Bilan des pertes humaines de la Première Guerre mondiale

Entre 1914 et 1918, la Grande Guerre a fait près de 40 millions de victimes dont des centaines de milliers de disparus et mutilés en France et ailleurs.
12

14 juillet 1919. Des dizaines de milliers de Français se réunissent sur les Champs-Élysées pour le défilé de la victoire. La démobilisation des soldats français a repris son cours, pas de doute: la guerre est bel et bien terminée! Pourtant, l'éclat des festivités ne parvient pas à masquer l'ampleur du vide laissé par tous les morts du conflit et le poids du deuil. Chacun ou presque a perdu un proche.

À Paris comme à Londres (19 juillet), Bruxelles (22 juillet) et New York (10 septembre), les fêtes de la victoire sont marquées par la présence obsédante de la mort. Au retour des rescapés répond le souvenir douloureux de ceux qui ne reviendront pas.

Les pertes humaines de la Première Guerre mondiale: les chiffres

Du côté des Alliés:

  • Russie (hors guerre civile): 1 800 000 morts et disparus, 4 950 000 blessés
  • France et colonies: 1 375 800 morts et disparus, 4 266 000 blessés
  • Grande-Bretagne: 980 371 morts et disparus, 2 090 212 blessés
  • Italie: 578 000 morts et disparus, 947 000 blessés
  • États-Unis: 114 000 morts et disparus, 234 000 blessés
  • Roumanie: 250 706 morts et disparus, 120 000 blessés
  • Serbie: 278 000 morts et disparus, 133 148 blessés

  • Allemagne: 2 033 700 morts et disparus, 4 216 058 blessés
  • Autriche-Hongrie: 1 100 000 morts et disparus, 3 620 000 blessés
  • Empire ottoman: 804 000 morts et disparus, 400 000 blessés
  • Bulgarie: 87 500 morts et disparus, 152 390 blessés

L'Allemagne, la France et la Russie, les pays les plus touchés par la Grande Guerre

La Première Guerre mondiale a fait près de 10 millions de morts en Europe mais aussi aux États-Unis. L'Allemagne et la France sont les pays les plus touchés, avec la Russie, où il faut ajouter aux tués de la Grande Guerre les morts dus aux famines et à la guerre civile. En proportion, la Serbie essuie toutefois les pertes les plus élevées avec 37% des mobilisés tués, contre 10 à 20% pour l'ouest de l'Europe. Ces morts sont avant tout des hommes jeunes, nés à la fin du XIXe siècle: 60% avaient entre 20 et 30 ans et ont laissé 3 millions de veuves et 6 millions d'orphelins en France.

En France, des milliers de blessés et de "gueules cassées"

Au travers des ruelles, des aveugles, des amputés et des mutilés. Ils sont près de 300 000 en France à faire valoir leurs droits et à se partager le souvenir douloureux avec les grands blessés de la face, surnommés les "gueules cassées" (environ 15 000 en France). Difficile de vivre normalement avec un visage défiguré, ces derniers se regroupent et acquièrent des châteaux pour y finir leurs vieux jours afin d'éviter les regards pesants. Mais pour réaliser ce projet, il faut de l'argent. Ils en trouveront grâce à une idée révolutionnaire: la Loterie nationale, entre 1931 et 1933.

Les disparus de la Grande Guerre honorés par le soldat inconnu

On compte avec les morts les "disparus" dont les corps n'ont jamais été retrouvés ou identifiés. Ils sont environ 250 000 en France, vainement recherchés par leurs familles ne pouvant se résigner à l'absence de corps et de tombe. L'un d'eux, le soldat inconnu , est inhumé le 11 novembre 1920 sous l'arc de Triomphe, à Paris, pour honorer tous les morts de la guerre, tombés pour la mère patrie. Une pratique relayée dans d'autres pays comme la Grande-Bretagne, la Belgique, les États-Unis ou encore l'Italie.

Sources :

Chiffres selon Penser la Grande Guerre , Winter & Prost, Le Seuil [2004, p. 1077]

La Grande Guerre (2010), André Loez, Éditions La Découverte

Sur le même sujet