Premier festival du rire à Mantes-la-Jolie

En ces temps moroses, l'humour est bon à prendre. D'où la multiplication des festivals qui mettent le rire à leur programme comme celui de Mantes-la-Jolie.

Cette opération qui s'adresse aux jeunes talents a été initiée par les étudiants de l'Institut Universitaire de Technologie de Mantes-la-Jolie dans le cadre de leurs études, sous le regard de leur professeur, Corinne Gomond.Ont également participé les élèves du lycée Camille Claudel de Mantes-la-Ville, la municipalité et le CAC Georges-Brassens de Mantes-la-Jolie avec le soutien de la députée, Cécile Dumoulin, et l'appui d'une bonne dizaine de sponsors séduits par l'originalité de cette action.

La sélection

Une sélection a été effectuée afin de tester la qualité des artistes. Comme dans tous les festivals du rire, une certaine éthique est imposée. Il est demandé, notamment, de ne pas prononcer de phrases dégradantes à l'encontre des femmes ou de tout autre catégorie de la population. D'autant plus que ce spectacle s'adresse à tous les publics, y compris les enfants. Une charte que s'est chargé de faire respecter le jury composé de professionnels, artistes ou enseignants.

Les jeunes artistes

Quatre candidatures ont été acceptées pour cette sélection dont trois en solo et une en duo. Pour la plupart, ils ont déjà de la bouteille et ce n'est pas leur première prestation sur scène, loin de là. Ce qui a permis d'apprécier des talents très divers.

La première, Camille, vient de Paris et c'est une inconditionnelle de Muriel Robin. Depuis sept ans, elle joue sur les scènes ouvertes parisiennes, escomptant bien quitter un jour son métier de graphiste. Elle présente une jeune femme lassée de dialoguer avec son poisson rouge, Couscous, et qui cherche l'âme sœur. Ce qui n'est pas si facile quand on est aussi timide qu'elle. Une apparition toute en pudeur.

D & G sont également parisiens et se sont connus au cours Florent. Dès la fin de leurs études, tout récemment, ils ont monté leur duo. Eux jouent les touristes au Louvre, l'un entraînant l'autre à la découverte des beautés de la peinture en général et de la Joconde en particulier, ce qui n'est pas pour convaincre son sybarite de complice.

Fabrice, le plus âgé, arrive de Chilly-Mazarin. Athlète de haut niveau dans la première partie de son existence, il a complètement changé de voie et se consacre désormais à l'humour et à la comédie. Il est déjà passé à la Cigale ou au Bataclan. Son inspiration, il la tire des rapports entre les hommes et les femmes. Enfin, Fays, le plus jeune, débute dans la profession mais il a déjà une bonne présence sur scène. Lui, ce sont ses vacances au Maroc qu'il évoque avec beaucoup de tendresse.

Un essai à transformer

Le jury a été intransigeant. Il a demandé à Fabrice de revoir sa copie car ses propos sur les femmes n'ont pas été jugés corrects. Un cinquième qui avait été autorisé à participer, n'a pas été retenu car il n'avait pas fait œuvre de candidature dans les temps.

"Nous souhaitons que ce festival s'inscrive dans le temps et le rééditer tous les ans ou tous les deux ans, insiste Corinne Gomond. Il faut donc que tout soit parfait dès la première édition."

La séance publique aura lieu le 9 mars, au CAC Georges Brassens de Mantes-la-Jolie. C'est Philippe Souville qui assurera la première partie: il a, en effet, accepté de parrainer ce festival. Les deux invités d'honneur sont Marthe Mercadier et Laurent de Funès, le petit-fils de l'acteur.

Renseignements: www.cacgeorgesbrassens.com

Sources: Soirée de sélection des participants.

Sur le même sujet