Pourquoi l'hippocampe ou cheval marin fascine tant ?

Ce cheval des mers fascine les hommes depuis des temps immémoriaux. Zoom sur cette créature bien mystérieuse.
38

Membre de la famille des poissons aiguilles, l'hippocampus sp. (du grec hippos "cheval" et kampos "poisson marin") appartient à l'ordre des gastérostéiformes et à la famille des syngnathidés. Mesurant de 2.5 cm à 35 cm, sa taille minuscule ne l'empêche pas de se faire remarquer dès l'Antiquité. Au fur et à mesure des siècles et des recherches le concernant, la curiosité et la passion qu'il suscite lui octroient une place de marque dans la mythologie mais aussi dans la science et les arts.

L'hippocampe à la croisée des légendes stimule l'imaginaire

Celui que l'on surnomme affectueusement le cavalier d'échecs ou cheval marin présente un grand nombre de caractéristiques étonnantes alors qu'il ne mesure quelques centimètres à peine. A l'instar de l'huître qui recèle bien des secrets dans son coquillage, il fascine par son mode de reproduction, son anatomie et ses facultés inhérentes.

Alors que l'imagination de nos ancêtres se délectait à créer des animaux hybrides pour peupler les légendes tels la manticore (monstre composé d'un mélange de scorpion, d'homme et de lion) ou le griffon (créature à tête d'aigle et à corps de lion), l'hippocampe s'inscrit quant à lui dans la réalité. Avec sa tête chevaline et son corps de poisson ou de serpent, mesurant jusqu'à 35 cm pour son espèce géante du Pacifique oriental, il fait figure de création divine et invite à la rêverie fantastique. A la croisée de bien d'autres animaux quand on considère ces nombreux caractéristiques, il est doté de pouvoirs naturels au goût de "surnaturel".

Chez l'hippocampe, la femelle se met en selle et le mâle couve

L'étalon des mers, s'il ne galope pas lors de courses aquatiques comme on l'a si souvent imaginé, est néanmoins un champion de la reproduction. Et galant avec ça ! Lors de la parade nuptiale, plutôt que d'aller chevaucher sans vergogne sa pouliche, il se laisse approcher par la femelle qui aura au préalable affronté quelques possibles concurrentes pour pouvoir aller pondre ses oeufs dans la poche de son bien-aimé.

Après avoir longuement piaffé d'impatience, madame l'hippocampe livre sa ponte dans une poche située sur l'abdomen de monsieur. Après quoi, ce dernier fertilise les ovules en sécrétant un liquide spécial qui nourrira les embryons tout au long de leur croissance. Une fois ses oeufs bien au chaud, la mère pondeuse peut aller trotter gaiement vers d'autres aventures et féconder un autre mâle dès la prochaine pleine lune . Car, fait notoire, les hippocampes se rassemblent pour la reproduction à chaque pleine lune. Riche de sa centaine d'oeufs, le mâle procèdera à plusieurs incubations avant d'expulser les bébés qui mesurent entre 8 et 16 mm à la naissance et savent déjà nager.

Les pouvoirs fascinants de l'hippocampe

Si notre cheval des mers a le don de pouvoir jouer au kangourou en portant dans sa poche ventrale sa future descendance, il faut savoir qu'il est doué de bien d'autres qualités tout aussi admirables.

  • Jouer au caméléon : cet animal aquatique a en effet la capacité de changer de couleur à volonté pour s'adapter au milieu dans lequel il évolue et échapper ainsi à la menace de ses prédateurs, quoique peu nombreux en raison du peu de saveur de ses longs filaments cutanés, jugés trop cartilagineux et indigestes. Bleu, jaune, rouge, orange, noir, vert... la palette de ses couleurs présente autant de choix que lui met à disposition la végétation sous-marine.
  • Rouler des yeux : comme le caméléon (décidément il faudra se pencher sur un possible et lointain cousinage !) l'hippocampe peut mouvoir ses yeux indépendamment l'un de l'autre de la sorte que sans bouger, il peut suivre tout ce qui se passe autour de lui et chasser ni vu ni connu.
  • Une queue préhensile : tel le singe, l'hippocampe s'agrippe à la faune aquatique en enroulant sa queue autour des "tiges" formées par la végétation. Cette accroche naturelle lui évite d'être emporté par les courants où il déniche le plancton qui constitue sa nourriture de base avec les petites crevettes. Avec son appétit de loup, autant dire que l'hippocampe a tout intérêt à se "tenir au courant".
  • Une bouche en forme de trompe : à vrai dire, cela ressemble plus à une sorte de tube qui a le pouvoir d'aspirer tout ce qui passe à 3 centimètres de lui.
  • Une nageoire dorsale qui lui donne des ailes : grâce à cette nageoire qui vibre à 35 pulsations par seconde, l'hippocampe peut nager verticalement et planer tel un oiseau prédateur au-dessus de ses proies.

L'hippocampe dans l'art et la mythologie

Les premières gravures que l'on a pu retrouver le représentent moitié cheval (tête, cou, pattes avant) et moitié poisson (queue de style anguille) : un physique idéal pour servir de monture aux divinités marines telles que les tritons et les néréides, ou pour servir d'attelage au chariot de Poséidon , dieu des chevaux et de la mer. On retrouve ainsi leurs "sabots d'airain" tirant le char de Poséidon dans l 'Illiade d'Homère et dans les Argonautiques de Apollonios de Rhodes où ils jaillissent de la mer pour s'élancer sur les sables de Libye.

On retrouve aussi des représentations d'hippocampe dans l'art étrusque, notamment sur les murs des tombes, sur de nombreuses sculptures grecques, sur les mosaïques des thermes et bains publics romains, sur les fontaines dont celle célèbre de Trévi à Rome.

Dans la littérature, le cheval des mers peuple l'univers de la fantasy, du merveilleux, de la féérie. Le conteur Edouard Brasey dans la Petite Encyclopédie du merveilleux les décrit comme pourvus d'une crinière blanche qui se confond dans l'écume des vagues lorsqu'ils galopent.

Victime de la pêche et du commerce touristique

L'hippocampe paye son succès en se faisant cueillir massivement lors des nuits de pleine lune où ils s'agglutinent pour la reproduction. La pêche sert non seulement à fournir les aquariophiles qui doivent multiplier les efforts pour le garder vivant dans les aquariums après les mauvaises conditions de transport, mais aussi à alimenter la Chine qui le revend séché aux touristes et qui le réduit en poudre pour son herboristerie.

A ce rythme, il se pourrait que l'hippocampe entre lui aussi bientôt dans la légende en devenant une espèce en voie de disparition .

Sur le même sujet