Les espoirs d'un coeur entièrement artificiel

La société Carmat a mis au point une cœur entièrement artificiel. Un immense espoir pour les patients qui attendent désespérément une greffe.
15

Les maladies cardio-vasculaires et l'insuffisance cardiaque avancée représentent la première cause de mortalité dans le monde. Dans les pays développés, cent millions de patients sont concernés. Plus précisément, 100 000 personnes mourront dans l'année s'ils ne sont pas transplantés. Malheureusement, seulement 4 000 pourront recevoir un cœur.

La société Carmat

La société Carmat est le résultat de deux expertises: celle, médicale du professeur Alain Carpentier, chirurgien cardio-vasculaire, notamment reconnu pour l'invention des valves cardiaques, et celle, technologique d'EADS, leader mondial de l'aéronautique. Le professeur est porteur de ce projet depuis 1993, lors de sa rencontre avec Jean-Luc Lagardère, aujourd'hui décédé, qui était alors le patron de Matra, devenu EADS.

Un cœur performant

Cette jeune société, créée en 2008, est implantée à Vélizy (78). Après plus de quinze ans de travail et de tests sur simulateur, elle a créé le cœur artificiel le plus performant. Il est composé de matériaux compatibles avec les tissus humains et évitant la formation de caillots. Le processus s'appuie sur un système à activation électrique. Une pompe guidée par des micro-capteurs prend du liquide dans un sac étanche et pousse le ventricule de manière à envoyer le sang.

Cette prothèse est ainsi capable d'adapter les flux sanguins en fonction des besoins de l'organisme. En effet, ces derniers ne sont pas les mêmes lorsque le patient est debout ou allongé, s'il produit un effort bref ou prolongé.

Une meilleure qualité de vie

Les avantages sont évidents. En premier lieu, les risques de rejet sont totalement absents. Par ailleurs, on n'est plus obligé d'attendre que quelqu'un meure pour obtenir un greffon. De plus la qualité de vie des greffés sera bien supérieure à ce qu'elle est actuellement. Enfin, on pourra suffire à la demande et pas seulement dans les cas désespérés mais dans les tout premiers temps du dépistage de la maladie.

Les premiers essais cliniques sont en passe d'être effectués avant la fin de l'année. D'ores et déjà, les deux premières prothèses ont été assemblées. Si les tests s'avèrent concluants, on passera à la phase de production avec pour objectif la commercialisation dans un avenir proche, en 2013 ou 2014.

Le conseil général des Yvelines est l'un des partenaires de cette entreprise et il a déjà débloqué en 2009 une subvention de 1,5 millions d'euros pour permettre la réalisation d'une "salle blanche": une pièce complètement stérile où sont assemblés les éléments qui composent ce cœur artificiel.

Sources: www.yvelines.fr, site du conseil général des Yvelines

www.carmatsa.com, site de la société Carmat

Sur le même sujet