Deux foyers d'accueil pour les enfants à Mantes-la-Jolie

L'Agence régionale de santé des Yvelines a décidé de construire un foyer d'accueil d'urgence pour les enfants et un pour les adolescents à Mantes-la-Jolie.
33

L'Agence régionale de santé (ARS)à qui remplace la DDASS des Yvelines, possédait jusqu'à ces dernières années un seul foyer à Versailles regroupant les jeunes de 0 à 21 ans. Ainsi que l'a expliqué le vice-président du conseil général, Jean-François Raynal, lors d'un réunion avec les futurs riverains, c'était très lourd à gérer. D'autant plus que le foyer Carpentier devient vétuste.Il a donc été décidé de créer d'autres établissements, ce qui a aussi l'avantage de rapprocher les enfants de leur environnement initial. Une première expérience a été réalisée au Pecq dans un bâtiment qui appartenait au conseil général et qui a été rénové. A Mantes-la-Jolie, la municipalité a proposé deux terrains assez proches l'un de l'autre.

Ces foyers sont destinés à accueillir en urgence des enfants et des adolescents qui ont été retirés à leur famille dans 72% des cas. Dans les 28% restants, ce sont les parents eux-mêmes qui confient leurs enfants. Ce placement est transitoire et dure trois mois en moyenne. Les enfants sont ensuite envoyés dans une famille d'accueil ou un foyer définitif.

Le projet

La réunion publique a été proposée aux riverains afin de clamer leurs inquiétudes. L'architecte, Emmanuelle Colbol, a présenté son projet qui s'intègre dans cette zone pavillonnaire : pas plus de neuf mètres de hauteur, beaucoup de bois sur les façades et des centres fermés. D'un côté, un lieu pour les 0 à 12 ans, de l'autre pour les 12 à 18 ans. La pouponnière pour les moins de trois ans est distincte de l'espace réservé aux 3 à 6 ans et aux plus âgés. Pour les adolescents, trois "maisons" sont prévues pour huit à dix personnes. Il s'y ajoute un logement de fonction pour le directeur qui habite sur place, des locaux techniques et une salle de classe. Des lieux chaleureux avec des patios donnant sur les jardins.

Les lieux sont prévus pour 42 enfants encadrés par 59 personnes (jour et nuit) et 26 adolecents encadrés par 36 personnes.

L'avis des riverains

Les riverains sont mitigés quant à ce projet. Ils auraient souhaité être partie prenante dès le départ. Toutefois, la plupart font contre mauvaise fortune bon cœur. La hauteur des bâtiments est l'un des points les plus avancés. L'autre est la présence d'enfants présumés "délinquants".

"Ce ne sont pas des délinquants, affirme Dominique Benoît, l'un des intervenants, chargé du secteur social de l'ARS. Ce sont des enfants victimes. Ils ont subi le plus souvent des brutalités et le foyer leur permet de souffler avant de reprendre une vie normale."

Emmanuelle Colbol qui a visité d'autres foyers afin de construire des établissements les mieux adaptés à ce type de public, affirme de son côté toute sa compassion pour les enfants qu'elle a rencontré. Un autre intervenant parle de son expérience au Pecq: on ne s'aperçoit guère de leur présence tellement ils sont peu habitués à se comporter comme les autres enfants, bruyants et chahuteurs.

La construction de ces deux foyers va démarrer dans les prochaines semaines et s'achèvera à la fin de l'année2013.

Sur le même sujet