Quand la cuisine traditionnelle refait surface

Au placard la cuisine moléculaire ! Les Français reviennent aux valeurs sûres et innovent en reprenant les bases de la cuisine traditionnelle.
9

Suite à la classification de leur gastronomie au patrimoine culturel de l’Unesco, les Français reprennent conscience de leur exception culturelle. Ils reviennent vers une cuisine simple, une cuisine authentique aux éléments naturels. Aujourd’hui, les produits de qualité aux goûts subtils et clairement identifiables sont remis en valeur. Pour lutter contre la mondialisation et l’uniformisation de la nourriture, ils font un retour sur l’individualité en revenant sur les anciennes traditions et en favorisant principalement le "fait soi-même".

Les Français comptent dépenser moins pour la nourriture

La première raison à ce refus de nouveauté est cette crise de l'euro qui n’en finit pas. Comme nous le montre l'enquête menée par France Info et 20 minutes , le pouvoir d’achat des Français a diminué considérablement et ne semble pas vouloir remonter. Après le loyer, les factures d’électricité et les charges diverses, il ne reste plus beaucoup d’argent pour acheter de la nourriture. La flambée des prix des matières premières et des matières agricoles n’aide pas non plus les ménages.

Faire son potager devient tendance

Les potagers font alors leur grand retour. Et pour cause, 52 % des Français déclarent faire pousser ses propres fruits et légumes. Les Français renouent avec la terre, avec cette France rurale qui fait d’elle le premier pays agricole de l’Union européenne. Jardiner devient un loisir, un moment de détente pour le Français moyen étouffé par sa vie professionnelle. Le contact avec la terre permet de se sentir plus vivant et d’être le producteur de quelque chose qui nous revient, qui nous appartient.

Mais c’est aussi et surtout une façon de dépenser moins d’argent. « En faisant pousser mes propres légumes, je fais une économie de 25 %, calcule Roger Mahe, ancien professeur qui s’occupe maintenant exclusivement de son jardin. Il en est de même pour les plantes aromatiques. Selon le site Caillard , la consommation moyenne d'un foyer en persil, ciboulettes et autres herbes est estimée à une botte tous les 10 jours, soit un total de 54 € par an. Or, en cultivant vos propres aromates, vous dépenserez un peu moins de 5 €.

Enfin, dernier argument, faire son propre potager permet de limiter également le gaspillage, les produits restant en terre jusqu'à ce qu'ils soient consommés.

La sacralisation des repas en famille

Les golden boy des années 1980 n’ont plus la cote. Ils sont oubliés au profit des valeurs de l’homme retrouvées. Face à la perte d’individualité due à la mondialisation, le retour sur soi devient important. Les familles reprennent le temps de manger ensemble. On assiste alors au retour de la convivialité. «Avant, on mangeait chacun de son côté, se rappelle Eliane Mleckzo, mère de famille. Chacun passait par la cuisine et prenait un petit quelques chose à manger à la sauvette. Aujourd’hui, on se fixe des heures et on mange tous ensemble. On prend le temps de parler de nous et de nous intéresser à ce que font les autres», ajoute-t-elle. Cette tendance se développe également de plus en plus entre amis.

Le retour aux jeux de société

Pour finir les repas dans la bonne humeur, les jeux de société sont remis au goût du jour. Tandis que l'ascension des jeux vidéos au début du siècle avait relégué les jeux de table au placard, de nouvelles versions de Monopoly, Trivial Pursuit ou encore la Bonne Paie ont su s'adapter à la société et charmer petits et grands. A titre d'exemple, le Monopoly se joue désormais avec de fausses cartes bancaires.

La cuisine de nouveau le centre de la maison

Se réunir auprès d’un bon dîner et se détendre ensuite, voilà qui donne envie d’utiliser la cuisine, cette pièce oubliée dans les années 1980. Aujourd’hui, elle est redevenue la pièce la plus importante de la maison. Elle a repris sa place au cœur du foyer, comme autrefois. C’est une pièce bichonnée, chuchotée et que l’on rend de plus en plus design, comme en témoignent les nombreux magasins spécialisés dans la cuisine, Cuisinella, Kalea et autres. « Il y a une trentaine d’années, les gens demandaient des petites cuisines de 10 m2 environ, explique Paul Saunier, architecte. Aujourd’hui, ils préfèrent des grandes cuisines que l’on peut équipées. »

La mijoteuse : grande tendance de l'année

L’équipement de la cuisine est devenu très important pour la cuisine fait maison. Selon une étude TNS Sofres , 97 % des Français font ou ont dans leur foyer quelqu’un qui pratique la cuisine fait maison. Au cœur de cette pratique, les produits de préparation culinaire séduisent de plus en plus les consommateurs par leur performance, leur fonctionnalité et aussi leur look design. Les ventes d’appareils ont d’ailleurs augmenté de près de 27 % l’année dernière. Les robots les plus à la mode sont les yaourtières et les sorbetières, mais la grande nouveauté de cette année est la mijoteuse. Cet appareil permet d’élaborer des plats anciens, traditionnels et économiques comme les soupes, les ragoûts et diverses viandes.

Soucis de la santé : première motivation pour faire sa cuisine soi-même

La maîtrise de l’alimentation arrive en tête des motivations à l’origine de la pratique « fait maison ». Les Français se soucient de leur alimentation et de la qualité des produits qu’ils consomment. La prolifération des maladies liées à l’alimentation, telles que la grippe aviaire, la vache folle ou plus récemment la bactérie E.coli, inquiètent beaucoup. Les consommateurs préfèrent désormais « mettre la main à la pâte » et préserver ainsi leur santé. En effet les plats préparés, les soupes et les jus tout prêts sont riches en sucre et en sel . La surconsommation de ce nutriment favorise l’augmentation de la pression artérielle, le développement des maladies cardio-vasculaires et peut même être un facteur de risque d’ostéoporose.

L'ascension progressive des produits bios

Les publicités nutritionnelles qui conseillent de « ne pas manger trop gras, trop sucré, trop salé » favorisent l’élan écologique du moment. Le bio prend ainsi une part importante du marché. Le nombre d’adhérents aux AMAP (Associations pour le maintien d’une agriculture paysanne) augmente considérablement. Même si ce n’est pas encore tout à fait entré dans les mœurs, les consommateurs achètent de plus en plus des produits bio et français. Une pratique fortement suggérée par le gouvernement qui espère de cette manière rétablir l’économie française et notamment celle des agriculteurs.

Le fait-maison s'invite dans les médias

Le besoin de retour à la tradition a bien été saisi par les médias, notamment par la télévision. Ils profitent de ce mouvement pour développer différentes émissions de cuisine comme celle de Cyril Lignac , Côté Cuisine sur France 3 , La prochaine fois c’est chez mo i sur TF1, Un dîner presque parfai t sur M6 et Master Chef . Les médias l’ont bien compris : le Français a besoin de retourner vers ses anciennes valeurs. La tradition permet de se redécouvrir soi-même et de redevenir un individu intègre.

Sur le même sujet