user_images/191525_fr_38868_1506.jpg

MAURICE BOURDON

Publié dans : Les articles Voyages & Découvertes de Maurice Bourdon

De l'origine à l'insolite, les noms de rues en France

Offrez-vous une ballade en France au travers de ses deux millions de rues. Avenue, place, chemin ou encore impasse, découvrez leur origine dans l'histoire.

Nous les traversons, nous les cherchons quelques fois. Nous les immortalisons sur l'enveloppe, les redécouvrons au détour d'une carte postale, une photo : « Tiens, il y avait une fontaine avant, juste là ! Et ce bosquet, il y a un lotissement maintenant. » Elles nous remémorent notre enfance ou un passage de notre vie. Elles sont « le cordon ombilical qui relie l'individu à la société » [Victor Hugo], les rues. Des millions de kilomètres de rues qui, reliées les unes aux autres, forment l'ossature géographique et historique de notre France.

De la rue des Écoles à la rue des Merdes de Chiens, de l'origine à l'insolite, découvrez ou redécouvrez ces odonymes façonnés par l'Histoire.

À l'origine des noms de rue en France : du Moyen Âge à la Révolution française

À chaque époque sa tendance d'odonyme – dont nous tenons héritage, à commencer par le Moyen Âge. À cette époque, les dénominations révèlent tout simplement le lieu desservi par la voie. Ainsi sont nées des voies telles que « rue de l'Église », « place de l'Église » et « Grande Rue » qui sont aujourd'hui les trois odonymes les plus fréquents en France, talonnés par « rue du Moulin » et « place de la Mairie ». [1]

À partir du 17e siècle, la monarchie et sa surintendance l'emportent sur la logique moyenâgeuse. In fecto, ce sont les Grands du royaume qui inspirent désormais les voiries françaises et on se ballade sur la « place Louis-le-Grand » en passant par la « rue de Turenne » (maréchal du roi Louis XIV). Il faut attendre la Révolution française pour que débute la débaptisation des voies au profit d'idéaux tels que « rue de la Fraternité », « rue de l'Égalité » ou « place des Droits de l'Homme ».

À l'origine des noms de rue en France : du Premier Empire au 20e siècle

Sous le Premier Empire, ce sont les noms des généraux et les victoires militaires – chères aux Français – qui inspirent les rues des grandes villes, comme la « rue Maréchal Soult », la « rue de Claye ». Quelques décennies plus tard, la France se voit nantie de boulevards en l'honneur de l'Alsace et de la Moselle perdues lors de la guerre franco-allemande en 1870 : les boulevards d'Alsace-Lorraine, Metz et Strasbourg sont les odonymes d'une longue liste. Dans le Nord, ce sont les « rue des Corons » qui explosent avec la révolution industrielle.

Enfin, l'éclectisme du 20e siècle n'épargne pas les rues et ses millions de plaques, et bien des sujets sont abordés :

Les rues de France insolites

Avez-vous déjà tenté de vous rendre à la rue Perdue ? Ou à la rue Sans nom, en évitant la rue des Mauvais Garçons, à Paris ? Et la rue de l'Enfer dans le Puy-de-Dôme, après une halte à la rue Coupe-Jarret ?

Sans déroger à l'aspect historique et fonctionnel de la voirie, des noms inattendus marquent le macadam et ne manquent pas de surprendre. Citons parmi d'autres l'impasse Casse-couilles à Paris ou encore la rue des Pucelles à Strasbourg. Tout un florilège de noms insolites à découvrir au travers de la toile, dans la même trempe que le célèbre « reportage » mené par Daniel Prévost dans le petit village de Montcuq, en France.

La baptisation, la débaptisation : les rues de France aujourd'hui

De nos jours, la baptisation comme les voies nouvelles se raréfient en France. Il faut attendre les jours de grandes célébrations pour que de nouveaux noms fassent leur timide apparition sur la carte de France. Ainsi, à l'occasion de la Journée internationale des Femmes le 8 mars 2013, la Capitale a marqué le coup et décrété qu'une cinquantaine de noms féminins jalonneraient désormais les rues de Paris. Louise Bourgeois aura sa rue dans le 17e arrondissement, l'actrice Romy Schneider dans le 18e et la journaliste Françoise Giroud une place à son nom dans le 14e. [2]

De même, la débaptisation reste un événement rare car encore faut-il la justifier. C'est ce qu'ont fait le 14 mars 2013 le Maire et le conseil municipal de Belrain, dans la Meuse, en débaptisant la rue du Maréchal Pétain, la dernière en France. Elle existait depuis les années 1930. Ce qui n'a pas manqué de remettre le débat des noms de rues « mal appropriés » sur la table, car il existe encore en France des dizaines de rues au nom de Lénine, Mao Tsé Tsoung ou encore des avenues en l'honneur de l'Union soviétique.

N'est-ce pas un véritable voyage dans le temps que de sillonner les rues de France et s'enticher de leurs plaques plus diverses les unes que les autres ?

Notes :

  • [1] Les voies les plus représentées en France, selon le SNA
  • [2] « sur les 6000 voies et places parisiennes, seulement 200 portent un nom de femmes », rapporte l'historienne Malka Marcovitch, auteur de Parisiennes. De Marie Stuart à Simone de Beauvoir, ces femmes qui ont inspiré les rues de la Capitale !
  • près de 1 900 000 rues répertoriées sur le site ruesdemaville.com

À propos de l'auteur

user_images/191525_fr_38868_1506.jpg

MAURICE BOURDON

  • 112

    Articles
  • 12

    Séries
  • 0

    Abonnés
  • 0

    Abonnements

Poursuivez la discussion!