Cuisine et alimentation en Egypte ancienne

Les Égyptiens sont de brillants exploitants agricoles qui préparent des plats raffinés usant de tout ce que leur offrent le Nil et le soleil.
17

La civilisation égyptienne durera environ cinq millénaires, au cours desquels la manière de vivre, et l'alimentation en particulier, vont se transformer profondément. Néanmoins, tout au long de cette évolution, l'agriculture et l'élevage demeureront les fondements de toute prospérité. Autour d'un fleuve béni des dieux, le Nil est un véritable don – pour reprendre l'expression d'Hérodote – qui offrira aux Egyptiens, la richesse nécessaire pour être une des plus brillantes civilisations humaines.

Agriculture et élevage

L'agriculture, en Égypte, s'attache à la culture des céréales, des légumineuses, des plantes aromatiques, des arbres fruitiers, des racines et des graines de nénuphars, du lin, et aussi de ces fameux papyrus qui constitueront, durant des millénaires, le plus important de ces produits d'exportation. L'élevage, lui, concerne les bovidés, les porcs, les ânes, les canards et les oies, ainsi que les abeilles. La chasse et la pêche sont de grandes pourvoyeuses notamment de poissons nilotiques et de gazelles, bœufs sauvages, autruches, cerfs et petits gibiers.

Il existe des controverses. Ainsi, un archéologue britannique tenta de prouver que des grains de blé, retrouvés dans la sépulture d'un pharaon, avaient, un fois semés, donné une récolte! Il nomma ces grains "le blé d'Osiris". La supercherie fut découverte: un grain finit par mourir au bout de dix années!

Les liquides

Les boissons sont alors le vin mais surtout la bière, blonde ou brune, bière corsée ou bière de table. Le lait est bien connu mais on pense que les Égyptiens, tout comme les sumériens, ignoraient le fromage et le beurre. En revanche, les matières grasses sont nombreuses : huile d'olive, graisse de canard. Le sel est connu, mais pas le sucre : le miel le remplace largement. Quant aux boulangers, ils cuisent de petits pains de froment.

A table !

Les Égyptiens, qui raffolent de la campagne, y mènent une vie calme à proximité des villes. Amoureux et adorateurs du soleil, ils vont peu vêtus, préfigurant les naturistes, dans une région au climat généreux. Leurs habitations de briques et de bois sont à la mesure de leurs goûts champêtres, environnées de domaines rustiques où les piscines se couvrent de nénuphars et de papyrus. La cuisine égyptienne, déjà fort évoluée, se compose de légumes bouillis à l'eau, de viandes, de poissons grillés ou bouillis, de potages, de plats de viandes hachées accompagnées de sauces, de crèmes, de compotes, de purées, de bouillies de céréales. En revanche, contrairement à Babylone, le riz semble inconnu des habitants du Nil à l'époque pharaonique.

Sources et compléments

Cuisine et alimentation à Sumer et à Babylone

Les premières bières de l'humanité

Nos ancêtres buveurs de vin

Sur le même sujet