Ce 13 étrange vendredi

Pour certains, il est synonyme de malheur, pour d'autres, cette date est au contraire associée à de la chance. Mais d'où vient cette superstition ?

Faut-il s'attendre à un malheur en ce vendredi 13 mai ? Selon les astrologues, il n'y a aucune raison de croire que ce jour est dangereux. Les étoiles ne prédisent rien de mauvais ni pour la planète, ni pour l'humanité. Pourtant ce chiffre 13 fait peur, même aux plus honorables.

Napoléon n'a jamais commencé une bataille le 13. Le chancelier allemand Bismark ne signait aucun document ce jour là. Et Roosevelt ne voyageait jamais le 13. Ce chiffre s'est même inscrit dans les coutumes de certains pays. En France, si 13 personnes se réunissent à table, un couvert est rajouté. En Grande Bretagne, il est inutile de chercher une maison numéro 13. Et dans la plupart des pays, les hôtels n'ont pas de treizième étage. Le quatorzième suit le douzième étage.

La superstition, une question de religion

Installée au fil du temps, cette superstition a essentiellement des origines bibliques. Lors de la Cène, dernier repas du Christ, les participants étaient au nombre de 13 : Jésus et ses 12 apôtres, juste avant son arrestation et sa crucifixion. C'est pourquoi aujourd'hui, plus question d'être 13 à table ! Et les catholiques ont associé ce nombre au vendredi, faisant référence au vendredi saint, jour de pénitence. D'autres légendes suggèrent qu'Ève aurait croqué la pomme un vendredi avant de la présenter à Adam. Plutôt surprenant de savoir que le calendrier grégorien existait donc déjà à cette époque !

Quant à la mythologie nordique, elle fait aussi référence au 13 comme étant un chiffre maudit. Odin, dieu guerrier, avait réuni un jour 11 de ses amis dieux pour un diner. Mais Loki, dieu de la guerre et du mal, vexé de ne pas être de la fête, décida de s'inviter malgré tout. Bien évidement il s'ensuit une bataille. Preuve en est que les gens, à l'époque, ne savaient déjà donc pas discuter entre eux … Bref, le fils d'Odin reçu une flèche empoisonnée en plein cœur.

Les Grecs et les Romains, pour leur part, voient les choses différemment. Le chiffre 12 est le chiffre parfait. Les 12 mois de l'année, les 12 constellations, les 12 heures du jour et de la nuit, les 12 signes astrologiques, les 12 dieux olympiens, … Et dans la Rome Antique, les mises à mort étaient programmées … un vendredi. Nous voilà encore dans la terrible funeste association du vendredi et du 13.

Bonheur ou malheur ?

Si chaque vendredi 13, c'est la même histoire : vous ne mettez plus un pied dehors, persuadés que le ciel vous tombera sur la tête, rassurez vous, vous souffrez tout simplement de paraskevidékatriaphobie. Pas de panique ! C'est juste un doux nom barbare pour désigner la phobie du vendredi 13. Pourtant, aucune statistique n'a prouvé qu'il se soit passé plus d'évènements malheureux ou plus heureux ce jour là. Il y a juste trois fois plus de joueurs à la loterie. C'est surtout notre façon d'aborder les choses ou les évènements qui modifie notre comportement et la manière dont nous les appréhendons. Chat noir, passé sous une échelle, trèfle à 4 feuilles, autant de repère qui érigé notre vie comme des « TOC ». Mais ils nous laissent une ouverture sur notre imaginaire, notre soif d'irrationnel ou de rêve.

Finalement le vendredi 13 est une journée comme les autres : parfois bonne, parfois un peu moins. Alors qu'allez-vous faire aujourd'hui : rester enfermé ou tenter votre chance à la loterie ?

Sur le même sujet