Miss France et Téléthon : le rêve face à la réalité

Hier sur TF1, l'élection de Miss France 2011 a placé Laury Thilleman sous les feux des projecteurs au détriment du Téléthon en manque de temps et de dons.
12

Cette année encore, la programmation n'a pas dérogé à la règle : l'élection de Miss France sur TF1 sollicitait les appels de tous les Français pour couronner sa reine de beauté et la gâter pour près de 100 000 euros de cadeaux quand sur France 2, on tentait tant bien que mal de récolter des dons pour le Téléthon qui réunit des fonds pour la recherche et l'accompagnement des victimes de maladies génétiques.

Les Français veulent du rêve pour oublier la réalité

Les audiences sont éloquentes : 6 882 000 spectateurs (soit 34% de l'audimat) étaient réunis samedi 4 décembre au soir pour assister au couronnement de Miss France, contre 1 375 000 spectateurs (soit 9,1%) pour suivre le Téléthon, écrasé sans mal par la concurrence.

Les Français ont besoin de rêve et c'est ce qu'offre le concours Miss France qui abreuve le téléspectateur, bien assis dans son canapé, d'images paradisiaques : des jeunes filles aux courbes parfaites se prélassant sur le sable chaud des Maldives, des chorégraphies où les gambettes dorées perchées sur des hauts talons et les sourires éclatants en font oublier jusqu'à la couleur du bikini porté, des valses en somptueuses robes de soirée turquoise et chocolat dont on n'ose pas même imaginer le prix...

Comment alors Jeanne, la petite fille myopathe que l'on voit depuis 6 ans sur le plateau du Téléthon, pourrait-elle rivaliser ? Comment sensibiliser les Français aux affres des maladies génétiques et au besoin toujours croissant de financer les recherches quand en face l'on vend du rêve ?

Une programmation figée : Miss France et Téléthon, un business qui ne souffre aucune concurrence

S'il est clair que les parts d'audience révèlent un ras-le-bol des Français pour tout ce qui fait appel au porte-monnaie - ce que l'on peut aisément comprendre en ces temps de crise- on peut aussi se demander s'il n'aurait pas été plus judicieux que la première chaîne de télévision française consente à décaler son émission-phare de fin d'année à un autre samedi de décembre, comme le 18 décembre par exemple, qui nous réserve en première partie de soirée, comme on peut le lire dans nos programmes télé, un énième Les enfants de la télé.

Et pourquoi pas imaginer dans un futur hypothétique une miss France élue la semaine précédant le Téléthon et dont la première grande apparition télé serait sa venue sur le plateau du Téléthon ? Nul doute que la curiosité du public concernant la plus belle femme de France servirait la cause caritative. Ou de proposer que les revenus engrangés par l'envoi des SMS en masse pour coiffer Miss Bretagne de la couronne de Miss France soient finalement reversés en faveur des myopathes ?

La concurrence entre les deux chaînes est rude et il n'y aura même pas eu une seule évocation de la cause du Téléthon, ni même un rappel du numéro à composer pour les promesses de dons dans l'émission de Jean-Pierre Foucault.

Et de nous rappeler les cadeaux que remportent toutes les Miss et leur valeur

Quoi de mieux pour nous faire rêver en ces temps de disette que de nous énumérer la liste des biens obtenus par celles consacrées par leurs 85-60-85 cm ? Des mensurations parfaites, une taille d'au moins 1m70, un visage aux traits avenants, voilà ce qu'il vous faut, mesdemoiselles, pour espérer gagner un jour voyages, soins de beauté, bijoux et autres accessoires de luxe.

Pour Laury Thilleman qui est parvenue à monter sur la plus haute marche du podium, le pactole s'élève à 103 490 euros: voiture, home cinéma, écran plasma, appartement dans un quartier chic de Paris, salaire mensuel d'un cadre supérieur, voyages avec limousines et hôtels luxueux à la clef... La beauté paie, et bien.

La maladie, elle, coûte cher

Le 3637 et toutes les manifestations nationales n'ont en revanche pas pu combler tous les espoirs que les malades et leurs familles plaçaient cette année dans le Téléthon. 84 millions d'euros ont pu être récoltés à ce jour contre un peu plus de 90 millions l'an passé. Des recherches vont donc être stoppées, laissant les concernés dans l'angoisse et le doute : quels projets seront privilégiés, quels projets abandonnés ?

Mais surtout, plus que la considération financière, les personnes qui voient leur vie bouleversée par la maladie espèrent de l'écoute, de l'attention et de la réflexion lors de ce Téléthon qui s'ouvre toujours lors de la Journée internationale des personnes Handicapées.

Tout le monde ne peut pas donner de l'argent pour contribuer au financement des recherches mais la sensibilisation à la vie des malades, au respect et à la dignité à laquelle ils ont droit, la remise en question personnelle pour s'interroger sur notre manière d'aider à l'intégration et au bien-être des personnes handicapées au quotidien sont des messages qui ont besoin de tous les projecteurs pour être entendus.

Or le choix de célébrer le concours des Miss France en même temps que le Téléthon ne prive pas seulement ce dernier d'argent, mais aussi de temps et de lumière.

Sur le même sujet