Javier Pastore, la star montante du Calcio

L'international argentin de 21 ans est en train de prendre une dimension supplémentaire cette saison au sein de l'équipe de Palerme.

" Je n'avais jamais inscrit de triplé...je le dédie à Maradona, il a été très important pour moi ". C'est avec ces mots que Javier Pastore a réagit au soir de la victoire 3-1 contre Catane, lors du Derby de la Sicile. Auteur des 3 buts de son équipe, le numéro 27 de Palerme explose cette saison.

Révélation en Argentine

Natif de Cordoba, dans une province au nord-ouest de Buenos Aires en 1989, El Flaco a commencé sa carrière dans la modeste équipe de Talleres en 2e division argentine. Avec seulement quelques bribes de matchs à ce niveau, difficile de déceler le talent qu'il possède au bout des pieds. Pourtant, le coach d'Huracan, croit en son potentiel et l'intègre à l'équipe à l'été 2008. La première partie de saison est compliquée, le club végète en bas du classement, et termine le Tournoi Apertura à la 17e position (sur 20 clubs). Avec seulement 5 succès en 19 rencontres, l'apprentissage du haut niveau s'avère compliqué pour le milieu de terrain.

Mais par la suite, il devient le maitre à jouer de sa formation, titulaire à chaque match, c'est lui qui dicte le ton de la rencontre. Lors de la 2e journée, Huracan l'emporte 4-1 sur la pelouse du Racing Club,un but pour Pastore, qui en offre également deux à ses coéquipiers. Il signe un doublé quelques semaines plus tard contre Lanus, avec un premier magnifique (3-0). L'exploit de la saison intervient le 16 mai 2009, Huracan reçoit River Plate pour l'un des nombreux derbys de la capitale argentine. Peu avant la pause, Pastore fait entrer El Palacio (surnom du stade) en fusion. Servi à 30 mètres du but, il s'avance et ajuste une frappe tendue qui vient se loger dans la lucarne gauche du but. Il offre ensuite le seconde but sur un plateau à Medina, avant de marquer le 3e lui-même suite à un petit pont sur le dernier défenseur (4-0). La semaine suivante, il marque encore 2 buts en déplacement à Rosario Central (2-1). Son équipe termine 2e du classement de la Clausura .

Départ pour la Sicile

Les performances du jeune meneur-buteur d'Huracan font le tour des des grosses cylindrées européennes, mais c'est Palerme qui enlève la mise pour 8 millions d'euros. Après seulement 29 matchs dans l'élite, El Flaco est donc déjà estampillé vedette. Entouré de plusieurs Sud-Américains (Bertolo, Cavani, Simplicio, Hernandez), il s'adapte vite à sa nouvelle équipe mais n'a pas encore le coffre pour jouer les matchs de bout en bout. Delio Rossi comprend qu'il peine physiquement dans le Calcio et décide de le mettre en joker sur le banc pendant quelques semaines. Ainsi, il joue 30 minutes à San Siro quand son équipe l'emporte 2-0 face au Milan AC. Puis il retrouve une place dans le onze de départ jusqu'à la fin de l'exercice, notamment lors de la victoire sur le terrain de la Juventus (2-0). Brillant encore lors du retour face à Milan, il permet aux siens de gagner (3-1), une victoire importante pour Palerme qui termine 5e de la Serie A, et se qualifie pour l'Europa League.

Fabio Simplicio et Endison Cavani s'en vont lors du mercato, ce qui remet le rôle le plus important de l'équipe à Pastore, vite rejoint par Josip Ilicic. Le 19 septembre, le Stade Renzo Barbera de Palerme accueille le champion d'Europe en titre, l'Inter Milan. A la demi-heure de jeu, c'est l'Argentin qui frappe sur Julio Cesar et offre le but à Ilicic, mais c'est insuffisant (1-2). Quatre jours plus tard, El Flaco ouvre le score contre la Juve, il touche ensuite le poteau, avant de donner le seconde but. Les Siciliens l'emportent 3-1 dans le Piémont. Puis en déplacement à Florence, il marque le 2e but de la victoire (2-1) en dribblant Sébastien Frey.

Ce week-end, face à Catane, il marque son premier but de la tête, domaine ou il brille rarement, malgré son gabarit (1.87 mètres). En seconde période, il signe un doublé d'une belle frappe croisée du pied droit sous le portier adverse, puis conclut son récital du pied gauche en fin de rencontre face au but (3-1). Pour son premier triplé en carrière, le milieu de terrain argentin grimpe à 7 réalisations en Serie A depuis la reprise et devrait en marquer encore beaucoup. Son entente avec le Slovène Josip Ilicic est indéniable, et le retour de blessure de Miccoli devrait permettre au trio de faire trembler le Calcio encore cette année.

Futur grand de l'Albiceleste

A la fin de la saison dernière, l'ancien joueur d'Huracan a été appelé pour préparer la Coupe du Monde avec le groupe dirigé par Maradona. Il participe alors au feu d'artifice face au Canada (5-0), avant de s'envoler pour l'Afrique du Sud. Maillot floqué du numéro 23 dans le dos, alors qu'il était en 2e division de son pays 3 ans plus tôt, il entre 15 minutes contre la Grèce en poule, c'est dans ce dernier quart d'heure que les Sud-Américains gagnent le match (1-2). Il grignote encore quelques minutes dans le tableau final mais ne peut empêcher la déroute contre l'Allemagne (0-4). Ses performances actuelles en Sicile peuvent lui permettre de devenir le bras droit de Lionel Messi pour les compétitions à venir, et le dépositaire du jeu des Gauchos.

Ce profil de joueur, assez fin, proche de celui de Riquelme ou Lucho, est devenu assez rare dans les grands championnats européens ou la puissance domine. Javier Pastore incarne un mythe en voie de disparition, le numéro 10. Même s'il se plait à délivrer des caviars, il est cependant plus un dribbleur qu'un organisateur de jeu. Dans la lignée des Francescoli, Kaka, il joue dans l'axe, derrière un ou deux attaquants mais peut marquer plus qu'eux tellement sa maitrise technique et son sens du jeu sont développés. D'ailleurs, le Président de Palerme, Maurizio Zamparini réclame une véritable fortune pour son joyau !

Sur le même sujet