Petite biographie de Platon

Platon est, avec Socrate et Aristote, le plus digne représentant de la philosophie antique.
140

Platon est avec son maître Socrate, et Aristote, un des plus grands philosophes de la période de la Grèce classique. On dit de lui que « la philosophie occidentale n'est qu'une suite de notes de bas de page aux dialogues de Platon » (Whitehead). Il nait à Athènes, deux ans après la mort de Périclès, en pleine guerre du Péloponnèse en 427 ou 428 avant notre ère.

Enfance, vie et formation

Platon est issu d’une famille d’aristocrates athéniens, ce qui lui ouvre très jeune les portes de la culture et du savoir à travers une éducation traditionnelle pour une personne de son rang. Il s’essaye ainsi à la musique, la peinture, les mathématiques et l’écriture. Sa formation finie, le jeune Platon se détourne de la vie politique de sa cité pour explorer le monde des philosophes. La tradition biographique lui fait faire beaucoup de voyages fantasmagoriques (Egypte) et réels (Sicile et Cyrène) qui après la mort de Socrate lui font mûrir sa pensée. Chassé de la cour de Syracuse, Platon atterrit dans sa ville natale où il fonde en 387 l’Académie d’ Athènes. Elle a pour but de former à des recherches scientifiques car tout prélude à la philosophie passe par l’enseignement des sciences exactes. De grands hommes passeront par l’Académie comme Aristote ou Héraclide du pont. Platon y enseigne pendant quarante ans avant de laisser sa place en 361 à l’âge de soixante-huit ans. Platon décède en 346, il a alors près de 81 ans.

La pensée platonicienne

La pensée platonicienne doit beaucoup à l’influence de Socrate. Pour preuve, Platon utilise son maître comme premier rôle dans ses dialogues définissant par ses questions et ses réponses sa pensée même. Platon aurait emprunté de Socrate sa pensée politique et les germes de son éthique et de ses idées. Il s’inspire également de la pensée d’Héraclite et de Pythagore.

Sa philosophie, ou Platonisme, explore les champs importants qui ont attrait avec la pensée humaine comme l’éthique, la métaphysique, l’esthétisme et bien sûr ce qui est tout but à la philosophie, la politique. Platon utilise souvent la forme du dialogue pour transmettre ses idées. Le dialogue permet au lecteur d’accéder plus facilement au problème donné dans le sujet. Cependant, les dialogues de Platon finissent souvent sur des ouvertures et non des réponses uniques et définitives. La pensée platonicienne se découvre à travers une trentaine de dialogues dont certains sont passés à la postérité : La République porte principalement sur la justice dans l'individu et dans la Cité ; Le Timée, qui se présente sous la forme d’un exposé et non d’un dialogue, traite de la genèse du monde physique et de la place de l’homme.

Source et complément

Le procès de Socrate

Sur le même sujet