Ne tirez pas sur l'oiseau moqueur, Harper Lee

C'est en 1960 que Nell Harper Lee publie son seul roman, Ne tirez pas sur l'oiseau moqueur, couronné du prix Pulitzer en 1961.
13

Largement inspiré d'événements autobiographiques, Ne tirez pas sur l'oiseau moqueur (dont le titre original est To kill a Mockingbird ) est l'unique roman publié de Nell Harper Lee, une romancière américaine très proche de Truman Capote.

Résumé de Ne tirez pas sur l'oiseau moqueur

Atticus Finch est avocat dans le comté de Maycomb, Alabama. Il élève seul ses deux jeunes enfants, Scout, une petite fille curieuse, garçon manqué, très complice de son grand frère Jem. Chaque été, leur ami Dill les rejoint pour passer les vacances avec eux. Les enfants s'amusent à s'inventer des histoires toutes plus cyniques les une que les autres, notamment celle de Boo Radley, un jeune homme qui ne sort jamais de la maison voisine. Ils veulent le rencontrer afin de mieux comprendre son ermitage.

Entre temps, Atticus, qui apparaît comme un père très aimant et un homme loyal, a été commis d'office pour défendre Tom Robinson, un noir accusé de viol par la famille Ewell. Convaincu de l'innocence de son client, Atticus mettra tout en œuvre pour prouver son innocence lors d'un procès suivi par Jem, Scout et Dill. Toutes les preuves accusent le père Bob Ewell d'avoir frappé sa fille Mayella après l'avoir surprise en train de faire des avances à Tom Robinson, et d'avoir accusé à tort ce dernier de viol et de violence sur sa fille.

La dénonciation du racisme sévissant encore dans un ancien état sudiste

Harper Lee naît en Alabama en 1926 et passe son enfance dans cet état anciennement sudiste et toujours enclin à la persécution des noirs. Tout comme Atticus, le père de Harper Lee était avocat et avait défendu deux homme noirs accusés de meurtre, en 1919. Après leur condamnation à mort, le père de l'auteure avait décidé de ne plus défendre d'affaire pénale.

La seconde partie du roman se focalise sur le procès de Tom Robinson et offre à Atticus un plaidoyer absolument mémorable. Ce plaidoyer est raconté par Scout qui observe son père du balcon, entourée de la communauté noire du comté venue soutenir Tom, ce qui ajoute à la scène et au discours d'Atticus une innocence forcément objective qui permet à Scout de se transformer en un juge officieux. Scout rassemble tous les éléments du procès dans sa tête, nous en fait part, et nous convainc de l'innocence de Tom. Cette innocence de l'enfant est très utilisée dans ce roman car elle permet au lecteur d'analyser l'affaire d'un point de vue très ambigu : celui de la fille de l'avocat de la défense, qui penche donc plutôt du côté de la défense, mais dont l'esprit et l'impartialité en font un point de vue plus qu'objectif.

Un roman sur la jeunesse qui devient adulte

Jem change au fil des pages. Il est, au début du roman, un garçon curieux, joyeux et extraverti. À la fin du roman, il devient morose, réservé et asocial. Il comprend, à mesure que les années passent, que le monde existant autour de lui est en réalité un monde pouvant être dangereux ou méchant.

Il commence à comprendre comment fonctionne la société qui l'entoure : les gens sont catégorisés selon leur passé, leur richesse, leur intelligence ou encore leur couleur de peau. À la fin du 23e chapitre, il déclare à Scout, qui lui affirme qu'il n'y a qu'une sorte de gens : "C'était ce que je pensais, moi aussi [...] quand j'avais ton âge. S'il y a qu'une seule sorte de gens, pourquoi n'arrivent-ils pas à s'entendre ? S'ils se ressemblent, pourquoi passent-ils leur temps à se mépriser les uns les autres ? Scout, je crois que je commence à comprendre quelque chose ! Je crois que je commence à comprendre pourquoi Boo Radley est resté enfermé tout ce temps. C'est parce qu'il n'a pas envie de sortir."

Scout est, elle aussi, poussée par sa tante à devenir une dame , en passant une robe et en buvant le thé entre dames .

Le livre a été adapté au cinéma par Robert Mulligan en 1962, dans lequel a joué Gregory Peck.

Sur le même sujet