Femmes d'orient, l'élégance en Egypte et en Mésopotamie

Les femmes orientales aiment s'habiller de couleur et s'enduire de parfum, charmant, depuis des millénaires, les hommes d'autres civilisations.
33

Dès la plus haute antiquité, les femmes fortunées des civilisations égyptiennes et mésopotamiennes ont atteint dans le domaine de la toilette un très haut degré de raffinement.

Se laver

Tous les riches particuliers, hommes et femmes, disposent de salles d’eau, ancêtres de nos modernes salles de bain. En Egypte, celles-ci sont équipées d’une dalle de douche et d’un système d’écoulement pour évacuer les eaux usées. Pour prendre une douche, la maîtresse fait asperger son corps par une servante qui verse l’eau à travers un tamis. Les toilettes, avec leur siège d’aisance, sont dans une pièce séparée. En Mésopotamie, les salles de bains possèdent une ou deux baignoires – quelques-unes ont été retrouvées intactes – un foyer pour chauffer l’eau et des toilettes. Dans les familles les plus pauvres, les eaux usées peuvent également être évacuées de la maison par un ingénieux système de gravier à travers lequel l’eau peut s’écouler dans le sol et à l’extérieur de la maison.

S’enduire et se maquiller

Les femmes ont toujours été de grandes consommatrices de produits de beauté. Ainsi, elles consomment de grandes quantités d’onguents, d’huiles et de parfums qu’elles étalent sur leur corps. Elles se maquillent les paupières avec des fards de couleur et le contour avec du khôl, une poudre à base d’antimoine ou de galène. Les femmes d’Egypte et de Mésopotamie partagent cet art du maquillage. Cette coquetterie a bien évidemment favorisé les échanges et le commerce entre les différentes régions. Apparaissent aussi des effets de mode, tant dans la manière de se maquiller que dans l’habillage.

Se coiffer et s’habiller

Au fil du temps, les modes ont beaucoup évolué tant en ce qui concerne la façon de se coiffer, de plus en plus compliquée, que dans la manière de s’habiller. Généralement en lin en Egypte, les vêtements sont surtout en laine et en peau en Mésopotamie. En Assyrie et en Babylonie, la femme mariée voile sa tête signifiant par là-même son appartenance à un homme. Colliers, bracelets, boucles d’oreilles et bagues, en métaux précieux et en pierres semi-précieuses, lapis-lazuli venu de la lointaine Afghanistan, turquoise complètent leur parure. La couleur qui représente la féminité en Mésopotamie est la cornaline.

Les femmes orientales ont toujours fasciné les occidentaux. Encore aujourd’hui. Aussi, lorsqu’Alexandre le Grand découvrira, lors de son invincible odyssée orientale, les femmes perses, issues du long métissage entre Iran et Mésopotamie, il affirmera que ces femmes sont un tourment pour les yeux.

Sources et compléments

Le harem de pharaon

La femme grecque

Les pharaons épousent leur soeur

Sur le même sujet