Les colosses de Memnon ou le dieu chantant de l'Egypte antique

Durant l'Antiquité, une étape est obligatoire à tous voyageurs curieux de l'Égypte pharaonique: les colosses de Memnon. L'un d'eux, chante tous les matins.
14

A l'origine, ces deux énormes colosses monolithiques précédaient le premier pylône du temple qui commémorait la mémoire et l’œuvre du règne d'Aménophis III (1390-1352, XVIIIe dynastie), père du célèbre Akhenaton. Cet édifice était considéré comme le plus grand des temples thébains. Construit sur la rive ouest du Nil, il fait face au temple de Louxor, bâti de l'autre côté du fleuve. Le temple d'Aménophis III est aujourd'hui disparu: les inondations régulières du Nil ainsi que l'utilisation du temple comme carrière de pierre ont eu raison de ses dimensions colossales. Les deux grandes statues, qui représentaient à l'origine le pharaon divinisé avec l'ensemble de ses attributs royaux, constituent les deux derniers vestiges extraordinaires de cette imposante et grandiose construction. Hautes de 16,60 mètres et taillées dans deux blocs monolithiques de quartzite, elles proviennent d'une carrière se situant près du Caire.

L'Histoire des statues

Nous connaissons l'histoire de ces deux colosses par Strabon. Le géographe grec releva notamment que lors d'un tremblement de terre qu'il mentionne dans sa Géographie, en 27 av. notre ère, l'un des colosses se fissura. Un phénomène, quasi divin, se produisit dès lors tous les matins: lorsque la pierre commençait à s’échauffer aux premiers rayons du soleil, après l'humidité de la nuit, elle rendait un son musical que le géographe et itinérant Pausanias compara à un son de cithare.

«On lui donne généralement le nom de Memnon qui étant, dit-on, parti de l'Éthiopie avec une armée, traversa l'Égypte et s'avança jusqu'à Suse. Mais les Thébains ne veulent pas que cette statue soit Memnon, et ils y voient Phaménophis [Aménophis III], Égyptien.» Strabon, Géographie

Le nom de Memnon, sous lequel on nomme désormais les deux statues, est directement lié à ce phénomène musical. Les anciens grecs expliquèrent ce phénomène par une légende selon laquelle le héros homérique Memnon, fils d'Eos – déesse de l'Aurore – et de Tithon – prince troyen, tué par l'invincible Achille – serait réapparu à Thèbes transformé en statue. Et depuis, chaque matin, ses lamentations s'élèvent dans le ciel au moment où sa bien aimée mère repend les premières lueurs du soleil sur sa statue.

«La statue de Memnon est tournée vers l'Orient: elle représente un jeune homme imberbe; elle est en pierre noire. Les deux pieds sont joints, suivant l'usage des sculpteurs du temps de Dédale; les deux mains sont droites et appuyées sur le siège: on dirait un homme assis qui va se lever. (…) Lorsque le premier rayon éclaira la statue (ce qui arrive au lever du soleil), [les voyageurs] ne se tinrent plus d'admiration. Aussitôt, en effet, que le rayon eut atteint la bouche, Memnon parla, ses yeux devinrent brillants comme ceux d'un homme exposé au soleil. Nos voyageurs comprirent alors que Memnon semble se lever devant le soleil, comme on se lève pour mieux honorer une divinité. Ils sacrifièrent au Soleil Éthiopien et à Memnon Oriental: ce sont les noms que leur donnent les prêtres.» Philostrate, Vie d'Apollonios de Tyane

Postérité des colosses

Le phénomène devient vite très célèbre dans l'Antiquité. Il attire de très nombreux visiteurs venus de tout le monde romain et grec comme en témoignent les très nombreuses signatures et autres inscriptions gravées sur la base et les jambes de la statue afin de garder pour l'éternité leur passage près des colosses que l'on nomme depuis les Colosses de Memnon.

Il est malheureusement impossible de renouveler l'expérience aujourd'hui. En effet, l’empereur Septime Sévère ordonna la restauration de la statue au IIe siècle de notre ère en pensant rendre hommage à Memnon, qui depuis, ne chante plus...

Sources:

  • Philostrate, Vie d'Apollonios de Tyane
  • Pline l'Ancien, Histoire naturelle
  • Strabon, Géographie

Sur le même sujet