DSK et Tristane Banon : une romance judiciaire

DSK et Tristane Banon se sont livrés coups sur coups dans la bataille médiatique qui allait inévitablement les opposer.
7

L’épisode en forme de romance rangé dans la bibliothèque des relations libertines juridico-politiques ont trouvé leur apogée dans le combat médiatique intense, bref, concis et précis, entre deux protagonistes que tout oppose, mais que tout rassemble : Tristane Banon et DSK. Retour sur un épisode qui a fasciné tant de français

De la France aux USA

Bon sang, il est vrai que durant des mois nous avons, suivant que nous fûmes partisans ou opposants, les spectateurs heureux ou déçus du road-movie de New York à Paris. En (bon) observateur que je suis, il me semble que ce petit échange par médias interposés a bien fait jaser… les médias. On le voit encore très bien, en pleine affaire Carlton, photographes et journalistes courent après l'ex-directeur du FMI pour y dénicher quelque expression larmoyante.

Coupable ou non ?

« M’dame, c’est DSK qui a commencé ! » En effet, l’ex-boss du FMI est sorti de son silence, ôtant son manteau de caliméro pris en flagrant délit d’un acte qu’il clame ne pas avoir commis. On peut être en droit effectivement de le croire, mais est-ce notre rôle ? Non. Notre rôle est de raconter, décrire, débattre, discuter, échanger, peut-être, modestement, d’éveiller des consciences. Je raconte ma vision forcément subjective de 2 personnes attaquées subissant de plein fouet un acharnement médiatique certain, du journal "l’express" en passant par "le point".

Banon et DSK : je t'aime moi non plus

Le tout Paris n’avait, pendant un temps, que deux noms à la bouche : Banon et DSK. Le deuxième est à la fois raillé et aimé, envié et haï, la première est incomprise, délaissée, mais combattive. Elle est la représentante officielle du combat des femmes innocentes contre la barbarie rustre et sauvage des mâles.

Vu dans les médias

De TF1 à Canal + en passant par le vaisseau des larmes qu’assurément ils partagent dans le monastère de leurs dépressions, nos deux tourtereaux, ces Gainsbourg et Birkin de la politique romantique n’ont pas fini de s’embrasser en prenant bien soin de se déchirer la langue. Car telle est la relation homme femme au 21ème siècle : un subtil dosage d’amour et de haine, de mépris et d’attention, d’émotion et de griffes.

Esprit de vengeance

Je suis sûr qu’à l’heure où j’écris ces lignes, Anne Sinclair doit consoler DSK et Tristane Banon caresser son chien de manière presque machinale, tant elle est décidée à construire sa vengeance sur la Tour Eiffel de ses convictions.

Sur le même sujet