Eric Zemmour entarté : retour sur Noël Godin dit l'entarteur

Eric Zemmour a été entarté ce lundi 7 février dans la matinée. Les soupçons n'ont pas tardé à peser sur Noël Godin, le célèbre entarteur belge depuis 1969.
13

Alors qu’il se rendait dans les locaux de RTL, à Paris, le chroniqueur et polémiste, Eric Zemmour, a eu la désagréable surprise de se faire entarter ce lundi 7 février dans la matinée. Les soupçons n’ont dès lors pas tardé à peser sur Noël Godin et son Internationale pâtissière . Bien connu pour ses jets de tarte à la crème sur de nombreuses personnalités, celui que l’on surnomme "l’entarteur" ou encore "Georges Le Gloupier" n’a toutefois pas revendiqué l’agression pâtissière de l’animateur à ce jour.

Noël Godin, l’entarteur, Georges Le Gloupier… Un seul et même homme

Né le 13 septembre 1945, à Liège, en Belgique, Noël Godin se livre à son premier entartage en 1969 sur la personne de Marguerite Duras, alors en visite en Belgique pour le lancement du film Détruire . La même année, son complice Jean-Pierre Bouyxou s’en prend au maître de ballet, Maurice Béjart. Dans la crème, les deux agitateurs lui destinent un message cinglant : "Cette tarte, Maurice, ne peut pas en tout cas te rendre plus disgracieux que lorsque tu danses".

L’entartage consistant à écraser une tarte à la crème sur la figure d’une personnalité aux positions controversées, celui que Libération qualifie de "crème d’homme" a vite fait d’attiser la curiosité mais aussi les foudres sur lui, notamment dans son pays. Il explique au quotidien : "Avec ma compagne, on nous refusait l’accès à des bistrots et à des restaurants (…) On nous reprochait de ridiculiser l’image de la Belgique avec nos gugusseries." (1)

L’entartage, un symbole de contestation burlesque

À l’origine de l’entartage, la célèbre bataille de tartes à la crème du film muet The Battle of the Century avec Laurel et Hardy, sorti en 1927.

Ce n’est qu’avec l’entartage du patron de Microsoft, Bill Gates, en 1998, qu’un vent de rédemption souffle sur l’agitateur belge : "Le vent a totalement tourné, du jour au lendemain. Pour les mêmes raisons idiotes et chauvines, qui faisaient que j’étais haï : la fierté du petit pays qui se distingue à la face du monde." (1) Depuis, sa notoriété en a inspiré d’autres, et de nouvelles organisations burlesques ont vu le jour : outre l’ Internationale pâtissière belge, les Entarteurs de l’Al Qaïtarte en France, les Entartistes québécois , les BBB américains (Biotic baking brigade) ou encore les TAART hollandais (Tegen autoritaire en anti-revolutionnaire types) pour ne citer que les organisations revendiquées. Sur son site Internet, l’Internationale pâtissière fait état de ces organisations au travers des continents.

De nombreuses victimes de Noël Godin et de l’Internationale Pâtissière

Parmi les victimes de l’entarteur, notamment le philosophe Bernard-Henri Lévy entarté six fois de 1985 à 2000 ("Il personnifie le nombrilisme arrogant. C’est la victime idyllique"), mais aussi Patrick Bruel (1993), Pascal Sevran (1995), Patrick Poivre d’Arvor (1996), Nicolas Sarkozy (1997), Benjamin Castaldi (2001), Jean-Pierre Chevènement (2002), ou encore Doc Gynéco lors de l’émission Village Départ diffusée en direct sur France 3, en août 2007.

Condamné à 800 euros d’amende pour "violences volontaires avec préméditation" sur la personne de Jean-Pierre Chevènement en 2002, Noël Godin fut plusieurs fois relaxé auparavant. Notamment lors de la plainte du gouvernement français pour l’entartage du ministre Philippe Douste-Blazy, en 1985. Dans cette affaire, la plaidoirie de l’avocat de la défense a pesé lourd en invoquant "une vieille tradition belge que d’entarter les fâcheux".

Eric Zemmour, le goût de la polémique

Pour l’heure, l’entartage d’Eric Zemmour n’a pas été revendiqué, ni par Noël Godin, ni par l’une ou l’autre des organisations d’entarteurs. Mais alors que son jugement pour "délits de diffamation à caractère racial et d’incitation à la haine raciale" est vivement attendu pour le 18 février, l’accusé n’occupe pas une place de choix dans le cœur de bon nombre de Français, et il se pourrait bien que l’œuvre soit celle de l’un de ses nombreux – très nombreux – détracteurs.

(1) Libération, Une crème d'homme , 14 mai 2001

Dernière info en date du 9 janvier 2011, sur Ozap : France Info a retrouvé le véritable coupable qui répond au nom de Maurice Gloup .

Sur le même sujet