Napoli, de retour vers le Gotha

Vainqueur de Bologne (4-1) ce week-end, l'ancien club de Diego Maradona pointe à la 3e place de la Serie A.

De retour dans le Calcio depuis 3 saisons, Naples progresse petit à petit, et se rapproche de son niveau des années 80. Sixième la saison dernière, le club voisin du Vésuve grappille les places en direction du podium.

Recrutement ambitieux

Quagliarella parti à la Juventus cet été, Naples a recruté plusieurs joueurs très intéressants. Edinson Cavani, le buteur uruguayen, Jose Ernesto Sosa, meneur de jeu argentin du Bayern, Hassan Yebda, milieu défensif de Benfica, Cribari, le défenseur brésilien de la Lazio ou encore Cristiano Lucarelli (119 buts en Serie A). En greffant ces nouveaux joueurs à un groupe déjà qualitatif, Walter Mazzarri obtient un effectif qui semble en mesure de battre n'importe qui en Italie.

Dès la première journée, Naples ramène un point du déplacement à Florence. Malgré l'ouverture du score de Cavani, la Viola revient au score par D'Agostino (1-1), match nul face à l'une des grosses écuries du Calcio. Lors de la 3e journée, les Azzurri s'imposent en toute fin de match sur le terrain de la Sampdoria (2-1), grâce à Hamsik et Cavani. Une semaine plus tard, le Napoli marque 4 buts dans les 20 dernières minutes à Cesena, pour une victoire (4-1) en déplacement. Pour le compte de la 6e journée, le Stade San Paolo accueille l'AS Roma, et voit son équipe s'imposer (2-0), encore dans les dernières minutes de la rencontre.

Le club de Campanie reste cependant en difficulté face aux cadors de la Serie A. Lors de la 8e journée, Naples reçoit le Milan AC. Les Rossoneri s'imposent lors de ce choc (2-1), en dépit du but de Lavezzi en fin de partie. En déplacement à Rome pour la 12e journée, les coéquipiers de Paolo Cannavaro s'inclinent contre la Lazio (0-2). C'est peut-être le seul point à améliorer pour les joueurs du Sud de l'Italie, afin de ne pas perdre des longueurs sur ses adversaires directes.

Un 3-5-2 solide

Le coach évolue dans un schéma tactique qui appartient à une période passée du football. En effet, il aligne une défense à 3 centraux, avec Paolo Cannavaro, le frère cadet de l'ancien Ballon d'or 2006, Hugo Campagnaro, solide argentin de 30 ans, et Salvatore Aronica. Dans les couloirs, à droite, Mazzarri possède un choix entre Christian Maggio, international italien et le Colombien Juan Zuniga. A gauche, c'est Andrea Dossena, ex-joueur de Liverpool qui tient son poste. Dans l'entre-jeu, on retrouve Michele Pazienza et l'Urugayen Walter Gargano.

Le triangle offensif est plus jeune et possède un potentiel énorme. Marek Hamsik, international slovaque, 12 buts la saison passée en Serie A, est l'un des joueurs les plus en vue du Calcio. Jose Ernesto Sosa est le joker de luxe de l'attaque. A 25 ans, le joueur fait partie de l'équipe d'Argentine (6 sélections), ancien disciple de Veron à Estudiantes, il trouve au club plus de temps de jeu qu'au Bayern Munich. Son compatriote, Ezequiel Lavezzi (10 sélections), 25 ans lui aussi, est au club depuis 2007, il tourne autour de 7-8 buts par saison, mais il est aussi un dribbleur hors-pair. Le buteur de ce système est arrivé après une Coupe du Monde discrète. Edinson Cavani, 13 buts avec Palerme l'an passé, est prêté et explose avec déjà 9 buts en 13 matchs.

Europa League poussive

A côté de ce parcours positif en championnat, l'équipe patine en Coupe d'Europe. Vainqueur du la Coupe UEFA en 1989 avec Maradona et Careca, Naples semble bien mal embarqué dans le tournoi cette saison. Après avoir sorti Elfsborg en barrage (1-0,2-0), le club italien hérite d'un tirage à sa portée. Les hommes de Mazzarri enchainent 3 matchs nuls, contre Utrecht (0-0), en déplacement face au Steaua Bucarest (3-3), puis devant Liverpool (0-0). Au retour, Naples s'incline même à Anfield Road (1-3), sur un triplé de Gerrard. Avec seulement 3 points en 4 rencontres, le Napoli possède 3 points de retard sur le 2e de la poule, avec encore 2 rencontres à jouer.

La C1 accessible

Visiblement, le parcours en Europa League n'étant pas une priorité pour Naples, le championnat est donc la cible première. En effet, à la 3e place du classement après un tiers du parcours (13 journées), l'équipe peut légitimement espérer obtenir l'une des 4 premières places du classement. Ceci permettrait aux supporters de Napoli de retrouver la prestigieuse compétition européenne, après 20 ans d'absence. L'une des plus grandes enceintes sportives (60.000 places), et des plus chaudes ambiances du continent, n'attend que ça.

Sur le même sujet