Novembre 1922, Carter découvre la tombe de Toutankhamon

Revivons la découverte d'une des plus grandes aventures archéologiques du XXe siècle: l'ouverture du tombeau de Toutankhamon.
15

En novembre 1922, l'anglais Howard Carter découvre la tombe inviolée d'un pharaon inconnu mais qui deviendra dès lors, le plus célèbre des rois d’Égypte : Toutankhamon ( vers 1345 – 1327 av. notre ère). Les fouilles de la Vallée des rois sont alors financées par Lord Carnavon qui, peu de temps avant la spectaculaire découverte, avait pensé abandonner toutes recherches, après des années de découvertes infructueuses. C'est la mise au jour de quelques marches d'un tombeau oublié par les pillards qui déchaine les passions. Carter, présageant la découverte, envoie un télégramme à Carnavon resté en Angleterre. Nous sommes alors le 4 novembre 1922. Les ouvriers dégagent l'escalier en attendant l'arrivée du maître. Celui qui paye doit être là pour voir !

Enfin le voilà ! Le 24 novembre, Carnavon et Carter sont réunis pour lire sur les sceaux des portes du tombeau le nom du propriétaire des lieux: Toutankhamon.

L'ouverture et le plan de la tombe

Le 26 novembre on creuse un trou dans la seconde porte. Apparaît alors, dans les ténèbres vierges de toutes lumières depuis près de 2300 ans, un fabuleux trésor. Enfin, l'égyptologie mettait la main sur la toute première tombe royale intacte. Celle-ci présente un plan typique des sépultures de la XVIIIe dynastie, à savoir un escalier descendant suivi d'un bref couloir qui débouche sur une antichambre de forme rectangulaire. L'antichambre conduit directement à la chambre funéraire entièrement peinte - contrairement aux autres pièces - dont une paroi s'ouvre sur une annexe que Carter baptise « le trésor ».

Au milieu de la chambre funéraire trône le grand sarcophage du pharaon en quartzite rouge décoré des sculptures de divinités protectrices. Lorsque les archéologues découvrent le sarcophage, ils en restent d'abord pantois. Ils en relèvent pas moins de trois, dont le premier est recouvert d'une magnifique feuille d'or, qui contiennent le corps embaumé du pharaon. Le dernier sarcophage est en or massif. Touchant au but, voilà qu'ils tombent sur un masque en or de onze kilo qui scelle le buste de Toutankhamon. Point noir de la découverte. Avide de richesse, la momie sera irrémédiablement abimée, dans la tentative des archéologues de trouver d'autres richesses à même les langes entourant le corps. Une autopsie improvisée et maladroite qui heureusement n’a pas eu de conséquences trop fâcheuses : Toutankhamon repose toujours dans sa tombe aujourd'hui.

Le trésor

On dénombrera plus de 3500 objets dans la tombe que les hommes mettront plusieurs années à vider. Bref inventaire : l'antichambre contient trois lits funéraires en bois dorés, un trône en ébène du souverain ainsi que le trône royal. La chambre est gardée par deux statues-gardiennes peintes recouvertes d'or. « Le trésor » contient également quelques merveilles. Une statue d'Anubis recouverte par un voile en lin, des barques sacrées et enfin le grand coffret en bois doré qui contient les vases canopes. La tombe possède de nombreuses statuettes en or représentant des divinités, comme celle de Sekhmet, ou encore le souverain en train de chasser.

Les peintures

La décoration du tombeau est d'une grande simplicité. Préservées pendant deux millénaires, les peintures sont en bonne état. Ayant régné peu de temps après Akhenaton le réformateur, dont il est peut-être le fils, le style pictural est très amarnien (d'Amarna, la capitale d'Akhenaton) et représente la procession accompagnant le pharaon défunt. Le sarcophage est tiré par les dignitaires du royaume ainsi que par Aï, son successeur. Les autres scènes montrent le souverain reçu par les divinités dans l’au-delà. Toutankhamon est avec Nout devant Osiris. Derrière lui sont également présent Anubis, Isis et Hathor.

Cette tombe sublimée et richement décorée ne doit pas occulter un fait : la tombe de Toutankhamon a été scellée à la va-vite et reste une tombe d'un pharaon d'une importance mineure dans l'histoire de l’Égypte. Malgré tout, elle a bien subi au moins deux tentatives de pillages qui heureusement ont échoué. Paradoxe : si nous avions découvert la tombe intacte d'un Ramsès II, comment la tombe de Toutankhamon nous apparaîtrait-elle, ainsi que son personnage ?

Sources:

  • Howard Carter, La Fabuleuse Découverte de la tombe de Toutankhamon - 5 novembre 1922 : L'auteur découvre le sarcophage royal

Sur le même sujet