Le parc naturel de Contamines-Montjoie

Créée en 1979 en Haute-Savoie, la réserve naturelle que constitue le parc s'étend sur quelque 5 500 ha, entre 1 100 et 3 892 m d'altitude.
7

S’étalant sur presque toute la rive droite du Bon Nant , puis sur sa rive gauche, « sa limite nord suit le torrent du Nant Borrant et monte à l'aiguille de Roselette – 2884 m - où elle rejoint la limite des territoires de la commune » ( Maison de la réserve des Contamines ).

Les attraits de la réserve

Avec un dénivelé de 2 800 m, au coeur des hauts sommets de Savoie, la réserve est l’endroit idéal pour découvrir la vie animale dans son environnement naturel : chevreuils, cerfs, bouquetins (réintroduits en 1970), marmottes, chouettes, aigles royaux, etc et plus de 660 espèces végétales, comme les célèbres Edelweiss, et dont 56 sont endémiques.

La réserve, c'est aussi des forêts, des prairies d’altitude, des tourbières, un terrain géologique passionnant (granit, gneiss, schiste, calcaire), un glacier, un lac : le lac Jovet, changeant de teinte au gré du temps, une voie romaine, et des refuges haut perchés.

Le glacier de Tré la Tête, qui naît à 3 300 m d’altitude au col Infranchissable, est une des destinations des randonnées, organisées pour découvrir de plus près la réserve et la fin actuelle du glacier (notamment à partir du refuge de Tré la Tête ).

La maison de la réserve, qui se trouve au rez-de-chaussée de la mairie de Contamines-Montjoie, offre une aide précieuse pour bien comprendre cet environnement naturel : une salle d’exposition didactique et des conseils pour organiser des randonnées, une balade floristique .

La réserve, c’est également une association de passionnés. « Les amis des Contamines-Montjoie». Cette association, fondée en 1971, propose, entre autre un carnet d’aventures , et un lien vers le bulletin municipal de la commune .

Implication nationale

Des organismes sont fortement impliqués dans la vie et la sauvegarde de la réserve :

La commission internationale pour la protection des Alpes (CIPRA international) bien évidemment, mais aussi la Ligue pour la protection des oiseaux (LPO), la Fédération Rhône-Alpes de protection de la nature (FRAPNA) et le Conservatoire des espaces naturels de Haute Savoie.

Le saviez-vous ?

Comme dans toute réserve naturelle, la réglementation y est très stricte. Le camping y est donc interdit, sauf dans les sites prévus à cet effet.

L’évolution du parc est étudiée régulièrement depuis les années 50, tout comme celle du glacier Tré de Tête, et cela depuis 1908.

En 2010, il y avait 355 réserves naturelles dont 21 outre-mer, 164 réserves naturelles nationales, 185 réserves naturelles régionales, et 6 réserves naturelles en Corse. En tout, cela représentait quelque 2 864 845 ha.

Les plus grandes réserves sont celles des Terres Australes françaises, au large de l’Antarticque, d’une superficie de 2.27 millions d’ha, des Nourages, en Guyane, d’une superficie de 100 000 ha de forêt tropicale, et des Bouches de Bonifacio (principalement marine), de 79 460 ha.

La réserve naturelle des Contamines Montjoie est la plus haute de France.

Sources et remerciements : Alexandra, de l'agence Duodecim, et l'office de Tourisme de Contamines Montjoie pour les photographies et la documentation complémentaire

Sur le même sujet