Africa United, road-movie émouvant de jeunes rwandais

Le film sorti 19 janvier, Africa United se révèle être une bonne surprise. L'histoire de ces jeunes à travers le continent est très touchante.

Surfant sur la vague de la Coupe du Monde en Afrique du Sud de l'été dernier, le cinéma rwandais sort un nouveau long-métrage, Africa United. L'histoire de jeunes ados qui parcourent le continent pour parvenir à rentrer dans le stade Soccer City de Johannesbourg le jour du match d'ouverture de la compétition.

Le Rwanda comme départ de cette aventure

Le héros du film, Dudu Kayenzi, sa soeur Béatrice et son meilleur ami Fabrice, vivent dans une petit ville de campagne au Rwanda. La passion commune des deux garçons amène le trio à vouloir se rendre en Afrique du Sud pour assister à la cérémonie d'ouverture de la Coupe du Monde de Football 2010. Passant par la RD Congo, le Burundi, la Tanzanie, la Zambie, le Zimbabwe avant de découvrir l'Afrique du Sud, les ados y découvrent un monde différent de leur quotidien. A travers de nouvelles rencontres, mais aussi les dangers surpassés, ils s'unissent dans la joie comme dans la douleur.

Le spectateur découvre à mesure que les personnages progressent des scènes de vie africaine. La lutte contre le Sida qui ravage cette partie du globe, l'exploitation touristique des certaines zones, et les luttes fratricides rythment le chemin des jeunes gens. Cette aventure révèle aussi la grandeur d'âme des habitants face à la morosité, ainsi que la richesse des paysages qui apparaissent. Le tout offre un road-movie touchant, agrémenté par de très belles scènes animées d'illustrations à base de marionnettes.

Le clin d'œil au football, qui n'envahit pas le film

Inutile d'être un grand fan de football pour apprécier ce film, le ballon rond n'est qu'un postulat de départ pour permettre le déroulement de l'action. Mais les amateurs apprécieront les quelques références faites à ce sport. Fabrice porte ainsi le maillot de Liverpool floqué du numéro 9 de Fernando Torres. Dudu est quand à lui vêtu de la tunique d'Arsenal, avec le numéro 4 de Cesc Fabregas. Le film est dans la lignée de "Ballon d'or" sorti en 1994, ou un jeune guinéen nommé Bandian incarne un Salif Keita réadapté. L'ancien joueur occupait alors d'ailleurs un rôle important de ce long-métrage.

Une production rwandaise inspirée d'un survivant en Angleterre

Réalisé par Debs Gardner-Paterson, qui avait déjà signé plusieurs documentaires sur la reconstruction du Rwanda, le film contient des passages esthétiquement très réussis. Ce long-métrage a été produit par Eric Kabera, le fondateur du projet Hillywood, un groupe qui va à la rencontre des populations avec des diffusions de films. Il est donc logique de trouver une place importante au message de préventions dans cette histoire, avec surtout un accent mis sur la protection et la lutte contre le virus du Sida. Dudu Kayenzi est ainsi l'un des ambassadeurs de l'ONU dans sa ville pour faire des démonstrations visant à informer le public. Sa soeur Béatrice est une passionnée de médecine, et transmet également le message aux femmes qu'elle rencontre.

On ne parle pas d'ethnie dans le film, mais pour les observateurs avisés, il est facile de comprendre que Fabrice, grand et élancé, aux origines aisées, représente plutôt la caste Tutsi. Se son côté, son meilleur ami Dudu, bien plus petit, originaire d'un milieu très pauvre, incarne plutôt un personnage apparenté à un Hutu. Les montrant ensemble, le film fait donc passer le message de la réconciliation à son public. L'acteur qui joue Fabrice, l'ado doué au football est Roger Nsegiyumva, un Tutsi qui est né peu avant les tueries de 1994, que sa mère a pu sauver avant de s'installer en Angleterre. Un producteur anglais a découvert par hasard un article relatant le parcours du jeune homme, c'est donc de son histoire qu'a démarré l'idée d'un film.

Sur le même sujet