Cap Vert, les Requins Bleus à l'attaque

Vainqueur du Cameroun (2-0) en barrage aller de la CAN 2013, le Cap Vert nourri de bons espoirs de découvrir cette compétition de football.
11

Les éliminatoires pour la Coupe d'Afrique des Nations 2013 touchent à leur fin. Trente nations sont encore en piste pour rejoindre l'Afrique du Sud, pays organisateur, lors de la compétition qui aura lieu en janvier prochain. Parmi les 15 confrontations des barrages, le Cap Vert a créé la surprise en remportant la première manche contre le Cameroun (2-0) . Ce revers des Lions Indomptables a par ailleurs amené un mouvement sans précédent de contestation envers la fédération locale, qui a écarté Samuel Eto'o. Mais le facteur principal de ce match est avant tout le niveau des Cap-verdiens.

Une génération constituée en Liga Sagres

Comme bien d'autres nations du football africain, le Cap Vert bénéficie aujourd'hui de l'afflux en masse de joueurs évoluant en Europe. Formés dans les clubs de première division portugaise, ou recrutés en post-formation, les joueurs de la sélection sont à 90 minutes de se qualifier pour la première fois en Coupe d'Afrique. Pas vraiment étonnant quand on se plonge dans les CV des internationaux convoqués par Lucio Antunes pour cette partie. Sur la feuille de match, parmi les 14 joueurs utilisés, 6 d'entre eux jouent en Liga Sagres, 5 ont quitté le pays dernièrement pour rejoindre des clubs fortement lusophones (à Chypre, Hongrie et en Roumanie). Le niveau est donc globalement très correct.

Parmi les joueurs les plus prometteurs de cette équipe, on retrouve le duo offensif du dernier match. La vivacité du joueur de Maritimo Funchal, Heldon Ramos n'est pas passée inaperçue au Portugal (5e du classement). Autre joueur offensif en confiance, Djaniny , auteur du second but face au Cameroun (2-0). Arrivé au Portugal à 18 ans, le solide attaquant (1.90, 78kg), a inscrit 5 buts en championnat avec Leiria, relégué, avant de signer au Benfica Lisbonne. Prêté dans la foulée à Olhanense, il y retrouve Elvis Babanco (21 sélections), un milieu de terrain d'expérience du groupe.

La France également représentée

Absent de la dernière liste, suite à une tendinite au genou, Ryan Mendes pourrait donc prendre part à l'aventure. Le néo-Lillois, recruté par le Havre en 2008 (18 ans) compte en effet 10 sélections pour 4 buts avec les Requins Bleus. Parti de Batuque pour percer dans le foot pro, c'est en Normandie qu'il a explosé, avec 13 buts en L2 la saison dernière. La Ligue des Champions lui tend désormais les bras, même s'il faudra gagner du temps de jeu chez les Dogues.

Autre joueur en provenance de Ligue 2, Odair Fortes , l'ailier droit du Stade de Reims, qui a activement participé à la montée l'an passé (2 buts, 7 passes décisives, malgré une fracture de la cheville). Très percutant dans son couloir, le joueur passé d'Alfortville à l'élite, dans laquelle il commence déjà à s'illustrer. Resté à quai, Nando Neves est fidèle à Châteauroux, où il écume les terrains avec une réputation de joueur rugueux (11 cartons la saison passée). Passé par la République Tchèque, la Suisse ou le Qatar, il fait figure d'ancien dans le groupe (32 ans).

Redistribution des cartes en Afrique

Avant de considérer la seconde manche Cameroun - Cap Vert, le 12 octobre prochain, il faut prendre la mesure des Requins Bleus, désormais dans le grand bain. L'exploit des Camerounais est encore possible, mais leur élimination ne serait pas honteuse. Le niveau de jeu affiché depuis plusieurs années est très inquiétant, et la composition d'équipe, avec 3 milieux défensifs n'offre guère de solutions. Ainsi, comme d'autres anciens grands noms sur le déclin (Nigeria, Sénégal, Egypte), le Cameroun pourrait manquer un nouveau rendez-vous. Mais que les footeux ne s'y trompent pas, c'est le triomphe du jeu, car les "petits pays" en plein essor (Zambie, Gabon, Soudan) produisent du jeu, et offrent un état d'esprit collectif irréprochable.

Le Cap Vert fait partie de ces nations émergentes, dont la diaspora, qui vit au Portugal, mais aussi ailleurs est en train de venir renforcer les rangs. La petite île de 520.000 habitants a formé de bons jeunes (Mendes, Djaniny), et compte sur les expatriés pour amener de l'expérience. Engagés dans les qualifications du Mondial depuis seulement 2002, les Requins Bleus ont ainsi manqué plusieurs stars, qui ont choisi un autre maillot. Mais les Oceano , Nani , Gelson Fernandes , Rolando , Varela , Manuel Dos Santos ... ont vu la génération suivante s'investir pour le Cap Vert. Les résultats ne devraient pas tarder à venir.

Sur le même sujet