à Athéna encore que le roi de Corinthe, Bellérophon, doit de pouvoir dompter Pégase, le cheval ailé, grâce au frein d'or qu'elle lui fournit. Et que dire d'Ulysse qui bénéficie de l'aide constante de la déesse tout au long de son odyssée?

Au dieu Poséidon enfin, on préfère la déesse Athéna lorsqu'il s'agit de les départager pour la possession de l'Attique. Quand le premier fait jaillir de l'eau salée d'un coup de trident sur le rocher de l'Acropole, la seconde choisit subtilement de faire pousser un olivier. Son arbre de la prospérité est élu par Cécrops ainsi que les habitants de la cité qui auraient selon la version de Varron fait participer les femmes. Celles-ci soutenant Athéna et les hommes, Poséidon, elles auraient été privées du droit de vote suite à cette victoire.

Gare à qui outrage la vertu de la déesse !

Combien de femmes ont-elles été victimes de violences sexuelles depuis que l'homme a imposé sa loi en tirant profit de sa puissance physique? La chaste déesse n'est pas de celles qui cherchent dans la mort le moyen de se laver d'un affront. Au contraire, c'est elle qui la donne.

D'avoir surpris Athéna dans sa plus belle nudité alors qu'elle se baignait en compagnie de la nymphe Charyclo, Tirésias le paie de sa vie.

Pour sa tentative de violenter la déesse, le boiteux Héphaïstos, qui avait déjà essuyé un refus après lui avoir demandé sa main, se voit réduit à féconder la terre de sa semence. Athéna élève l'enfant qui en jaillit, Erichtonios, enfermé dans un coffre. Il deviendra néanmoins après avoir obtenu sa clémence le futur roi d'Athènes.

Sur le même sujet