Chypre, une île de la Méditerranée orientale

L'histoire de cette île est un véritable résumé de l'histoire de cette région, au carrefour des civilisations.

Chypre est une île située dans la partie orientale de la Méditerranée, le bassin levantin, à 65 km de la Turquie et à 85 km de la Syrie. Elle est aussi appelée l’île d’Aphrodite (ou des Amours) car c’est là que la déesse de l’Antiquité grecque aurait vu le jour, dans l’écume de la mer.

L’histoire a fortement marqué cette île, dont la position stratégique, au sud-est de la Méditerranée, en a fait un lieu de passage obligé pour les différents conquérants, aventuriers, croisés, mercenaires, etc., qui ont tous laissé leurs traces. Ces différentes invasions et influences réservent au voyageur d'étonnantes surprises. www.suite101.fr/content/escapade-a-chypre-nord-a24537

L'Antiquité

Pendant l’Antiquité, Chypre a été grecque sous Alexandre le Grand, romaine à partir de 59 apr. J.-C., puis byzantine, et le restera jusqu’en 688, lorsque les Arabes l’envahissent. Pendant 300 ans, elle sera alors gouvernée à la fois par le pouvoir byzantin, et le califat arabe des Mamelouks.

Le Moyen Age et La Renaissance

En 1191, lors de son expédition pour la 3e croisade, Richard Cœur de Lion prend possession de l’île. Puis lors de son départ pour Saint-Jean d’Acre, il la vend aux Templiers, qui la vendent eux-mêmes à Guy de Lusignan, gentilhomme poitevin. Celui-ci se proclame roi de Chypre et ses descendants règnent sur l'île jusqu’en 1489. Le royaume de Chypre devient ainsi une présence française sur la route des croisades, un lieu d’échange et de commerce extraordinaire. Chypre est attaquée par les Génois en 1376, avec la prise de Famagouste. Le dernier des Lusignan demande de l’aide aux Vénitiens, et à sa mort, les Vénitiens s’emparent de Chypre.

Ils en sont chassés en 1571, par les Ottomans, qui s’installent sur l’île pour 300 ans et imposent la religion musulmane. A la fin du XIXe siècle, 1/3 de la population est turque.

Le XIXe et le XXe siècles

En 1878, l’île est abandonnée au Royaume-Uni par les Ottomans en échange du soutien britannique dans la guerre contre la Russie. Chypre devient un protectorat puis une colonie britannique jusqu’en 1960.

A cette date, elle devient une République indépendante, membre du Commonwealth et de l’ONU, avec un Président Grec, et un Vice-président Turc.

Au XXe, 70 % de la population est grecque, 30 % turque. Deux mouvements voient le jour sur l’île: le premier créé par les Chypriotes grecs qui demandent l’union avec la mère patrie; le second par les Chypriotes turcs qui réclament la partition de l’île.

A partir de 1960, un climat de guerre civile s’installe, soutenue d’un côté par le pouvoir grec et de l’autre par Ankara. Tout ceci conduira à l’occupation de la partie nord de l’île par les Turcs, en 1974, et à la partition. La ligne Attila, ou ligne verte, sépare l’île en deux parties, ainsi que sa capitale Nicosie, avec les Chypriotes grecs au sud, les Chypriotes turcs au nord, entraînant de forts mouvements de population. Cette situation est contrôlée par les Nations Unies.

Aujourd’hui, la situation n’a pas évolué. La République de Chypre, au sud, fait partie de l’Union Européenne. La République Turque de Chypre Nord (Pays reconnu exclusivement par Ankara) subit le blocus de l’Union Européenne.

Sur le même sujet