Simao rejoint Manuel Fernandes et Ricardo Quaresma à Besiktas

L'ex-international portugais quitte l'Atletico Madrid pour la Turquie. Il a signé pour un montant proche de trois millions d'euros en faveur de Besiktas.

Besiktas continue de frapper fort sur le marché des transferts. Le club stambouliote a en effet enregistré le prêt de Manuel Fernandes, et va signer pour deux millions et demi d'euros l'ailier de l'Atletico Madrid, Simao. A l'image du recrutement d'Allen Iverson sur les parquets du club de Basket, Besiktas est ambitieux.

Le nouvel eldorado des européens

Malgré des résultats en dents de scie depuis la saison dernière, Besiktas attire des grands noms du football dans son effectif. Cet été, ce sont déjà deux vedettes venues de clubs mythiques qui ont rejoint les rangs des Aigles Noirs, Guti (Real Madrid) et Ricardo Quaresma (Inter Milan). En dépit du début de saison moyen des Noir et Blanc, qui sont cinquièmes du classement, à 14 points du leader, Bernd Schuster bénéficie d'un président qui lui donne des moyens. Après le prêt par le FC Valence du milieu de terrain portugais Manuel Fernandes, c'est au tour de son compatriote Simao de s'engager en Turquie. La piste d'un troisième larron, Hugo Almeida est elle aussi en bonne voie pour le mercato à venir.

A côté des trois Brésiliens qui font partie du groupe (Bobo, Marcio Nobre, Rodrigo Tabata), les quatre Portugais vont donc former une communauté lusophone assez importante dans le Bosphore. Dans l'ombre de Fenerbahçe et Galatasaray depuis une quinzaine d'années, malgré le titre de champion en 2009, Besiktas espère, grâce à ce genre de recrutement reprendre le dessus dans cette course à trois qui oppose les géants du championnat turc.

Cohésion de jeu ou stratégie bling bling ?

Sous la direction de Bernd Schuster, de nombreux solistes à la vie extra sportive parfois agitée s'additionnent. Dans un club qui digère difficilement les défaites, le spectacle amené par des joueurs comme Guti ou Quaresma est un luxe, mais qui n'amène pas forcément des résultats concrets. La section basket du club a fait venir la star Allen Iverson dans la même logique. L'ancien entraineur du Real Madrid ne construit donc pas une stratégie à long terme avec ce recrutement. Guti (34 ans), Simao (31 ans), ajouté à des joueurs comme Marco Aurelio (33 ans) ou Nihat (31 ans), font grimper en flèche la moyenne d'âge de l'équipe, ainsi que la masse salariale. Mais quand ces "pré-retraités" s'en iront, que restera-t-il à Besiktas ? Le club a déjà quasiment dit adieu à la prochaine Ligue des Champions, mais l'exigeant public du Stade Inonu pourra-t-il se satisfaire de cette politique de recrutement prestigieux sans titre ?

L'Europa League pour sauver la saison

La seule satisfaction des supporters cette année reste l'excellent parcours en Coupe d'Europe. Deuxièmes de leur poule derrière le FC Porto, les Stambouliotes ont obtenu un ticket pour les 16e de finale, où ils affronteront le Dynamo Kiev. Tout miser sur une compétition à élimination directe est un pari osé mais dangereux pour Schuster, qui sait qu'il ne fera pas long feu à Besiktas en cas d'échec. En effet, le seul gros adversaire rencontré jusqu'ici, le FC Porto, est venu l'emporter 3-1 au Stade Inonu, montrant l'écart qui sépare Besiktas du gotha européen, malgré les noms qui arrivent au club.

Sur le même sujet