Les rencontres amoureuses se compliquent...

L'Amour peine à trouver sa place dans le monde moderne.

On a tous dans notre entourage des célibataires, qui ont tout pour plaire, mais se retrouvent seules. Certains le vivent bien d’autres un peu moins. Selon Marie Noëlle Schurmans, professeure de sociologie à l’université de Genève et spécialiste du thème de la rencontre amoureuse, «le célibataire se juge en fonction du regard que porte son entourage sur lui». Les célibataires semblent partagés entre besoin d’amour et envie de liberté. Avec l’espoir caché de tomber sur la perle rare.

Les rencontres du passé

À l’époque de nos grands-parents, les rencontres se faisaient dans l’entourage, les gens ne se déplaçaient pas beaucoup, donc moins de chances de rencontrer des gens venus de loin. D’autres critères rentraient en compte, on ne se mariait pas forcément par amour, on ne cherchait pas forcément la personne qui va nous faire vibrer, mais plutôt une personne qui nous correspond, qui est de notre milieu socioculturel. La religion était le premier point commun entre les conjoints. C’est rassurant de partager sa foie et par la même occasion élever les enfants dans ses croyances.

Le niveau socioculturel

C’est dans les contes de fées que la pauvre mais jolie jeune fille (ou le pauvre jeune homme) épouse un prince (ou une princesse). À l’époque, on se mariait avec des gens de même rang, pour élargir et faire prospérer leurs biens. Les personnes sans fortune, souvent travaillant la terre, choisissaient des femmes robustes, travailleuses et pouvant avoir beaucoup d’enfants pour aider les parents.

L’industrialisation et le secteur tertiaire

Après la Seconde Guerre mondiale, l’industrialisation des pays occidentaux a vu naître une nouvelle classe sociale, dite "classe ouvrière", venue de tout le pays à la recherche d’un travail. C’était les premiers pas de l’exode économique qui a favorisé la promiscuité et le rapprochement des hommes et des femmes venus aussi bien des grandes villes que des régions les plus reculées du pays. Mais ce qui a révolutionné les relations amoureuses, c’est d’abord l’amélioration du niveau de vie des gens. On ne se marie plus forcément par intérêt, la liberté financière a permis aux gens de faire valoir leur choix qui peut être en totale contradiction avec leur appartenance socioculturelle.

À l’époque de la communication et la technologie

Paradoxalement et avec tous ces moyens de communications dont on dispose aujourd’hui, on constate que les relations amoureuses sont les plus compliquées. Dans une société dite "moderne et libérée", l’amour comme le sexe sont soumis aux mêmes diktats de la consommation rapide, à la sélection en fonction de critères souvent basés sur le paraître, les agences de relooking, les émissions de télévision qui nous montrent que si les choses ne vont pas si bien pour nous c’est qu’il y a un problème de personnalité qui se voit à travers notre look, et en changeant ceci notre vie changera. Soyons honnêtes, ce n’est pas si simple.

En revendiquant l’amour parfait et éternel, on a tué l’amour tout simplement. Ce n’est pas toujours un problème pour certaines personnes, c’est devenu un problème de société. Avec l’avancée de la technologie, certaines agences matrimoniales nous font croire qu’en introduisant des critères de sélections dans une machine qui est notre ordinateur, sans sortir de chez nous, on pourra rencontrer l’Amour ou plutôt nous l’imprimer. Même avec notre technologie avancée il n’y a pas une démarche à suivre pour rencontrer sa moitié. Vouloir tout maîtriser ne laisse probablement pas la place à une relation simple et durable.

Sur le même sujet