La cuisine newyorkaise… pas si américaine que ça !

Il est difficile de s'y retrouver parmi les plats qui composent la cuisine de New York, un choix dithyrambique, certes, mais il y en a pour tous les goûts

New-York est démesurée, c'est une lapalissade que de le dire mais elle l'est également dans la nourriture, car les portions offertes peuvent rassasier les plus gros mangeurs de la planète.

S'il y a un endroit où l'on peut trouver n'importe quelle cuisine existante au monde, c'est bien dans cette ville aux mille et une saveurs. La diversité des différentes ethnies qui peuplent la mégapole en est la cause, au grand bonheur de ses habitants et des millions de touristes qui y viennent, chaque année.

Les premiers restaurants que l'on côtoie, sont généralement ceux du breakfast. Un moment très spécial, en perspective.

Les Européens pensent qu'il n'y a rien de mieux qu'un petit déjeuner anglais… Erreur, ici on se régale au-delà de toute expression si l'on ne se limite pas en calories...

Le petit déjeuner américain est particulièrement copieux

Il débute par un jus d'orange pressée. Ensuite, le café servi dans un mug (grande tasse) Sa légèreté est une surprise pour nos papilles mais l'on s'y fait facilement et l'on peut en boire des litres sans aucun dégât reconnu sur notre organisme.

Viennent, alors, les œufs de toutes sortes, (omelette nature ou à l'oignon et au poivre vert, œuf poché, œufs brouillés - scramble eggs, œufs sur le plat - side-up, avec saucisse, bacon, jambon, pommes de terre en galettes appelées "hash browns".)

Il y a aussi différentes sortes de pain dont le fameux "bagel", petit, rond avec un trou au milieu, d'origine Yiddish. Il peut être sucré, salé, nature, au sésame, au pavot, aux raisins secs, à l'oignon, à l'ail, tartiné au beurre de cacahuète, avec du saumon, du bœuf, du fromage frais ou, encore, tout autre ingrédient au choix.

Si on a encore faim, pourquoi pas des "pancakes" sortes de crêpes épaisses parfumées au sirop d'érable.

Et, enfin, des fruits, exotiques de préférence.

Cela ressemble plus au brunch qu'au premier repas de la journée, d'ailleurs cette débauche de propositions succulentes ravit plus d'un Américain qui ne mange qu'une seule fois jusqu'au diner.

Avis aux touristes dont le budget est un peu juste!

Le déjeuner pris sur le pouce

A midi, on mange bien mais vite. Pas le temps de traîner, la big apple fourmille de petits marchands des rues qui offrent, pour un prix défiant toute concurrence, une nourriture originale, souvent délicieuse, issue de toutes les cuisines possibles et imaginables.

Vendeurs de l'incontournable hamburger avec des frites (ici, il a un goût particulier, rien à voir avec le nôtre) Il se décline avec des tranches d'oignon, des feuilles de salade, de la moutarde extra forte ou de la mayonnaise, des cornichons, le pain a également son importance.

Vendeurs de kebabs, (brochettes de viande de veau, truite, saumon etc..), de Schnitzels, (escalopes viennoises), de pizzas, de Halal (riz, agneau, sauce piquante) qui est très apprécié, de falafels (boulettes, pois chiches, fèves), de soupes, de nems, de tortillas, d'ice creams, (glaces), de wafels, (gaufres), de peanuts (cacahuètes) ou de café (boisson).

Contrairement à une idée reçue, il n'est pas rare de voir, dans de longues files, de jeunes cadres dynamiques, avec costume trois pièces, qui attendent patiemment leur repas, une chose impensable en France.

Une preuve de l'importance qu'a prise cette façon de se sustenter aux Etats-Unis, le "vendy award" récompense, chaque année, la meilleure nourriture (street food) dispensée dans la rue. C'est ainsi qu'un jeune Egyptien a reçu le titre envié par ses congénères de "meilleur street kebab".

Le dîner ou le repos du guerrier !

La vie est trépidante à New York, la foule et le bruit sont présents partout, aussi, les habitants attendent-ils, avec délices le repas du soir à prendre, chez soi, en famille, pour la grande majorité d'entre-eux, ou au restaurant pour une soirée conviviale. Que ce soit l'un ou l'autre, la nourriture est frugale.

Encore une fois, pas simple de faire un choix de plats dans la jungle des cuisines du monde entier. On peut, cependant, dire que, dans les grandes lignes, la viande reste très appréciée des Américains car elle est souvent de qualité supérieure. Le T bone ou Sirloin sont les meilleures.

Pour le reste, c'est une question de choix personnel, la palette est infinie et impossible à détailler.

Cependant, il faut quand même signaler pour le dessert, l'inévitable "vrai" cheese cake de New-York, un must pour les accros.

Le fameux doggy bag est très à la mode aux US, donc, sans aucune hésitation, si les portions sont trop importantes, l'Américain rentre chez lui avec les restes de son repas et personne n'y trouve à redire...

En conclusion, quoi que l'on mange, il y a fort à parier que l'on se régale et que l'on ne meurt pas de faim (et ceci, pour un prix relativement raisonnable).

Voir l'article de Laurane MICHEL "Fêter la Saint-Patrick à New-York" ainsi que "New-York by night au bar The View: sensationnel"

Sur le même sujet