Comment fête-t-on Noël en Allemagne? Traditions et gastronomie

Découvrez les traditions et les recettes typiques d'un Noël allemand entre Saint-Nicolas, Christkind, marchés, couronnes de l'Avent, calendriers, Plätzen...
37

Après l'Espagne et l'Italie, place aux festivités de nos cousins germains. Car, outre le Spaghetti eis , leur gastronomie est célèbre pour leur confection des desserts de fin d'année, des biscuits qui exhalent un doux parfum de vanille, d'anis, de cannelle dans une maison illuminée de bougies, de couronnes de l'Avent, de décorations achetées aux célèbres marchés de Noël. Des traditions séculaires, qui ont pour certaines leurs racines en Allemagne, sont toujours scrupuleusement respectées et donnent au pays des allures de fête dès la fin de novembre.

Le calendrier et la couronne de l'Avent, des symboles du Noël allemand

En Allemagne, la Weinachten (la nuit sainte) est l'occasion de confectionner, bien à l'avance, couronnes et calendriers de l'Avent . Ces derniers sont, qui plus est, d'origine germanique et auraient été inventés pour tromper l'impatience des enfants, lesquels recevaient chaque jour une image pieuse jusqu'au jour tant attendu. Plus tard, ces images pieuses seront remplacées par des biscuits et du chocolat pour le plus grand plaisir des bouches enfantines.

Désormais, les façades des bâtiments publics comme les hôtels de ville s'habillent, pour les festivités, de lumières et de décors et attribuent à chaque fenêtre un numéro, se métamorphosant ainsi en un calendrier de l'Avent géant.

Autre symbole fort de Noël, la Adventkranz (la couronne de l'Avent), très répandue en Allemagne où elle serait née au 16e siècle. On la trouve aux portes ou sur les tables des maisons et des magasins dès la fin du mois de novembre ; on allume ses quatre bougies méthodiquement, les unes après les autres, chaque dimanche précédant Noël.

Les bougies de la couronne ont une signification bien particulière.

  • La première représente le pardon accordé à Adam et Eve pour leur péché
  • La seconde symbolise la foi d'Abraham et des patriarches qui croient en la Terre promise
  • La troisième témoigne de l'alliance avec Dieu
  • La quatrième se rapporte aux prophètes qui annoncent un règne de justice et de paix

Le sapin est l'apanage des protestants

L'arbre de Noël doit son succès aux pays protestants comme l'Allemagne. En effet, les partisans de Luther rechignaient à considérer la crèche comme symbole de la nativité. Dès 1560, ils optent pour le sapin qui ne se défait pas de sa verdure en hiver et qui représente l'Arbre de Vie du paradis d'Adam et Eve. Progressivement, le sapin se pare de bougies qui évoquent la lumière du Christ et se coiffe d'une étoile en référence à l'étoile de Bethléem qui guida les Rois mages lors de la nuit sainte.

Autre tradition qui remonterait à 1434, le marché de Noël, qui est de toute beauté en Allemagne. On le retrouve près de nos frontières, en Belgique mais aussi en Alsace , qui a su en conserver l'héritage. Il dure tout le mois de décembre et permet l'achat des décorations de Noël. Il est de coutume d'y aller le week-end en couple ou en famille. Vin chaud, biscuits, pain d'épice y côtoient objets de décoration et illuminations qui rivalisent de magnificence et d'originalité pour offrir un merveilleux moment de fête et de magie à tous les Allemands mais aussi aux visiteurs venus de loin pour les admirer.

Saint Nicolas aussi célèbre que le Père Noël

A l'est, le 6 décembre est une fête presque aussi importante que celle célébrée le 25. Depuis le 16e siècle, la coutume veut que Sankt-Nikolaus (Saint-Nicolas) récompense les enfants sages tandis que son compagnon de route, le Knecht Ruprecht (le Père Fouettard), emporte dans son grand sac, roués de coups de bâtons, ceux qui ont été polissons.

Les bambins, tous réunis pour l'occasion, appellent Nikolaus en chantant. Au son d'une clochette, l'intimidant personnage fait son apparition et récompense un à un les enfants sages en leur donnant un petit sac de friandises. Parmi les douceurs se trouve le fameux Stutenkerl , une brioche en forme de petit bonhomme dont les yeux sont figurés par des raisins secs.

Les mets de Noël : Kaffe-Kuchen, Christstollen, Weihnachtsgans...

De même qu'en Italie Noël se fête sur plusieurs jours, chez les Allemands catholiques, c'est Christkind (l'Enfant Jésus) qui distribue les cadeaux, destituant ainsi le Weihnachtsmann de sa fonction principale.

Dans la journée du 24 décembre, les choses sérieuses commencent. On envoie les marmots jouer gentiment dans leurs chambres et on dépose les cadeaux au pied du sapin. Lorsque tout est prêt, on fait sonner une petite clochette pour signaler que le Christki nd est passé. Comme partout ailleurs dans le monde, c'est alors la ruade pour qui déballera son paquet en premier.

Au Kaffe-Kuchen, qui s'apparente à notre goûter avec son café et ses biscuits, et aux Plätzen, que grands et petits ont confectionné tout au long du mois, succède le repas du soir. On sert la Weihnachtsgans (l'oie de Noël) avec du chou rouge et des pommes. En dessert, on se régale d'un Christsollen , le gâteau traditionnel qui équivaut à notre bûche pâtissière. De forme allongée pour représenter l'Enfant Jésus enveloppé de ses langes, le Christsollen se compose d'un mélange de fruits confits, de raisins secs, d'épices, de rhum, de pâte d'amande, le tout saupoudré de sucre glace.

Les recettes des pâtisseries allemandes

  • Pour vous essayer vous aussi à la réalisation d' Anisplätzen , de Pfefernüsse , de Vanillekipfel et autres biscuits typiques d'un Noël germanique, cliquez ici .
  • Pour percer le secret de l'oie de Noël farcie de nos voisins d'outre-Rhin.
  • Pour réussir un succulent Christsollen comme à Dresde, sa ville d'origine.

Sur le même sujet