Patrick Pécherot et la bande à Bonnot

Dans son dernier ouvrage, "L'Homme à la carabine", Patrick Pécherot s'attache à raconter l'histoire de la bande à Bonnot, les premiers bandits en auto.

La bande à Bonnot qui a sévi entre les années 1910 et 1913, a marqué les esprits de l'époque, car ce sont les premiers bandits qui ont utilisé des automobiles pour pouvoir s'enfuir.

Patrick Pécherot s'intéresse à eux par l'intermédiaire du plus jeune et du plus fragile d'entre eux, André Soudy, qui est aussi le dernier à avoir rejoint la bande. Malade, tuberculeux, il se décrit lui-même comme un "pas de chance". C'est lui, l'homme à la carabine, dont la photo orne la couverture du livre. A l'intérieur, on découvre deux autres portraits de lui, pris par la police après son arrestation. Des portraits qui ont permis à Patrick Pécherot de mieux cerner son personnage.

En contrepoint, l'auteur insère dans son texte des "feuilles volantes", des écrits de ceux qui ont été fascinés ou horrifiés par l'épopée de ces malfrats, qui étaient au départ, avant tout des anarchistes. Car ils ont laissé des traces durables et ont inspiré nombre d'écrits, y compris à l'époque contemporaine si l'on en juge par la chanson de Joe Dassin.

Des romans noirs

Patrick Pécherot a une prédilection pour des romans très noirs, des périodes troublées. Qu'il s'agisse des deux guerres mondiales, des essais nucléaires ou des attentats terroristes. "Tranchecaille", par exemple, se déroule dans une des périodes les plus sombres de la première guerre mondiale, en 1917, l'année des mutineries et des exécutions sommaires. Un jeune capitaine est chargé de défendre un soldat accusé d'avoir tué son officier. Chaque chapitre est le résultat de son enquête auprès de différents personnages qui donnent leur avis sur ce soldat, autant ses camarades que les officiers, le médecin ou les civils, chacun ayant son propre langage, ce qui rend un son très vivant et authentique à ces témoignages.

Cependant, la série la plus importante de l'écrivain est celle des "Nestor". Inspirée du célèbre"Nestor Burma" de Léo Malet, elle s'ouvre en 1926 sur les surréalistes de Montmartre avant d'aborder la guerre d'Espagne puis le début de la deuxième guerre mondiale.

Deux autres romans, "Tiuraï" et "Terminus nuit" évoquent Tahiti et le néocolonialisme, pour le premier, les grèves et les bavures policière pour les second. Enfin, "Soleil noir" joue sur le thème de quatre hommes qui préparent un casse.

Romans pour la jeunesse

Une autre facette du talent de Patrick Pécherot se révèle dans les romans pour la jeunesse (à partir de 12 ans). Là non plus, il ne fait pas dans la guimauve. Dans "L'Affaire Jules Bathias", c'est aussi la première guerre mondiale qui est en exergue, vue par l'arrière petit-fils d'un soldat. Dans "Le voyage de Phil", c'est l'amitié entre un bouquiniste et ado atteint d'un cancer qui se réunissent autour de leur passion pour Arsène Lupin.

Enfin, avec Jeff Pourquié, peintre, dessinateur et musicien, il s'est lancé dans la BD, toujours sur des sujets noirs, "Des méduses plein la tête", "Ciao Pékin" et "Vague à l'âme".

Tous ses romans ont paru aux éditions Gallimard (Syros pour la jeunesse et Casterman pour la BD).

www.pecherot.com

Sourde: entretien public du vendredi 16 septembre à Rosny-sur-Seine (78).

Sur le même sujet