Copa America : un groupe compliqué pour le Brésil

Pour cette édition 2011 de la Copa America, le Brésil aura fort à faire dans la Poule B, face au Paraguay, à l'Equateur et au Venezuela.

Double tenant du titre, avec les trophées de 2004 et 2007, le Brésil ne sera pourtant pas dans une position tranquille au premier tour de la compétition. Opposés à trois équipes solides, l'Equateur, le Paraguay et le Venezuela, les Auriverde devront rentrer très vite dans leur tournoi pour ne pas avoir de mauvaise surprise.

Une équipe rajeunie, mais des cadres encore présents derrière

Le sélectionneur du Brésil, Mano Menezes, a tenu à construire un groupe compétitif pour cette Copa America, alors même qu'il songe déjà à préparer ses joueurs pour la Coupe du monde 2014. Ainsi, on retrouve de très jeunes éléments dans le secteur offensif, alors que les tauliers de la défense sont encore présents pour assurer. On retrouvera notamment les tous récents vainqueurs de la Copa Libertadores, Elano, Ganso et Neymar, les deux derniers étant en partance pour l'Europe. Autre petite surprise, la présence de Fred, l'ancien buteur de l'OL, qui a pourtant été irrégulier depuis son retour au Brésil.

Gardiens : Julio Cesar (Inter Milan), Victor (Gremio), Jefferson (Botafogo)

Défenseurs : Maicon (Inter Milan), Daniel Alves (Barcelone), Thiago Silva (Milan AC), Luisao (Benfica), David Luiz (Chelsea), Lucio (Inter Milan), Adriano (Barcelone), Andre Santos (Fenerbahçe)

Milieux : Lucas Leiva (Liverpool), Sandro (Tottenham), Ramires (Chelsea), Elano (Santos), Jadson (Shakhtar), Lucas (Sao Paulo), Elias (Atletico Madrid), Ganso (Santos)

Attaquants : Neymar (Santos), Pato (Milan AC), Robinho (Milan AC), Fred (Fluminense)

Les deux plus jeunes joueurs du groupe, Neymar et Lucas, sont nés en 1992, ce qui montre la volonté de préparer le Mondial 2014. La confiance du sélectionneur est cependant à double tranchant pour les deux génies en herbe. Ils sont tous les deux en partance pour l'Europe et ce tournoi interrompt les négociations, ce qui peut les perturber. Le Real Madrid et Barcelone se disputent Neymar, tandis que Manchester United et Chelsea sont sur Lucas. À leur âge, un tournoi de cet envergure est le plus gros défi possible et ils devront simplifier leur jeu pour se mettre au diapason collectif.

L'Equateur décomplexé et en quête de rachat

Absent de la Coupe du monde 2010 après deux participations (2002 et 2006), l'Equateur essaie de remonter la pente depuis un an pour revenir parmi les meilleurs du continent. Le groupe convoqué par Reinaldo Rueda est expérimenté, à l'image du joueur le plus capé, Edison Mendez (94 sélections), 32 ans, qui va jouer sa 4e Copa America. Mais derrière lui, il aura cette fois des joueurs en pleine possession de leurs moyens. Antonio Valencia, qui a terminé en boulet de canon sa saison avec Manchester, aura a coeur de démontrer ses qualités avec la Tri-Color. La vedette des Red Devils a en effet explosé en Angleterre depuis la dernière compétition.

Il sera épaulé par plusieurs joueurs de qualité pour parvenir à sortir de ce groupe de la mort. Arrivé à maturité après 4 ans en Russie, Christian Noboa a découvert la Ligue des Champions au Rubin Kazan et sa vista sera essentielle dans l'entrejeu. À 26 ans, il compte pourtant assez peu de sélections pour son pays (19). En pleine confiance, avec 6 buts lors des 7 derniers matches, Christian Benitez aura lui aussi une carte à jouer. Ce petit attaquant (1,68m) de 25 ans évolue au Mexique, où il a inscrit 18 buts en championnat. Enfin, Felipe Caicedo completera l'attaque, du haut de ses 22 ans. Auteur de 14 buts en Liga cette saison pour Levante, il revient en équipe nationale avec beaucoup d'envie.

Le Paraguay arrive très bien armé

Éliminé en quart de finale de la dernière Coupe du monde par l'Espagne, le Paraguay fait donc partie des favoris dans cette compétition. Placé dans un groupe très dense, la sélection menée par Gerardo Martino garde en mémoire sa cruelle désillusion de 2007. Balayés en quart de finale par le Mexique (6-0), les Guaranis sont dans l'obligation d'accrocher un meilleur résultat cette année. Pour cela, le secteur défensif est encore confié à des joueurs de métier. Auteur d'une belle Coupe du monde, Justo Villar est de nouveau dans la cage paraguayenne (89 sélections). Devant lui, avec autant de capes pour les Guaranis, Paulo Da Silva tiendra lui aussi la barraque.

Le secteur offensif est toujours aussi intéressant pour l'équipe du Paraguay avec des joueurs de renom en attaque. Lucas Barrios vient d'être sacré champion d'Allemagne pour le Borussia Dortmund, terminant la saison avec 16 unités à son compteur personnel. Roque Santa Cruz est en difficulté en club, puisqu'il n'a joué que 10 matches de Premier League sans parvenir à marquer. Mais il reste, avec 24 buts en sélections, le meilleur réalisateur du groupe. Il pourrait même égaler Jose Cardozo lors de cette Copa America, qui est le meilleur buteur de l'histoire du Paraguay (25 buts). Nelson Valdez s'est quant à lui offert 8 buts en Liga, dont certains face à des grosses écuries espagnoles.

Le Venezuela en outsider sans pression

La moins connue des équipes de ce groupe se présente à cette Copa America dans la peau du petit. Pays hôte du tournoi en 2007, le Venezuela en avait profité pour sortir premier de sa poule, qui ne comptait pas vraiment de cador, avant de se faire battre sèchement par l'Uruguay en quart de finale (4-1). La liste établie par Cesar Farias, l'ancien sélectionneur des moins de 20 ans du pays, est un habile mélange entre des éléments d'expérience et des jeunes prometteurs partis en Europe. Le deuxième joueur le plus capé du tournoi, après Javier Zanetti (141 sélections), est Jose Manuel Rey (111), le stoppeur de la Vinotinto. À ses côtés, il pourra assister à l'éclosion des joueurs offensifs de talents.

Roberto Rosales, qui évolue au poste d'arrière droit, vient de terminer 2e du championnat des Pays-Bas avec Twente. On retrouve également le milieu défensif, Tomas Rincon, qui est un remplaçant de choix à Hambourg (19 matches). Mais c'est surtout en attaque que le choix devient très intéressant. Le plus ancien, Juan Arango, est aussi en Bundesliga, après 45 buts en Liga avec Majorque. Formé en Espagne, Miku a été l'auteur de 7 buts pour son équipe de Getafe en Liga cette saison. À 25 ans, il semble de plus en plus convaincant. Plus jeune et plus efficace, son cadet, Salomon Rondon, 22 ans, a marqué 14 buts dans le championnat espagnol avec Malaga. Il va se frotter au gratin sud-américain pour la première fois. Enfin, le jeune Yohandry Orozco (20 ans), recruté cet hiver par Wolfsburg, sera le feu follet de cette sélection.

Sur le même sujet