Les handicapés et l'emploi

Trouver un travail lorsqu'on est atteint d'un handicap n'est pas facile. Pourtant, les entreprises sont de plus en plus demandeuses.
10

La loi du 11 février 2005 qui fait obligation pour une entreprise de plus de 20 salariés d'embaucher au moins 6% de personnes handicapées a changé la donne. Jusqu'à présent, beaucoup de sociétés se contentaient de payer une amende et continuaient leur petit bonhomme de chemin. Or, la pression financière augmente et l'amende est devenue bien plus importante. Elle atteindra 1500 fois le SMIC en 2011. Il y a donc de quoi faire réfléchir et ce sont les entreprises elles-mêmes qui sont devenues demandeuses. Une évolution, pour ne pas dire une révolution, que l'on note lors des journées organisées par diverses structures pour mettre en contact employés et employeurs.

Des employés modèles

Ceux qui ont déjà eu l'expérience d'employer des travailleurs handicapés sont unanimes et insistent sur leur sérieux. Très souvent, ils ont été victimes d'un accident (du travail ou autre), leur entreprise précédente n'a pu les reprendre car il n'existait pas de poste à leur niveau et ils ont envoyé maints CV sans résultat. Ils se retrouvent en situation d'échec, découragés, d'autant qu'ils bénéficiaient souvent auparavant d'un bon travail. Lorsqu'on leur permet de repartir dans la vie active, ils n'ont de cesse de prouver à leur nouvel employeur qu'on peut leur faire confiance et ils sont d'autant plus motivés.

Or, les handicapés peuvent prétendre à des jobs dans toutes les disciplines. Tous ne sont pas, comme on pourrait l'imaginer, en fauteuil roulant avec, donc, obligation pour les sociétés d'installer des accès spécifiques et des ascenseurs. Le handicap peut être auditif, visuel ou il peut s'agir d'un problème de dos et de la difficulté de porter des charges lourdes. Le handicap n'est pas toujours visible, loin s'en faut, mais il n'est pas moins pénalisant pour autant.

Rencontre entre futurs employeurs et employés

Les collectivités locales (municipalités, communautés de communes ou d'agglomération...) ou des organismes comme les Pôles emploi ou les missions locales qui se lancent dans ce type de rencontres pour mettre en contact futurs employeurs et employés, les préparent en général bien en amont. D'une part, il faut intéresser les sociétés, de l'autre, agir auprès des demandeurs d'emploi. Pour ces derniers, des ateliers spécifiques sont proposés afin de les aider à savoir se présenter, eux et leur handicap, de façon à ne pas en avoir honte mais à déterminer de réelles possibilités de travail. Pour les futurs employeurs, c'est la rencontre avec un public différent. On voit parfois des sociétés qui n'ont pas de poste précis à proposer mais qui étudient l'aménagement de leur environnement pour s'adapter au handicap.

Des postes à pourvoir à tous les niveaux

Les emplois à pourvoir sont de toute nature, de peu qualifié à hautement qualifié. Opératrice de saisie, boulanger, hôtesse de caisse, hôtesse bilingue mais aussi ingénieur, comptable ou employé de banque. Enfin, il faut savoir que les sociétés d'intérim sont très sollicitées.

Dernier point : la plupart des demandeurs sont en reconversion et ils ne sont pas rares à réclamer des horaires adaptés. Il est sûr que le salaire sera moindre et que l'on peut parler de précarité. Malheureusement, il ne leur est pas toujours facile de travailler à temps plein pour cause de trop grande fatigue. Ce qui n'est certes pas une raison pour ne pas leur donner leur chance. Une chance qu'ils s'empresseront de saisir.

Sur le même sujet