Histoire et évolution de la chaussure: usages et anecdotes

De la sandale égyptienne à la "Suivez-moi" de Louboutin en passant par les bottes et la Doc Martens, voici le soulier sous toutes ses coutures.
283

Depuis l'enveloppe conçue pour protéger le pied des cailloux et ronces jonchant le sol, la chaussure a connu une évolution prodigieuse. Façonnée pour s'adapter aux terrains qu'elle arpente, aux travaux qu'elle accompagne, aux personnes qu'elle chausse, selon l'âge, la condition, la culture, elle vacille entre l'objet utile et la création artistique. Entre les monstrueuses chopines du XVIe siècle et les chaussures compensées de Loana, il n'y a parfois qu'un pas.

Les premières chaussures : mocassins de cuir et sandales

Faite de cuir, la première chaussure est une enveloppe qui recouvre l'avant-pied et dont on a retrouvé le plus ancien exemplaire en Arménie où elle a été datée de 4000 ans. Quelques siècles plus tard, Ötzi , l'homme retrouvé congelé depuis la Protohistoire, portait des mocassins de cuir garnis de foin pour isoler ses pieds de la neige des Alpes.

Dans les pays chauds comme l'Egypte, on porte la sandale, qui permet par sa forme étroite et libre d'évacuer le sable sans effort tout en se protégeant des aspérités du terrain. Le pied ainsi découvert s'aère tout en s'ornant chez les femmes de bijoux. Les impératrices romaines poussent le luxe et la séduction jusqu'à se parer de semelles d'or et de lanières en pierres précieuses. On est ici bien loin des sandales d'ouvriers que les Egyptiens réalisaient en 3500 ans avant J-C en enfonçant leurs pieds dans le sable humide et en moulant les empreintes de papyrus tressé.

Les chopines : ancêtres des plates-formes

Au XVIe siècle à Venise, les chaussures appelées chopines qui sont en fait des plates-formes recouvertes de cuir ou de velours incrusté de pierres précieuses, élèvent les femmes jusqu'à 75 cm de hauteur.

Aidées de deux domestiques, les riches aristocrates évoluent, perchées sur leurs échasses, avec la fierté d'un flamand rose et ce, en dépit des moqueries de leurs spectateurs qui viennent de tous les pays pour assister à cette mode, laquelle se révèle aussi ridicule que dangereuse.

En effet, malgré les inquiétudes des médecins sur les conséquences néfastes de ces "gueules de bœuf" ou "sabots de vache" sur la colonne vertébrale, il faut attendre un nombre considérable de fausses-couches provoquées par les chutes des Vénitiennes pour en voir l'interdiction. Les chaussures à semelles compensées qui reviennent en force dans les années disco puis dans les années 90 et 2000 en sont les modestes héritières.

Bottes et bottines : de l'homme à la femme

Autrefois signe de puissance, la bottine représente au XIXe siècle l'égalité naissante entre hommes et femmes. Dans les années 60, les bottines sont de rigueur avec un pantalon. Les Beatles en arborent munies de goussets élastiques avec leur costume Nehru.

Les bottes à cuissardes qui recelaient jadis les butins des pirates sont interdites aux femmes jusqu'au XIXe siècle. On raconte que Jeanne d'Arc fut entre autres accusée d'avoir porté des cuissardes d'homme. Tolérées pour la pratique du cheval, elles se chargent très vite d'une connotation érotique. La botte émerge à nouveau à la fin du XXe siècle en moulant plus qu'en dissimulant les gambettes découvertes par les mini-jupes.

La petite histoire de l'escarpin

Il est la petite robe noire de la chaussure. Cette chaussure qui habille exclusivement les petons des femmes était d'abord portée par les valets de pied qui étaient obligés de crisper les orteils pour la garder en place. Chausson plat et léger, l'escarpin est à l'origine du nom "pompe" qui évoque en 1555 le bruit qu'il fait en frottant les parquets cirés. Charmées par la joliesse de la chaussure, les femmes s'en emparent dès le XVIIIe siècle en l'ornant de dentelles, de rubans et de talons. Dans les années 50, la version bicolore à bride et petit talon de Chanel et Massaro fait fureur.

Quelques années plus tard, Jackie Kennedy a le bon goût d'assortir tailleurs et toques aux escarpins . Ce soulier est dès lors arboré par toutes les épouses de présidents qui affichent ce faisant leur distinction et leur position sociale.

Chaque styliste apporte sa touche personnelle à l'escarpin, compagnon fidèle et indispensable des soirées élégantes. Ainsi, Christian Louboutin peint les semelles de ses chaussures en rouge vif, quelle que soit leur couleur. En 1995, il lance la "Suivez-moi" qui laisse une empreinte rose sur le sol avec le talon.

Les chaussures de confort : Converse, Doc Martens, Nike...

En 1919, brille pour la première fois dans le firmament des chaussures l' All Star de Converse . Montante, en grosse toile et à semelles de caoutchouc marron, elle chausse les pieds des athlètes avant que Nike se s'empare de ce juteux marché en 1971 avec sa chaussure dotée de semelles compensées à coussin d'air, bientôt rejointe par Reebook et autres grandes marques sportives.

Le concept de ces chaussures puise dans la culture des Indiens du Brésil qui s'isolaient la plante des pieds avec le latex des arbres à caoutchouc.

Dans les années 60, la Doc Martens fait figure de chaussure confortable et tendance en équipant les pieds des adolescents. Elle revient régulièrement à la mode, notamment dans les années 70 avec les punks, puis dans les années 90 où tous les grands créateurs proposent de nouvelles versions aussi pratiques qu'élégantes.

Le retour aux valeurs du passé

Première chaussure de l'homme, le mocassin fait son grand retour dans les années 70 où le modèle de Gucci à talon plat est de rigueur pour parader en ville. Autre emblème de contreculture, la sandale unisexe Birkenstock qui offre un lit de pied ergonomique dès 1967 et que l'on voit réapparaître dans les années 90.

Empruntant son confort à la Birkenstock, la Kork-Ease hisse de 15 cm la génération des seventies sur une haute semelle compensée dont l'aspect usé et vieilli se décline dans toutes les couleurs et succède aux escarpins à bride des années folles sur les pistes de danse.

A lire aussi

La folie des chaussures : pourquoi les collectionne-t-on ?

Histoire de la mode de la préhistoire au XVIIe siècle

Histoire et évolution de la mode du XVIIIe siècle au XXe siècle

Liberté, pouvoir, érotisme : la chaussure vous dit tout

Sur le même sujet