John Barry, un compositeur au talent incomparable

Avec la figure incontournable de John Barry, disparaît un des grands noms de la bande originale.

John Barry, c’est avant tout l’homme qui se cache derrière le thème à jamais immortel des James Bond. Difficile en effet de se remémorer les épisodes mouvementés de l’agent secret de sa Majesté sans cette entêtante mélodie.

L’homme à la "golden musical touch" (au doigté musical d'or, dixit l'article du quoditien britannique The Guardian - www.guardian.co.uk/film/2011/jan/31/john-barry-james-bond ), sera à jamais un des compositeurs à succès de ces dernières décennies.

Œuvres de jeunesse

Celui qui fut le premier mari de Jane Birkin a laissé des traces inoubliables dans le monde du cinéma. Un grand écran qui n'a jamais vraiment été étranger à sa vie, tout comme l'univers du spectacle. Sa mère, pianiste classique et son père, propriétaire de plusieurs salles de cinéma et de théâtres l'entraînèrent en effet dès son plus jeune âge dans un tourbillon d'influences artistiques.

Sa première expérience musicale personnelle, et ce qui lui permit de faire ses premières armes dans l'arrangement musical, fut lorsqu'il participa à la fanfare de l'armée britannique. Il commença à composer quelques temps après, redevenu civil, avec sa band The John Barry Seven.

Premières collaborations avec le cinéma et la télévision

Moins connues que le thème des James Bond, les compositions suivantes sont appréciées depuis des années par les fans de John Barry.

On y retrouve toujours un rythme soutenu, des accents souvent lyriques, si uniques à son style, et qui ont fait son succès. Un des derniers grands, au même titre que John Williams, Jerry Goldsmith, Lalo Schiffrin ou Ennio Morricone, John Barry a su maintenir la flamme du succès public.

John Barry confirme son talent, et avec tout le bonheur que nous lui connaissons, avec sa collaboration à la série The Persuaders (71/72). Le générique inoubliable d’Amicalement Vôtre, c’est lui, et il reste indissociable du feuilleton britannique. Cette musique nous ramènera toujours aux mythiques années 70 et à l’amitié des deux aventuriers.

Mais, s’il commence à composer dès les années 50, c'est surtout ses compositions des années 60, puis des décennies qui suivirent, qui l’ont vraiment fait connaître et apprécier du grand public.

De la série des James Bond avec en tête de liste Dr No en 1962, son parcours est impressionnant : Notons, s'il est possible de faire un choix parmi tant de titres à succès... : Zulu en 64, Born Free en 1966, qui sut insufflé tout un vent de liberté sur le long métrage - une bande originale qui obtient l’Oscar de la meilleure musique de film, la superbe B.O. de Raise the Titanic , en 80, qui accompagna avec éloquence et émotion le renflouement du mythique paquebot, Cotton Club en 84, l’incontournable et oscarisée Out of Africa en 85, une des meilleures B.O. jamais écrites, Peggy Sue got married en 86, et Dances with wolves en 90, également oscarisée, à juste titre, pour son élan historique et si émouvant, etc.

Sa dernière participation pour le cinéma fut avec le film Enigma , en 2001.

Des récompenses

Les tout premiers New Musical Express Annual Popularity Poll en 1959, 1960 et 1961, furent suivis par une série de 5 Oscars (1966, 1968, 1985, 1990), des nominations aux Academy Awards, et 5 Grammy Awards ( http://www.johnbarry.org.uk/awards.php ).

Monsieur John Barry, chapeaux bas !

CONT 12

Sur le même sujet