Raging Bull de Martin Scorsese avec Robert De Niro et Joe Pesci

Sorti en 1980, Raging Bull est à l'unanimité le meilleur film de boxe jamais réalisé.
6

Raging Bull est un biopic, réalisé par Martin Scorsese et sorti en 1980, tiré du roman autobiographique du célèbre boxeur Jake LaMotta ayant vécu son heure de gloire à la fin des années 40. Champion du monde des poids moyens du 16 juin 1949 (remporté contre Marcel Cerdan) au 14 février 1951 (perdu contre Sugar Ray Robinson), Jake LaMotta était connu pour sa fougue et sa grande combativité sur le ring.

Scorsese a fait de cette biographie un chef d'œuvre cinématographique incontestable, notamment par ses techniques de réalisation et la maîtrise de ses acteurs.

Le résumé de Raging Bull

Le cadet Joey (Joe Pesci) manage la carrière de son grand-frère Jake (Robert De Niro). Ce dernier, impatient, désintéressé et parfois violent, s'emporte lorsque Joey lui propose l'aide de Salvy Batts, un homme de main de Tommy Como, un grand nom de la mafia du Bronx. La condition pour pouvoir jouer le titre est simple : se coucher devant Billy Fox. Mais le taureau du Bronx est bien trop fier pour ça. Il se laisse frapper mais ne tombe pas.

Pendant ce temps, Jake rencontre Vickie (Cathy Moriarty) avec qui il se marie en 1949. Mais celle-ci le tourmente et il devient fou de jalousie, complètement paranoïaque et obnubilé par les relations que sa femme entretient avec quelques hommes, notamment avec Salvy Batts. Lors d'une soirée, Joey aperçoit Vickie à la table de Salvy et décide de défendre l'honneur de son frère : Joey moleste violemment Salvy.

En 1949, Jake réussit à obtenir le match pour le titre contre Marcel Cerdan qu'il combat brillamment. Mis au courant de la rixe entre son frère et Salvy, Jake s'invente des histoires et demande à son frère si celui-ci a couché avec Vickie. S'ensuit une scène violente où Jake s'en prend à Joey et Vickie.

Loin de son frère, la carrière de Jake commence très vite à décliner et il perd son titre contre Sugar Ray Robinson en 1951. Après avoir déménagé à Miami, Jake devient gérant d'une boîte de nuit. Il est plus tard envoyé en prison pour avoir présenté des filles mineures à certaines de ses relations. Vickie demande le divorce et Jake se retrouve définitivement seul, perdu dans sa boîte de nuit, destiné à raconter des blagues de mauvais goût tous les soirs.

Une magnifique performance de Robert De Niro

Robert De Niro reçut l'Oscar du meilleur acteur pour ce film tant pour sa performance d'acteur que pour son incroyable transformation physique tout au long du film. En seulement 4 mois, De Niro prit 30 kilos (après une cure grossissante effectuée en Italie et en France) afin de jouer le rôle d'un Jake LaMotta vieux et dépravé. Les scènes de boxe ont demandé un réel travail de chorégraphie puisque c'était la première fois que la caméra se déplaçait en même temps que le boxeur filmé. Auparavant, les caméras étaient placées en dehors du ring et la séquence était montée avec différents plans. Ici, la chorégraphie sportive était inévitable afin de pouvoir filmer à chaque moment sous le bon angle.

Enfin, plusieurs scènes majeures du film s'appuient seulement sur la qualité d'acteur de De Niro comme celle de la cellule, les dialogues avec son frère (durant lesquelles la qualité de Joe Pesci est aussi bonne) ou encore la scène de la piscine avec Vickie.

Un réalisateur hors norme : Martin Scorsese

En 1980, Martin Scorsese est déjà bien parti pour une carrière exceptionnelle. Sont déjà sortis à l'écran Mean Streets , Taxi Driver et New York, New York . Raging Bull est à ce jour l'un de ses films majeurs, qui le préfigura en tant que réalisateur culte.

Plusieurs scènes sont absolument magiques : la scène où Jake rencontre Vickie à la piscine (ralenti des pieds dans l'eau, regards lancinants) et la scène de flirt un peu plus tard, tout d'abord à travers le grillage de la piscine puis chez Jake. Les scènes de boxe enfumées sont esthétiquement parfaites. Enfin, la scène de la cellule éclairée par un rai de lumière divin demeure l'une des plus belles scènes du cinéma, notamment par son intelligence et l'intensité émotionnelle du jeu de De Niro.

Sur le même sujet