Claus Vahle, une exposition sur les Vikings

Le peintre allemand Claus Vahle présente ses œuvres sur le thème de la route des Vikings, au musée de l'Hôtel-Dieu de Mantes-la-Jolie (78).
15

Claus Vahle est né en 1940, à Göttingen, en Basse-Saxe,, la ville d'où vient sa mère, mais il est arrivé très tôt à Schleswig, la ville d'où est originaire son père. Schleswig se trouve près de la frontière danoise. C'est la ville historique des Vikings et l'une des plus anciennes d'Europe du Nord, son existence étant attestée dès l'an 804. On y travaillait le verre, l'os et la corne, ainsi que le bronze, ce qui en faisait une cité prospère. De cet héritage, la ville garde de nombreuses richesses culturelles, artistiques et historiques.

Le 8 juin 793, les Vikings (hommes du nord) venus du Danemark, de la Suède et de la Norvège partent pour la première fois en direction de l'Europe occidentale. Ils s'arrêtent en Angleterre. Ce n'est qu'après la mort de Charlemagne, en 814, que les Vikings, profitant de la division des Francs, étendent leur rayon d'action vers la Gaule. EN 845, ils remontent la Seine jusqu'à Paris. En 911, leurs incursions s'arrêteront à la suite de la signature du traité de Saint-Clair-sur-Epte entre le chef des Vikings, Rollon, et le roi de France, Charles III le Simple.

Les années d'apprentissage

Claus Vahle manifeste très jeune ses dons artistiques. A 18 ans, en 1958, il vient pour la première fois à Paris car, pour lui, c'est une ville mythique où il faut absolument être. Il poursuit ses études à l'école des Beaux-Arts de Berlin et, en 1968, il participe aux manifestations qui frappent le monde estudiantin comme à Paris.

Dès cette période, il articule son travail sur la question de la place de l'homme. Il est influencé par Hans Jürgen Diehl, Peter Sorge et Wolfgang Petrick. Il manie avec subtilité l'art de l'humour et de l'ironie en s'inscrivant dans le mouvement réaliste. Les décalages qu'on observe dans ses œuvres (des vaches broutant à côté d'une centrale nucléaire, des touristes dans un paysage en ruines ou un bonhomme de neige au milieu des dégâts provoqués par le terrible hiver 1978/79) révèlent un sens acéré de la critique.

Le professeur et l'artiste

Claus Vahle est devenu enseignant parce qu'il fallait bien vivre mais il avoue avec humour que c'est sa femme qui faisait bouillir la marmite alors que lui se consacrait en priorité à son art. Toujours amoureux de la France, il y est revenu à plusieurs reprises, parfois avec ses étudiants. Plus tard, il a découvert la Provence. Son fils qui poursuivait ses études en Grèce, s'était lié avec une jeune fille originaire du sud de la France et il a eu beaucoup de plaisir à découvrir les lieux qui ont inspiré Renoir, Cézanne, Braque ou Matisse.

Les huiles et les aquarelles actuellement présentées vont de 1976 à nos jours. On y découvre de nombreux paysages, notamment autour de la Schlei qui n'est pas un fleuve mais un fjord, ainsi que le vieux village de pêcheurs avec ses maisons caractéristiques devant lesquelles les habitants ont planté des rosiers. Enfin, une série de tableaux sur bois, découpés à la façon des puzzles sont plus précisément consacrés aux Vikings.

C'est dans le cadre du jumelage entre Mantes-la-Jolie et Schleswig que Claus Vahle a été invité, les échanges entre les artistes étant très prisés.

Informations pratiques :

Claus Vahle, Sur la route des Vickings, de la Schlei à la Seine.

Musée de l'Hôtel-Dieu à Mantes-la-Jolie (78), jusqu'au 5 février 2012.

www.manteslajolie.fr

Sources: vernissage du 29 octobre et dossier de presse.

Sur le même sujet