Le Barça écrase les Merengues (5-0)

Dominateur de bout en bout du Super Clasico, le Barça l'emporte logiquement et sans appel (5-0) face au Real Madrid.

Avec un point d'avance au classement, le Real Madrid de Jose Mourinho se déplaçait chez son plus grand rival, le Barça, dans un Camp Nou plein à craquer.

Pas vraiment de surprises au moment de l'annonce des deux équipes pour débuter ce choc. Le Barça joue en 4-3-3 : Valdes - D.Alves, Piqué, Puyol, Abidal - Busquets, Xavi, Iniesta - Pedro, Messi, Villa. Messi évolue dans l'axe, alors que Villa est décalé sur l'aile gauche. Côté Real c'est un 4-5-1 qui se dessine : Casillas - S.Ramos, R.Carvalho, Pepe, Marcelo - Khedira, X.Alonso - Ozil, Ronaldo, Di Maria - Benzema. Higuain est sur le banc, ce qui permet à Benzema de jouer titulaire ce clasico.

Pas vraiment de suspense

Le Barça prend rapidement le jeu à son compte et commence à faire courir son adversaire. A la 7e minute de jeu, Lionel Messi hérite du ballon à droite du but suite à un corner, il enroule du gauche mais échoue sur le poteau opposé de Casillas, San Iker s'en sort bien. Quatre minutes plus tard, Xavi amorce une action dans le rond centrale, il sert Messi, qui écarte vers Iniesta, celui-ci avance et redonne vers Xavi seul au point de penalty, contrôle heureux du milieu catalan, qui trompe Casillas à bout portant (1-0, 11e). Les Barcelonais entament une longue série de passes dans le camp madrilène, le ballon est écarté sur la gauche pour Villa, qui dribble le long de la ligne de sortie, centre fort, Casillas ne parvient pas à intercepter, c'est Pedro qui double la mise derrière (2-0, 17e). Le match devient ensuite plus tendu, un accrochage entre Ronaldo et Guardiola amène plusieurs minutes de troubles, et fait tomber les carton jaunes. Le Real tient sur ce score jusqu'à la pause.

Les Blaugranas entament la seconde période sur les chapeaux de roue. Messi est à l'origine de deux grosses occasions, qui ne font pas mouche. Sur la 3e, il repique dans l'axe sur son pied gauche, sert Villa dans l'espace à la limite du hors-jeu, l'Espagnol contrôle et croise son tir du pied droit, rien à faire pour Casillas (3-0, 54e). Deux minutes plus tard, Messi remet le couvert, dans le rond central, il lance Villa d'un intérieur du pied, l'attaquant ne se fait pas prier pour signer un doublé (4-0, 56e). En toute fin de rencontre, Bojan déborde côté droit, ajuste un bon centre à terre dans la surface, que reprend Jeffren devant son défenseur (5-0, 91e). Le Barça conclue son festival sur un score sans appel qui humilie le Real Madrid.

Des buts et des coups

La partie se termine avec un bilan assez lourd pour les hommes de Jose Mourinho, pas seulement au tableau d'affichage. En effet, M. Iturralde Gonzalez a distribué 11 cartons jaunes, puis un rouge pour Sergio Ramos pour un très mauvais geste sur Messi, suivi d'un coup de poing dans la mêlée, un match d'une tension rare, ponctué de nombreux accrochages. Victor Valdes a chambré toute la rencontre Cristiano Ronaldo suite à la bousculade sur Guardiola. Au-delà des passes, des dribbles, l'état d'esprit de la rencontre est quand même bien trop mauvais, pour le match le plus diffusé dans le monde, les scènes de pugilat ont été bien trop fréquentes.

Un score habituel dans le Clasico

Il y a un an et demi, le Barça avait déjà étrillé son adversaire, mais sur le score de 6 buts à 2, et sur la pelouse du Real Madrid qui plus est. Ce genre d'écart arrive assez souvent entre ces deux formations. Le Barça de Rijkaard avait infligé deux score de (3-0) en quelques mois, avec notamment un succès à Santiago Bernabeu. Mais un un peu plus loin en arrière, en Janvier 1994, c'est encore le Barça qui corrige son rival (5-0) au Camp Nou, avec un triplé de Romario. Un an plus tard, alors que Mickael Laudrup passe dans l'autre équipe, c'est cette fois le Real Madrid qui écrase le Barça (5-0) à Bernabeu, grâce à un triplé de Zamorano.

Un des autres monuments historiques de ce Super Clasico vient des années 70. Au mois de Février 1974, le Barça de Johan Cruyff l'avait emporté (5-0) sur la pelouse de Madrid, avec un but signé de la star hollandaise. Les supporters des Merengues quant à eux préfèrent évoquer lé sévère correction du Real Madrid de la première ère galactique, avec une victoire (5-1) en Catalogne, des buts signés Alfredo Di Stefano, Gento, et un triplé de Ferenc Puskas. De tous temps, les chocs entre ces deux équipes étaient donc l'occasion de voir ces vedettes internationales livrer de grands matchs !

Sur le même sujet