Le pavillon Duhamel à Mantes-la-Jolie

Le pavillon Duhamel à Mantes-la-Jolie était à l'origine un musée. C'est une curiosité dans la mesure où son architecture tranche dans le paysage mantais.

Le pavillon Duhamel a été construit par l'architecte Maurice Nalet dans le style Louis XVI, à la demande de Victor Duhamel, l'oncle de l'écrivain Georges Duhamel. Victor Duhamel et sa femme étaient de grands voyageurs. Ils avaient parcouru l'Europe, l'Asie et l'Afrique et en avaient rapporté des collections d'objets d'art qu'ils souhaitaient mettre en valeur. Cet édifice se trouve dans le parc Brieussel-Bourgeois (du nom des donateurs), à proximité de l'hôtel de ville. Il a été inauguré le 13 juin 1909.

La Renommée couronnant les arts

La façade extérieure en pierre de taille qui donne sur la rue l'Evesque, indique en gros caractères qu'il s'agit d'un musée. Devant est posée sur un socle une sculpture du mantais Robert Husset, laquelle représente un lion. Deux polissoirs préhistoriques sont également visibles. L'un provient de Mantes-la-Jolie, l'autre de Mondreville, près de Houdan (78). Côté square, là aussi, le mot musée est gravé. Un escalier conduit à la porte d'entrée au-dessus de laquelle se trouve un tympan décoré d'une peinture sur céramique représentant "La Renommée couronnant les arts". Au centre est placée une statue équestre en bronze. Sur le côté droit sont représentés le couple Duhamel, l'architecte, le céramiste Loebnitz, d'origine mantaise, et le petit-neveu du donateur. Sur la gauche, des personnages exotiques rappellent les voyages de M. et Mme Duhamel. Derrière eux, on aperçoit le peintre, M. Bonne-Foy. En arrière-plan, on découvre la collégiale, un kiosque oriental et un paysage.

Une architecture novatrice

L'intérieur du bâtiment s'ouvre sur un grand espace dégagé éclairé par une verrière et de larges fenêtres. Le sol est recouvert d'une superbe mosaïque. De fines colonnettes soutiennent l'ensemble.

Cet édifice est le seul construit de cette manière à Mantes-la-Jolie. Il a été édifié selon un procédé novateur au XIXème siècle, procédé qui avait été utilisé par l'architecte Labrouste pour la salle des imprimés à la Bibliothèque nationale, rue de Richelieu.

L'aménagement d'origine de l'intérieur du musée est représentatif de l'époque. Les objets d'art étaient présentés dans des vitrines. On y découvrait des vases, des plats ou des statues mais aussi des poupées, des bijoux et des boîtes. Une part importante a été faite à de magnifiques collections de faïences de Delft, de Moustier et de Rouen. Ces collections sont entreposées dans les réserves de la ville et font l'objet d'expositions temporaires au musée de l'Hôtel-Dieu.

Le premier étage accueillait quatre salons, chacun attaché à un thème précis. Le salon Espagne et Italie, le salon Empire, le salon Louis XIV et le salon oriental étaient reliés entre eux par une galerie.

Ce musée a connu plusieurs utilisations depuis la seconde guerre mondiale: bibliothèque, lieu d'expositions et de conférences et école de musique. Il a été rebaptisé Pavillon Duhamel et accueille à l'heure actuelle la Maison de la mémoire qui réunit les anciens combattant.

Source: Tourisme en Mantois (Groupe de recherche et d'éditions mantaises)

Site: www.manteslajolie.fr

Sur le même sujet