Terres arbitraires, une exposition sur les jeunes des cités

Nicolas Clauss expose jusqu'au 20 avril au centre culturel Le Chaplin de Mantes-la-Jolie (78). "Terres arbitraires" est le reflet des jeunes des cités.
16

Nicolas Clauss a parcouru toute la France pour filmer des jeunes des cités. De Mantes-la-Jolie où il a habité, il est allé à Marseille, Roubaix, Evry ou Montreuil à la recherche des adolescents. Son parti pris a été de choisir ce qui fait le plus peur: des jeunes garçons entre 15 et 25 ans à qui il a demandé de se composer une attitude de durs. Ils ont joué le jeu, pris la pose, puis Nicolas Clauss a lancé une plaisanterie et alors les visages se transforment. Ils essaient de garder leur sérieux, tentent un demi-sourire pour finir par éclater de rire. La trentaine d'écrans installée au centre culturel Le Chaplin de Mantes-la-Jolie (78) retransmet ses visages ainsi que les noms des cités de France, le tout sur commentaires d'hommes politiques, de journalistes ou de conférenciers. L'original est que tout est programmé par ordinateur. Tant les noms que les visages ou les textes sont choisis de manière totalement aléatoire. Impossible de voir exactement deux fois la même chose.

Le noir et blanc pour l'esthétique

C'est un peu étrange d'autant que la salle est plongée dans le noir mais on se prend très rapidement au jeu. Parfois, chaque écran propose un personnage différent, parfois, c'en est un seul à différents moments de la prise. Un seul ou un groupe, en pied ou en portrait, ou seulement les yeux. Sur fond de tour ou de murs tagués.

Les phrases que l'on entend ne vont pas toutes dans le même sens. Ici, un exposé froid d'un fait divers, là, la passion d'un discours enflammé qui stigmatise les jeunes des cités, ailleurs, une conférencière qui prend leur partir mais aussi des voix de jeunes qui s'insurgent contre la pauvreté ou le ghetto dans lequel ils sont obligés de vivre. Au spectateur de choisir ce qui lui convient.

"Je viens de la peinture, explique Nicolas Clauss. Depuis une douzaine d'années, je m'intéresse aux nouvelles technologies. Pourtant, c'est la première fois que je me sers de la vidéo. J'ai préféré le noir et le blanc à la couleur car cela donne une certaine distance mais c'est aussi pour l'unité et l'esthétique."

Hip hop et théâtre

Parmi les soixante-dix jeunes qui ont été choisis à Mantes-la-Jolie, plusieurs ont l'habitude de la scène. Un petit groupe "Premier avertissement" est issu des ateliers Chopin de la ville, un lieu destiné au développement de la culture urbaine (danse, musique, chant). Depuis quelques années, ils participent au Battle Of The Year qui regroupe tous les professionnels de danse hip hop.

Un deuxième groupe est attiré par le théâtre et travaille avec le metteur en scène Ahmed Madani, lui-même issu de Mantes-la-Jolie qui prépare un spectacle qui sera présenté à la Cartoucherie de Vincennes, du 3 mai au 3 juin, "Illuminations". L'exposition "Terres arbitraires" sera également de la partie, tant dans la journée qu'en début de ce spectacle.

Source: Vernissage de l'exposition Terres arbitraires

Sur le même sujet