La bataille d'Austerlitz : les évènements du 2 décembre 1805

Surnommée bataille des trois Empereurs, Austerlitz est très certainement la preuve du génie stratégique de Napoléon Ier.

Comme prévu par la stratégie de Napoléon Ier, à 4 heures du matin, les alliés quittent le plateau de Pratzen pour tourner les forces françaises par le sud, en prenant les villages de Telnitz et Sokolnitz.

L'incroyable Davout subit les assauts de 40 000 austro-russes

Depuis 7 heures, Legrand et son 3e régiment de ligne résiste face à l'offensive alliée sur Telnitz. À 7h30, Davout et ses troupes arrivent sur place, après avoir marché 110 km en 48 heures, et viennent immédiatement défendre les positions de Legrand. Voir la position des troupes à 8h .

Pendant ce temps, les divisions de Soult, au centre, ont franchi le Goldbach, ruisseau les séparant du plateau de Pratzen, caché dans la brume.

Les villages de Telnitz et Sokolnitz sont attaqués et contre-attaqués: en 30 minutes, le petit village de Telnitz change trois fois de main. Davout a du mal à contenir les 4 colonnes alliées et il attend avec impatience la suite de l'offensive.

La prise du Pratzen

Le général Kutusov, qui est, rappelons-le, le seul à douter du plan allié, hésite à marcher vers le sud. Mais le Tsar belliqueux et orgueilleux lui ordonne de prendre la route. C'est à ce moment précis que le fameux soleil d'Austerlitz chasse les dernières brumes et que Napoléon ordonne à Soult de prendre la plateau de Pratzen délaissé par les troupes coalisées.

Kutusov aperçoit les troupes françaises et devine alors la stratégie de l'Aigle. Il ordonne à ses troupes de reprendre le plateau mais c'est trop tard. Soult canonne ses troupes de flanc et, aidé de Bernadotte, rejette les alliés vers le sud-est.

L'armée du Tsar est scindée en trois: Buxhowden au sud, Kutusov au centre et Bagration au nord. Soult achève les troupes de Kutusov au centre puis repart vers le sud pour prendre les troupes de Buxhowden en tenaille entre Davout et lui.

Voir la position des troupes à 9h .

La déroute finale et la chasse aux fuyards

Davout repousse les troupes de Buxhowden vers les étangs gelés de Satchan et Moenitz. Les troupes coalisées essaient de les traverser à pied mais le canon français brise la glace: toute l'artillerie austro-russe se noie et les soldats, trempés et exténués, sont cueillis à la sortie de l'étang par les forces françaises.

Murat et Bernadotte poursuivent Kollowrath et la cavalerie de Liechtenstein, et Lannes les troupes de Bagration.

La victoire est acquise et Napoléon s'en réjouit.

Voir la position des troupes à 14h .

Le fameux discours de Napoléon à ses soldats

Napoléon est content de ses troupes. Il le leur fait savoir dans un discours devenu aujourd'hui célèbre.

"Soldats, je suis content de vous. [...] Vous avez décoré vos Aigles d'une gloire immortelle. [...] Soldats, lorsque tout ce qui est nécessaire pour assurer le bonheur et la prospérité de notre patrie sera accompli, je vous ramènerai en France; là, vous serez l'objet de mes plus tendres sollicitudes. Mon peuple vous reverra avec joie, et il vous suffira de dire, "J'étais à la bataille d'Austerlitz", pour que l'on réponde, "Voilà un brave"".

CONT12

Sur le même sujet